le site Aware et le musée d’Orsay rendent les femmes artistes plus visibles…

L’association Aware [fondée en 2014, Archives of women artists, research and exhibitions] s’est associée au musée d’Orsay pour mettre en lumière les femmes artistes du XIXe siècle. 40 portraits sont publiés tous les samedis depuis le 6 mars. Certaines de ces femmes sont aussi présentées aux enfants dans la série animée « Petites histoires de grandes artistes ».

Rosa Bonheur (portrait d’Anna Klumpke) : libre de droits
Julia Margaret Cameron, libre de droits
Mary Cassatt : © Pictorial Press Ltd / Alamy Banque D’Images
Marie Bracquemond : libre de droits
Louise Abbéma : Louise Abbéma, artiste peintre, © Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie
Félicie de Fauveau : Ary Scheffer, Félicie de fauveau, 1829, libre de droits SERVICE DE PRESSE

Jusqu’en décembre 2021, le portrait de 40 femmes artistes comme Eva Gonzalès, Louise Abbéma ou Janet Scudder sont publiés tous les samedis sur le site d’Aware. L’équipe scientifique du musée s’est chargée des recherches et de l’écriture de leurs notices.

Le site s’adressait dans un premier temps aux étudiants et universitaires. Mais, depuis un an, sa fondatrice souhaite atteindre un public plus large, comme les enseignants et les jeunes générations. « Des parcours thématiques vont accompagner les 40 notices, avec un vocabulaire adapté aux plus petits. » L’année dernière, l’association a d’ailleurs lancé une série animée pour enfant, dont la deuxième saison sort ce mois d’avril.

Page de garde du site de l’association AWARE – avril 2021
@Musée-d-Orsay

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

Des maisons de peintres à visiter en ÎLE-de-France

Connue pour son foisonnement artistique, l‘Ile-de-France a conquis bon nombre de peintres venus installer maison et atelier. Lieu de vie et de création, certaines des maisons occupées par des artistes de renom ont gardé leur charme d’antan, et se visitent à quelques minutes seulement de la capitale.

Pour illustrations, on citera :

  • Musée national Gustave Moreau : 14 rue de La Rochefoucauld – Paris 75009
    www.musee-moreau.fr
musee-delacroix

NFT, le crypto-art

C’est depuis quelques mois la nouvelle lubie d’internet et depuis quelques semaines celles des médias : les NFT, pour Non Fongible Tokens, ou jetons non fongibles en français. Ces pièces numériques uniques, certifiées par la blockchain (1) et qui s’échangent moyennant des sommes rondelettes, notamment dans le milieu de l’art contemporain. Pour posséder le titre de propriété d’une image, d’une vidéo, d’un morceau de musique voire d’un tweet, ce sont des millions de dollars qui sont en jeu.

Les NFT, les jetons non fongibles, sont des titres de propriété inviolables qui peuvent être appliqués à à peu près n’importe quel objet numérique : photo, vidéo, musique, élément de jeu vidéo, et même tweet ou extrait de rencontre sportive.


Source : France Culture

Biblio : L’œuvre d’art créée par le robot Sophia a été vendue aux enchères pour près de 700.000 dollars ; NFT-mania : Record pour une œuvre d’art numérique vendue 69 millions de dollars ;

(1) La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (définition de Blockchain France). Elle est la technologie au coeur  du Web Decentralisé et de son corollaire, la finance décentralisée. (lire le site officiel de Blockchain France)

Une œuvre d’art créée par un robot vendue plus de 580.000 euros — Geeko

NFT, l’avenir de l’art ?

NFT : avatar de la « crypteuphorie » ou l’avenir de l’art ?

Ces Non-Fungible-Tokens ou « jetons non échangeables » sont des titres de propriété uniques, fondés sur la même technique de certification que les cryptomonnaies ; et ils se vendent aux enchères à plusieurs centaines de milliers, voire des millions de dollars : outre les clips de sport et musique, le tweet de Jack Dorsey a atteint 2,5 millions, des dessins plus de 7 millions de dollars. 

Le dessin reste l’objet virtuel roi, par son nombre et ses prix : les plus chers sont les créations de Mark Winkelmann, alias Beeple, véritable fusée du marché de l’art contemporain qui accède en deux mois au statut de troisième artiste le plus cher derrière David Hockney et Jeff Koons, après avoir vendu un ensemble de 5000 dessins plus de 69 millions de dollars via la maison de vente Christie’s. 

« The First 5000 Days », le montage numérique de 5000 dessins réalisés chaque jour pendant 14 ans par « Beeple », vendu le 11 mars dernier plus de 69,3 millions de dollars aux enchères par Christie’s• Crédits : HANDOUT / CHRISTIE’S AUCTION HOUSE – AFP

Les NFT ont déjà multiplié la valeur du marché de l’art numérique par 10 entre 2018 et 2020. Les acheteurs se verraient « plus comme investisseurs que des collectionneurs ». 

Sources : france-culture ;

Biblio : La blockchain appliquée au monde de l’art ; Les œuvres d’art NFT arrivent en galerie ; NFT, le crypto-art ;

Un marché de l’art imperméable aux crises

Malgré un contexte économique morose, la mondialisation et la digitalisation du secteur, ces vingt dernières années, ont permis aux ventes aux enchères de continuer à battre des records. « Un tableau de Warhol peut aujourd’hui coûter trois fois plus cher que la maison où il est accroché », constate Nathalie Obadia, galeriste parisienne.

Quoique secoué de convulsions en vingt ans, le marché de l’art a toujours tiré son épingle du jeu. Parfois mieux que d’autres investissements. En 2000, quand l’indice boursier S&P 500 (basé sur 500 grandes sociétés cotées aux Etats-Unis) plonge de 46 %, l’indice des prix Fine Art établi par Artprice (1) (2) recule seulement de 11 %. Idem en 2020 : les prix de l’art n’ont chuté que de 13 %, alors que l’indice S&P 500 a perdu 23 %.


Source : lemonde.fr

(1) ArtMarket.com, créée en 1997, est une entreprise française de cotation du marché de l’art sur Internet, et de vente d’œuvres d’art en ligne. Elle est cotée à la bourse de Paris. Wikipédia

(2) Artprice propose la plus exhaustive des banques de données d’artistes au monde avec 752 713 artistes recensés, que ce soit pour une seule pièce, comme une sculpture du XIXème siècle, ou bien un ensemble de peintures léguées par votre aïeule.

La Maison des Peintres, pour promouvoir et développer la pratique des arts