Archives du mot-clé expressionnisme

[Peintres] Les composantes colorées d’Isabel Emrich

Le style d’Isabel Emrich est expressionniste et allie l’abstraction et la figuration.  Avec zèle, Emrich capture les « effets spéciaux« ‘ que l’eau présente à l’œil: réfractions chaotiques dans un espace multi-planaire, effets de lumière étincelants, ombres déformées, reflets ondulés, etc. – une grande partie dans une peinture épaisse, contrastée par des passages de vitalité.

L’artiste a forgé son lien avec l’eau en grandissant dans le sud de la Californie. Elle adorait la sensation des vagues de l’océan. Isabel offre une reconnaissance particulière à sa grand-mère, qui l’a souvent emmenée sur les falaises surplombant l’eau pour peindre en plein air. «Peignez simplement ce que vous voyez», lui disait sa grand-mère, citant ainsi les impressionnistes français d’autrefois. En 2013, Emrich déménage à San Francisco, réalisant son rêve d’étudier à l’Academy of Art University et de recevoir un BFA en peinture et dessin en 2016.

Traduction de l’article de Mirabelle Alan (juin 2017)

Découvrir les travaux d’Isabel Emrich

2017-12 Alice Neel, peintre de la mise à nu

Alice Neel with lots of Paintings, 1940

ll est des moments plus propices que d’autres aux redécouvertes des femmes artistes négligées de leur vivant pour avoir été trop indépendantes. Libre dans son art comme dans son corps, Alice Neel (1900-1984) a longtemps été dédaignée. Par les galeries, qui ne trouvaient pas son travail assez avant-gardiste, et par les musées, qui ne l’ont que très peu acheté. Mais en 2017, l’Américaine a tenu une revanche posthume : pas moins de quatre expositions, au Musée d’art Ateneum à Helsinki, au prestigieux Musée municipal de La Haye, à la Fondation Vincent Van Gogh Arles et, jusqu’au 14 janvier, au Deichtorhallen de Hambourg.

Alice Neel_neel_CarmenandJudy_1972

L’Américaine Alice Neel, disparue en 1984 à l’âge de 84 ans, a été consacrée par quatre grandes expositions en 2017, reconnaissance tardive d’une artiste au réalisme cru et d’une femme éprise de liberté.

Pour rendre compte des crises qui secouent la société, Alice Neel préfère le réalisme cru inspiré de l’expressionnisme allemand et de la nouvelle objectivité.

Source : lemonde.fr

lien court : https://wp.me/p5riis-xF

2017-04 Expo Thierry Dussac (SEL-Sèvres)

Exposition « La Vie en Plus » du 12 au 24 avril.

Présentation de 6 toiles…

La lecture des oeuvres de Thierry Dussac appelle bien une deuxième lecture. Derrière la couleur, il y a souvent la souffrance, le regard de l’autre, parfois même son propre regard sur soi. Comment révéler nos peurs? Faut-il parler de nos sentiments ou un regard suffit-il?  (lire+)

Thierry Dussac – AGNES II – détail

[Extrait Billet associé] Comme un soldat sur-entrainé à la survie, j’avance sans jamais me retourner, comme si j’étais capable de supporter encore plus et encore plus facilement.
Tout n’est finalement qu’une question d’habitude, de préparation et presque de foi. Je suis tellement convaincue que tout ceci ne sera qu’une parenthèse que je suis prête à tout pour la renfermer. (…)

Contre toute attente, je vais bien et, c’est bête à dire, mais je n’ai pas peur; j’ai confiance. Confiance en moi et en tous ceux qui s’occupent de moi.

[AGNES II – Technique mixte sur toile – 200 x 150 cm – juin 2009]

 

Tout commence par le regard, en dessin tout particulièrement, il y a d’abord le regard de l’artiste puis le regard du spectateur. L’artiste Thierry Dussac est un maître dans cette discipline, entre peinture classique, expressionniste et street art, on en a bien plein les yeux… (lire+)

Sources biblio : son blog ; espace presse; Autour de quelques tableaux de Thierry Dussac – Sept 2014 (Michel Diaz)

2017-02 Vallotton, Hodler et Amiet en vedette au MAH de Genève

Le Musée d’art et d’histoire de Genève (MAH) a bénéficié courant 2016 d’un legs exceptionnel. Offerts par l’avocat genevois Jean Clostre (1), quatre tableaux signés Ferdinand Hodler (1853-1918), Cuno Amiet (1868-1961) et Félix Vallotton (1865-1925) sont à découvrir depuis jeudi 23 février dans les salles beaux-arts de l’institution.

