Archives pour la catégorie Social, solidaire et collaboratif

2018-01 Vallée de Chevreuse : des tableaux du XIXe siècle sur des fèves…

Les peintres de la Vallée de Chevreuse. L’arrivée de la ligne ferroviaire durant la deuxième moitié du XIXe siècle a favorisé la venue de peintre dans la vallée de Chevreuse et plus particulièrement sur le site exceptionnel des Vaux de Cernay. Une centaine d’artistes, tel Léon-Germain Pelouse, ont posé leurs chevalets devant les reliefs, les roches et les paysages forestiers. La lumière y est par ailleurs considérée comme exceptionnelle. Les peintres paysagistes ne seront pas les seuls à être inspirés par la région. Tous les styles se succéderont pendant près de 200 ans. L’histoire des paysagistes est à découvrir au musée du Petit Moulin des Vaux de Cernay situé au cœur du site classé.

Chaque année, un couple de boulangers (Cernay-la-Ville, Vallée de Chevreuse) s’efforce de faire de l’Épiphanie un événement original pour leurs clients.  Pour 2018, six fèves ont été créées pour mettre en lumière la culture locale :  la place de Cernay-la-Ville,  les Vaux… représentés par les peintres du XIXe siècle !

Source(s) : lechorepublicain

lien court : https://wp.me/p5riis-yd

Publicités

2018-01 Quand l’Art remplace les affiches publicitaires

Le street art connait un essor important en France et réinvestit les rues. Lille, Grenoble ou Paris offrent leurs murs à ce nouveau mouvement artistique. L’esthétisme prôné permet de personnaliser des espaces neutres et aux habitants de réinvestir l’espace public. La société Ôboem propose depuis juin à quiconque de devenir mécène afin de remplacer les affiches publicitaires par des œuvres d’art.

Source(s) :  Lumières de la Ville

Lien court :  https://wp.me/p5riis-yp

 

2017-12 Regards contemporains sur l’écologie

Le musée Barrois propose une exposition sur la façon dont les artistes voient l’environnement. Une trentaine d’œuvres d’une vingtaine d’artistes contemporains sont réunies jusqu’au 11 mars 2018.

Un agglomérat de déchets, une photo d’un couloir inondé, des nichoirs aux entrées géométriques, les œuvres qu’a choisies Claire Paillé, attachée de conservatoire du patrimoine et responsable du musée Barrois montre des visions d’artistes sur le même thème : l’écologie.

source :  estrepublicain.fr

lien court : https://wp.me/p5riis-xK

2017-12 Le « Mousquetaire Buste », en vente à 50€ via une Communauté online

Pour son anniversaire, QoQa.ch tente un pari fou: proposer à 40 000 Suisses de participer à l’acquisition d’un véritable tableau de maître. Coulisse d’une vente à plus de 2 millions ou « Comment démocratiser l’Art ».

Artiste : Pablo Picasso (1881-1973) Titre : Mousquetaire buste, 1967 Support : Huile sur toile Dimensions : 39 cm x 31 cm – Source : https://barnies.fr/mousquetaire-buste-pablo-picasso/

«En Suisse, seuls quelques privilégiés possèdent une grande partie des œuvres d’art. Je trouve ça injuste, au final, l’art devrait appartenir à Monsieur et Madame tout le monde», pointe Pascal Meyer. En septembre 2016, il a donc eu une idée complètement folle: proposer à sa communauté de participer à l’acquisition d’un tableau de maître. Mais pas n’importe lequel. «Quand je m’intéresse à un domaine, je cherche toujours le produit le plus compliqué à obtenir…», détaille-t-il.

{Le tableau] sera mis gracieusement à disposition des musées helvétiques pour que chaque contributeur puisse le voir gratuitement à proximité de chez lui. «Il y aura leur nom affiché à côté et ils seront également consultés pour toutes les décisions importantes, notamment pour savoir où est-ce qu’on va l’exposer ou par exemple, s’ils veulent le revendre», détaille Pascal Meyer

Vidéo : https://youtu.be/w4XvIf68Urc

 

2017-11 Le street artiste Philippe Echaroux donne un visage aux déchets

Faire du beau avec du moche pour éveiller les consciences. Voici, en substance, le leitmotiv de Philippe Echaroux pour son nouveau projet After The Dream. Ce street artiste 2.0 marseillais avait déjà réalisé deux précédents projets en liens avec l’environnement : Ice Scream, avec des projections sur un glacier des Alpes et Amazonia, où il projetait des portraits d’une tribu sur des arbres de la forêt amazonienne.

A chaque fois le but est le même : sensibiliser sur les changements climatiques et sur l’écologie.

A ce titre, le site www.afterthedream.org incite les citoyens à ramasser des déchets, créer une œuvre, envoyer une photo sur le site et dire combien de déchets ils ont ramassé. « L’œuvre c’est surtout pour le côté ludique, mais qu’elle soit belle ou pas là n’est pas l’importance. C’est juste un prétexte pour ramasser des déchets », explique Philippe Echaroux.

Source : 20minutes.fr

After The Dream – Philippe Echaroux