Archives du mot-clé street art

2017-07 La cathédrale du street art remplacée par une HLM à l’architecture délirante

Le 5, rue Fulton depuis le quai d’Austerlitz en avril 2013 alors qu’il est partiellement inoccupé et que sa façade arbore déjà une œuvre de street art, des gouttes rouges peintes par l’artiste Idem.

Paris XIIIè arrondissement

Détruite en 2014, la tour construite par Daniel Michelin qui avait fait rêver les amateurs d’art urbain renaît sous la forme d’un immeuble au look futuriste.

108 street-artistes; 18 nationalités; 36 appartements

Ils étaient était plus de 25 000 à attendre pendant des heures pour la visiter. Elle a fait rêver, avec ses coulures rouge qui dégoulinaient du toit, et ses appartements graffés du sol au plafond sur neuf étages par toute la fine fleur du street-art mondial. Télérama s’était ému de sa démolition en live courant 2014…

Aujourd’hui, la « tour de Babel » des taggeurs a laissé la place à un immeuble HLM à l’architecture délirante.

source :  telerama

lire + : Une exposition collective unique et éphémère  galerie itinerrance    ;  5, rue Fulton — Wikipédia  ;   tour13

 

2017-03 Une église abandonnée devient un véritable temple du street art

(Maroc) Cet artiste s’est servi de son art pour magnifier une église abandonnée au Maroc. Okuda San Miguel, peintre espagnol, a utilisé une large palette de teintes saturées et a peint des formes géométriques. L’ancienne église de Youssoufia devient un véritable temple du street art.

Moustacho vous dévoile ce magnifique projet.

Lire+ sur moustacho.com

 

2017-05 Ella & Pitr, les géants invisibles du street art

Le couple expert en fresques monumentales expose en galerie pour un mois à Paris. L’occasion rare d’admirer son travail habituellement invisible, et de lui poser quelques questions sur son talent de pilote de drones.

Dans le grand barnum du street art, où Banksy sort de terre un parc d’attraction et JR fait disparaître la pyramide du Louvre, Ella & Pitr ont gravé leur nom au palmarès en peignant la plus grande œuvre du monde : 20 000 m2. Un record bien bling bling, pour un tandem qui ne l’est pas du tout, cultivant la discrétion jusqu’à dissimuler ses œuvres au regard, en les peignant à l’horizontale sur des toits. Un beau paradoxe qui est le cœur du travail du couple, à la scène comme à la ville, qui en définit les contours en survolant les photos souvenirs de son compte Instagram.

lire+ sur Télérama

2017-05 Une friche transformée en « ville du street art »

En Auvergne, une friche transformée en « ville du street art »

Dans la commune de Lurcy-Lévi,  l’ancien centre de formation national des PTT est devenu la  « Street art city ».  Les artistes du monde entier sont invités à venir y laisser leur trace.

10 hectares, 13 bâtiments dont un hôtel de 128 chambres, 22 000 m² de murs et de façades…au lieu-dit Béguin, à une quarantaine de kilomètres de Nevers, se trouve un paradis pour graffeurs. Après avoir été laissés à l’abandon depuis 1992, les murs de l’ancien centre de formation reprennent des couleurs depuis l’an dernier. L’endroit, qui s’appelle Street Art City, est ouvert au grand public, depuis la fin du mois d’avril.

Depuis cette révélation, ils ont déjà accueilli, en 2016, une cinquantaine d’artistes venus des quatre coins du monde en résidence. Ils sont logés, nourris et disposent de matériels de peinture mis à disposition par des entreprises partenaires. Certains artistes sont accueillis sur des périodes de plusieurs mois. « Notre but est de leur offrir un petit cocon, et de leur donner de la visibilité. Sans prétention, notre idée est de devenir en quelque sorte la Villa Médicis du street art », poursuit le fondateur du lieu.

lire+ sur up-inspirer.fr

 

2017-04 Expo Thierry Dussac (SEL-Sèvres)

Exposition « La Vie en Plus » du 12 au 24 avril.

Présentation de 6 toiles…

La lecture des oeuvres de Thierry Dussac appelle bien une deuxième lecture. Derrière la couleur, il y a souvent la souffrance, le regard de l’autre, parfois même son propre regard sur soi. Comment révéler nos peurs? Faut-il parler de nos sentiments ou un regard suffit-il?  (lire+)

Thierry Dussac – AGNES II – détail

[Extrait Billet associé] Comme un soldat sur-entrainé à la survie, j’avance sans jamais me retourner, comme si j’étais capable de supporter encore plus et encore plus facilement.
Tout n’est finalement qu’une question d’habitude, de préparation et presque de foi. Je suis tellement convaincue que tout ceci ne sera qu’une parenthèse que je suis prête à tout pour la renfermer. (…)

Contre toute attente, je vais bien et, c’est bête à dire, mais je n’ai pas peur; j’ai confiance. Confiance en moi et en tous ceux qui s’occupent de moi.

[AGNES II – Technique mixte sur toile – 200 x 150 cm – juin 2009]

 

Tout commence par le regard, en dessin tout particulièrement, il y a d’abord le regard de l’artiste puis le regard du spectateur. L’artiste Thierry Dussac est un maître dans cette discipline, entre peinture classique, expressionniste et street art, on en a bien plein les yeux… (lire+)

Sources biblio : son blog ; espace presse; Autour de quelques tableaux de Thierry Dussac – Sept 2014 (Michel Diaz)