Adresse : 2, rue Charles-Galland – 1206 Genève  (infos pratiques)

…les peintres

Ferdinand Hodler : Hodler est considéré comme le peintre suisse qui a le plus marqué la fin du XIXème et le début du XXème siècle. En

ferdinand-hodler-1853-1917-marronniers-au-bord-du-chemin-vers-1889-retravaille-vers-1905-(c) MAH
ferdinand-hodler-1853-1917-marronniers-au-bord-du-chemin-vers-1889-retravaille-vers-1905-(c) MAH

1872, il s’installe après avoir achevé son apprentissage en tant que peintre-décorateur dans la ville de Genève et y vivra jusqu’à sa mort. Sa peinture cherche à combiner l’appel à l’imagination et le réalisme le plus direct, l’idéation de la nature, voir l’expressionnisme : tableaux de groupes paradisiaques montrant des figures nues ou vêtues à la mode antique (ie Dialogue avec la Nature), paysages (campagne, lacs et massifs montagneux). Source : wiki

Un de ses fils, Hector Hodler, fut à l’origine de la création de l’association mondiale d’espéranto.

ferdinand-hodler_view-to-infinity
ferdinand-hodler_view-to-infinity

 

Cuno Amiet :  En 1886, étudiant à l’Académie de Munich, il rencontre Giovanni Giacometti, puis se rend à Paris avec ce dernier.

cuno-amiet-1868-1961-petit-cognassier-1936-huile-sur-toile-651-x-542 (c)MAH
cuno-amiet-1868-1961-petit-cognassier-1936-huile-sur-toile-651-x-542 (c) MAH

Les deux amis s’inscrivent à l’Académie Julian. S’inspirant de la vie de Paul Gauguin, Cuno Amiet passe une année à Pont-Aven en 1892, où il rencontre les disciples du maître et découvre également les œuvres de Vincent van Gogh. ll y rencontre également Armand Seguin qui l’initie à la gravure. Durant son séjour en Bretagne, il pose les bases de son art de coloriste.
En 1893, Cuno Amiet retourne en Suisse. En 1897, il fait la connaissance de Ferdinand Hodler, avec qui il fut l’un des plus illustres représentants du courant symboliste en Suisse.  Amiet a aussi exécuté des peintures murales et des gravures. Source : wiki

cuno-amiet_self-portrait  cuno-amiet_oil-on-canvas-sm

 

 

Félix Vallotton : Issu d’une famille bourgeoise protestante. En 1882, il entre à l’Académie Julian2 à Paris, aux ateliers fréquentés par de nombreux artistes postimpressionnistes, dont les futurs Nabis.

felix-vallotton-1865-1925-anemones-et-mandarines-1914-huile-sur-toile-543-x-651 (c) MHA
felix-vallotton-1865-1925-anemones-et-mandarines-1914-huile-sur-toile-543-x-651 (c) MHA

En moins de dix ans, le jeune Suisse parvient à se faire un nom auprès de l’avant-garde parisienne. Sa renommée devient internationale grâce à ses gravures sur bois et à ses illustrations en noir et blanc qui font sensation. Il participe régulièrement à différents Salons (Salon des artistes français, Salon des indépendants, Salon d’automne).  Vallotton est un travailleur acharné, sans cesse à la recherche de nouvelles formes d’expression. Touché par l’horreur de la Première Guerre mondiale, il trouve dans le conflit une source d’inspiration. Il renoue avec le succès vers la fin de la guerre, avant de mourir en 1925.  Source : wiki

paysage-de-ruines-et-dincendies-1914-huile-sur-toile-1152-x-147-cm-kunstmuseum-bern-sm

 

(1) membre de la Société des Amis du Musée d’art et d’histoire (SAMAH) et du Bureau de la Société des Arts de Genève

Source :  lecourrier.ch

Lien court de cette page : http://wp.me/p5riis-or

2016-10 Pierre Le Preux, peintre des passages

pierre-lepreux_2Pierre Le Preux, c’est 40 ans d’expositions en galeries et en salon mais c’est surtout un sens du partage hors du commun pour cet artiste peintre très productif installé depuis 12 ans dans une ancienne fonderie à la Chapelle-sous-Rougemont dans le territoire de Belfort.

pierre-lepreux_Pierre Le Preux possède la rage de peindre ! Il est habité par la peinture et ses exigences. Il utilise les ressources de l’abstraction pour déboucher sur un expressionnisme farouche, combatif et en ébullition. Il est bien rare, au bout du compte, de ne pas découvrir dans ses toiles,  quelque masque animalier, quelque forme empruntée par la matière, selon la formule consacrée « du brin d’herbe à l’étoile ». En un mot comme en cent, voici une peinture à nulle autre semblable, témoignant d’un authentique tempérament de peintre.

[Son travail] est une invitation à pénétrer dans des espaces vertigineux et exaltants ! L’artiste précise bien que son travail s’inscrit dans une démarche et non pas dans des certitudes. Son travail n’est pas un aboutissement mais une longue marche à laquelle il ne déroge jamais. (témoignage de Marie Baylère, galeriste)

Voir la vidéo décrivant le travail de Pierre et ses valeurs… le peintre du positif, de l’énergie… , « j’aime positiver, sortir de la sinistrose ambiante…« .   Pierre crée du lien et s’attache à partager le positif…

Sources ;