[Art et Culture] Davi Kopenawa, chaman et chef indigène

Alors que s’ouvre à la Fondation Cartier la rétrospective de la photographe Claudia Andujar, qui a consacré son œuvre à la défense du peuple Yanomami, au Brésil, le leader indigène alerte sur les nouvelles menaces.

Entretien. Il a l’autorité naturelle d’un pape ou d’un prince, en beaucoup plus simple. A 54 ans, silhouette bonhomme, mains costaudes, Davi Kopenawa, chaman et leader du peuple indigène yanomami du Brésil, est un homme en colère. Face à la destruction de la forêt et à l’avancée meurtrière sur ses terres des trafiquants de bois et autres « garimpeiros », les orpailleurs clandestins, il sonne l’alarme aux quatre coins du monde.

En décembre 2019, à Stockholm, il a reçu le Right Livelihood Award, connu comme le « prix Nobel alternatif ». A la Fondation Cartier pour l’art contemporain, à Paris, le 30 janvier, il a ouvert la formidable rétrospective consacrée à la photographe Claudia Andujar aux côtés de l’artiste-activiste et de l’anthropologue Bruce Albert.

source :  lemonde.fr

Une famille yanomami réunie autour dun hamac fait de fibres de bananier.© 1980 Victor Englebert / Survival

2020-02 Actus locales en vrac…

Expositions, conférences….

ALBI – Pour la 12e année consécutive, le Centre d’art contemporain Le Lait propose un cycle de conférences en collaboration avec le Musée Toulouse-Lautrec. – source

Assassin’s Creed vu par l’histoire de l’art ! Découvrez le nouveau cycle « Histoires d’art » du Musée du Grand Palais sur les sources d’inspiration, réelles et mythiques, des créateurs de ce jeu vidéo devenu un phénomène mondial aux millions d’adeptes. –  source 

Le peintre Jacques Pichon expose une trentaine de tableaux de style « abstracto-surréalistes » à l’espace Gérard-Véron. – source

Soulages, l’art de la lueur. Chronique d’Alexis Jenni exprime son ressenti devant la peinture de Pierre Soulages, devant la lumière qui exacerbe nos sens. – source

Pierre Soulages au Louvre – 11 décembre 2019 > 9 mars 2020 – Aile Denon, Salon carré.
Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 9h à 17h30 et jusqu’à 21h30 les mercredis, vendredis et le premier samedi de chaque mois.

Perros-Guirec. Le collectif Art Trégor regroupe 38 artistes. 2019 a été une année chargée puisqu’Art Trégor a proposé plus d’une dizaine d’expositions dont la biennale internationale des Arts avec les artistes anglais de Teignmouth, et participé à plusieurs manifestations comme le festival de l’Estran à Trégastel et le Quai des possibles à Lannion. – source

 

Bibliothèque en ligne

Le célèbre musée Solomon R. Guggenheim de New York met à disposition 200 ouvrages numérisés dédiés à l’histoire de l’art moderne. Pour accéder à la bibliothèque en ligne c’est ici 

Aménagement

Saint-Brieuc. « La Puce à l’oreille », pôle de vie du quartier sud, ouvrira dans 15 mois. Cet équipement, d’environ 1 500 m², proposera une salle d’arts visuels, une salle d’arts plastiques, une salle informatique… Et aussi une salle polyvalente de 350 m2…. pour renforcer le « bien vivre ensemble » – source

Une « fabrique culturelle et solidaire » : Agnès b. inaugure « La Fab.« , sa fondation d’art contemporain – source

2020-03 STAGE ‘Peinture aborigène’

La Passerelle des Arts et Pascale WIRTH ont le plaisir de vous proposer le stage ‘Peinture Aborigène’

… le dimanche 1er mars 2020

… de 9h à 13h

…. dans les locaux de l’association, 40/42 rue de la Passerelle, 92370 Chaville (accès/parking via sente de la villa du roi Henri IV)


Création d’un tableau sur toile ou papier  reprenant la technique aborigène

Les élèves amènent des bâtonnets  ou des cotons tiges. Prévoir un format assez petit car l’exécution est longue !


LES INFORMATIONS PRATIQUES

  • Nb de stagiaires : 6 à 12
  • matériel de peinture et toiles non fournis.
  • L’association peut fournir un support en carton.
  • Renseignement : contact@la-passerelle-des-arts.org
  • Tarif : 32€ (adhérent) – 38€ (non-adhérent)
  • Inscription confirmée après réception de votre règlement par chèque …40/42 rue de la Passerelle – 92370 CHAVILLE  au plus tard le MARDI 25 FÉVRIER.
  • L’inscription est actée par ordre d’arrivée du règlement/courrier.

Avertissement :

  • L’endossement des chèques se fera le lendemain de la date du stage.
  • La Passerelle des Arts se réserve le droit de ne pas ouvrir le stage, si le nombre de stagiaires est insuffisant à la date du 26 février.  En cas de virement bancaire, un chèque de remboursement sera émis.
  • En cas de désistement à partir du 26 février ou en cas d’absence au stage, le règlement reste acquis à l’association.

Le terme art aborigène désigne aussi bien l’art des Aborigènes d’Australie qui précédèrent la colonisation que celui d’artistes aborigènes contemporains encore influencés par leur culture traditionnelle. Cela inclut la peinture, mais aussi d’autres médias comme la gravure sur bois, la sculpture, les costumes de cérémonie, ou les décorations trouvées sur les outils ou les armes anciennes.

L’art est un élément clé dans la culture aborigène. Il est toujours lié à un territoire (itinéraire, site, grotte, point d’eau…).

Le temps sacré, celui des Grands Ancêtres, continue à nourrir la vie du temps profane et il faut continuer à le faire vivre.

Le tableau correspond donc à une sorte de chant religieux qui décrit une aventure, et comme dans une litanie dans laquelle il y a des refrains, les motifs se répètent. Le mouvement perpétuel de chaque oeuvre vient notamment de cette répétition.

C’est une sorte de carte aérienne qui représente les itinéraires de ces grands ancêtres.


Permalien : https://wp.me/p5riis-14e

2020-02 ‘La Fab’, fondation d’art contemporain d’Agnès B.

La Fab , un nouvel espace d’art contemporain sera célébrée le dimanche 2 février 2020.  L’envie est venue à l’infatigable styliste et collectionneuse, aujourd’hui âgée de 78 ans, d’un lieu situé dans un “nouveau Paris jeune et populaire” où exposer, sur 1.400 m2, plus de 5.000 œuvres qu’elle a entreposées depuis 1984, en majorité dans sa maison de Louveciennes, en P à Paris.

Source

 

2020-01 La fascination de Wim Wenders pour les toiles d’Hopper

Cape Cod morning, Huile sur toile 86.7 x 102.3 cm Smithsonian American Art Museum_

La Fondation Beyeler à Bâle, en Suisse, accueille une exposition consacrée aux paysages du peintre américain Edward Hopper. À cette occasion, le cinéaste allemand Wim Wenders a créé un court-métrage qui plonge le spectateur dans les toiles du peintre américain.

« La lumière chez Hopper est très cinématographique, et presque toujours avec le soleil. Il fait des cadrages que l’on ne connaît pas dans la peinture, même le format c’est du cinémascope ! Tout d’un coup, il y a un peintre qui prend les cadrages du cinéma ».

« Hopper réussit à créer une tension, qui fait que comme spectateur, on veut savoir ce qui va se passer juste après. Et on n’a pas cette sensation en général dans la peinture ».

Source : franceinter

 

La Maison des Peintres, pour promouvoir et développer la pratique des arts