Archives pour la catégorie Patrimoine

2018-03 D’avril à septembre, faites un voyage autour de la faïence et des motifs

Six musées pour six expositions différentes. Mais autour d’un même thème : la faïence. C’est le grand projet auquel vous allez pouvoir assister d’avril à septembre dans la région de la Côte d’Opale.

De l’Audomarois, à la Flandre en passant par le Boulonnais, vous allez pouvoir découvrir différents aspects de l’histoire de la faïence dans la région au cours de cette grande exposition : “De Delft à Desvres, le merveilleux voyages des faïences et des motifs”.

Source.s : deltafm

Permalien : https://wp.me/p5riis-AD

Publicités

2018-03 Les ferronnières d’art de Noailles (Haïti)

La sculpture de fer découpé fait partie du patrimoine culturel d’Haïti. Cet art est traditionnellement pratiqué par les hommes en raison du fait qu’il demande beaucoup de force physique. Les sœurs Balan font partie des rares femmes à s’adonner à cet art. Elles nous permettent de jeter un autre regard sur la sculpture, exceptionnellement faite par les femmes.

  • Village artistique de Noailles : lire+
  • À Croix-des-Bouquets, le village de Noailles est le cœur de l’artisanat haïtien : lire+
  • Village artistique de Noailles sur Facebook 
  • Ferronnerie d’art (métier – Onisep)

Source.s : lenouvelliste

Permalien : https://wp.me/p5riis-Ay

2018-03 Grenoble labellisée “Ville d’art et d’histoire”

(article publié sur France3-regions le 11/09/2017)

Désormais, Grenoble n’est plus seulement la capitale des Alpes, elle est aussi « Ville d’art et d’histoire« . A travers ce label décerné par le ministère de la Culture, c’est le travail de préservation de la richesse patrimoniale de la ville qui est reconnu et encouragé.

« Mêlant toutes les époques depuis l’Antiquité, la ville du 21e siècle, telle une mosaïque, juxtapose traces, espaces publics, architectures, tout en conservant l’écrin immuable des montagnes environnantes« , explique la municipalité.

2018-01 Restaurateur d’œuvres d’art, un métier-passion

Actualité  >Grand Sud > Lot

La restauration de peintures et de sculptures d’art est le métier-passion de Marie-Lys de Castelbajac. Elle nous parle de son activité.

Comment vous est venue cette passion pour votre métier de restaurateur d’œuvres d’art ?

Tout à fait par hasard. J’étais en licence d’histoire et d’archéologie à la Sorbonne à Paris, lorsque s’est créée une maîtrise de sciences et techniques de conservation et restauration des œuvres d’art. Voulant m’approcher au plus près de fouilles archéologiques, j’ai suivi cette filière afin d’être sur le terrain et je suis «tombée dedans». J’ai tout de suite compris que c’était ma voie.

C’est une profession qui regroupe tout ce que j’aime : l’histoire, la recherche archéologique et tout ce côté artistique que cela m’a fait découvrir.

Lire+

2018-02 La naissance du style Guimard (collection du musée d’Orsay)

Le musée d’Orsay conserve depuis 1995 l’important fonds de dessins (plus de 2 000) qui avait été déposé par l’architecte dans l’orangerie du domaine de Saint-Cloud en 1918 et sauvé in extremis de la destruction en 1968 par l’Association d’étude et de défense de l’architecture et des arts décoratifs du XXe siècle.

Depuis Hector Guimard (1867-1942) a fait l’objet d’une importante réhabilitation qui a mis en évidence l’importance du caractère abstrait de son vocabulaire ornemental pour la naissance de l’Art moderne.

A l’occasion du cent-cinquantième anniversaire de la naissance d’Hector Guimard, le musée d’Orsay propose de revenir sur la formation de cet architecte emblématique de l’Art nouveau en présentant une sélection de dessins relatifs à ces années de formation à l’École des arts décoratifs puis à l’École des beaux-arts (1883-1893). Ceux-ci permettent de mieux comprendre la complexité des sources qui, avant la découverte en 1895 de l’architecture de Victor Horta, constituèrent le creuset du célèbre style Guimard.

En 1965, la ville de Paris donne à Montréal un entourage Guimard à l’occasion de la construction de son réseau de métro. Il a été installé au square Victoria, dans le centre-ville.

Connu principalement pour ses entrées du métro parisien, Hector Guimard fut avant tout architecte et designer. Il dessina des villas, hôtels particuliers et immeubles de rapport et créa également les décorations intérieures, meubles et objets divers, le tout dans un style raffiné très personnel.

Source(s) et bibliographie : 

 

Le « Castel Béranger » est l’un des tout premiers réalisés par Guimard alors qu’il n’a même pas 30 ans (1898). Malgré de vives protestations d’un certain public choqué par l’exubérance du style, le jeune architecte obtiendra avec le Castel Béranger le 1er prix de la plus belle façade de la ville de Paris.

Cet immeuble, à l’origine du succès de Guimard, est aussi considéré comme l’œuvre fondatrice du mouvement Art Nouveau.

LE CASTEL BÉRANGER
14 rue Jean de La Fontaine, 16e arrondissement

 

Lien court de cet article : https://wp.me/p5riis-zN