Archives pour la catégorie Matériels et Peintures

2019-08 Arp, le premier logiciel dédié aux arts plastiques

(c) Claude Husson ‘Paysage’

C’est grâce à son métier de professeur d’arts plastiques qu’il a découvert l’informatique dans les années 80. Depuis, Claude Husson ne cesse d’utiliser cet outil pour arpenter la peinture sous toutes ses formes. Comme le démontrent les 23 œuvres visibles actuellement à l’Atelier Legault.

Plus cartésiennes, plus rationnelles, plus… mathématiques. Ce qu’il réalise «est une série d’algorithmes, même si avec l’informatique, j’en ai d’autres», avoue celui qui, depuis plus de trente ans, a prouvé qu’on pouvait être peintre et avoir le teint maths.

(c) Claude Husson ‘Tableau 16’

Depuis 1982, plus exactement, année où il créé Arp, le premier logiciel dédié aux arts plastiques. Arp, comme Jean Arp, le célèbre peintre et sculpteur, qu’il admire. L’outil sera d’abord exposé au Musée Sainte Croix de Poitiers, où il enseigne alors, avant de se retrouver au Centre Georges Pompidou à Paris l’année suivante. «L’informatique ne joue pas contre l’homme mais avec», martèle-t-il. A noter qu’il a été consultant de l’Unesco pour l’enseignement artistique. 

Source : hautanjou.com

Publicités

2019-02 Salon « Chaos » (SEL-Sèvres) : 100 exposants

La Ville de Sèvres (92310), La Sévrienne des Arts et le SEL ont le plaisir de vous convier au salon « Chaos » qui se déroulera du 8 au 17 février 2019 au SEL, 47 Grande rue – 14h30/19h

Hervé Bourdin – photo @ jean-gabriel giraud

L’invité d’honneur est le peintre graphiste, Hervé Bourdin.

100 exposants (France et Ile-de-France) présentent, chacun à sa manière leur vision personnelle du « Chaos :  confusion, débâcle, destruction, chambardement, trouble, mêlée, imbroglio, pêle-mêle,  tumulte… comme disait Nietzsche « Il faut avoir un chaos en soi-même pour accoucher d’une étoile qui danse. »

Le comportement chaotique est à la base de nombreux systèmes naturels tel que la météo ou le climat. Le chaos ne veut pas dire irraisonné ! mentionne Christine Elias (gravure sur bois).

Le visiteur appréciera la multiplicité et la diversité des techniques employées : encre de chine, acrylique, gravure, métal, grès, acier, technique mixte, huile, collage, photo, aquatinte, estampe, bois, terre cuite, image digitale, bitume, plâtre, résine, toile froissée, tissu, textile, bronze, marbre, tempera, mine de plomb, linogravure, broderie, collage numérique, verre thermoformé, papier mâché, graphite, bombe, ardoise, spray, pastel, papier japon marouflé, filasse de lin, mosaïque, pointe sèche, vidéo, aquarelle…

On notera la présence de Hélène Baumel (« Explosion Aquatinte« ); Martine Bessières (« Insurrection » – acrylique sur papier); Suzelle Billioud (« Après la guerre, 1 » – acrylique et collages); Serge Massol (« Affrontement » – sculpture sur bois peinture); Emmanuel Pajot (« La terreur des sans loi » – acrylique; « La bonne poire » – collages); Julien Rasle (« L’indénombrable » – graphite sur papier)…

Visite guidée sur quelques oeuvres choisies

Ouvres de Hervé Bourdin – vue d’ensemble – – photo @ jean-gabriel giraud

 

Hervé Bourdin « En attendant » – – photo @ jean-gabriel giraud

 

oeuvres de Inoue Yukichi « Chapiteau à quatre têtes » (pierre d’Okinawa) – – photo @ jean-gabriel giraud

 

au premier plan – Hiam Demeulenaere, Eve II – – photo @ jean-gabriel giraud

 

(détail) Anne-Sophie Guicheney « Quête », technique mixte – transfert, acrylique et huile sur toile – – photo @ jean-gabriel giraud

 

Estelle Zuber, « La Tour de Babel » (technique mixte) – photo @jean-gabriel giraud

 

vue générale – photo @jean-gabriel giraud

 

Claire Montoya « Hommage à Mondrian » (Verre Bullseye thermoformé) – photo @jean-gabriel giraud

 

Caroline Badou « Expansion » (acier découpé et ciré) – photo @jean-gabriel giraud

 

Nos remerciements aux artistes, tout en leur présentant nos excuses pour la non présentation, sur cette page, de toutes les œuvres exposées.


Permalien : https://wp.me/p5riis-OX

2019-02 Transmettre la passion de la calligraphie chinoise

Truong Chanh Trung enseigne la calligraphie chinoise Photo Radio-Canada – Nicole Germain

Maître dans l’art de peindre à l’encre de Chine, l’artiste Truong Chanh Trung partage son amour de la calligraphie dans ses cours offerts depuis plus de 20 ans à l’Université du 3e âge de l’Université Laval.

L’artiste chinois âgé de 76 ans, qui réside à Québec depuis de nombreuses années, enseigne cette technique millénaire apprise lorsqu’il vivait au Vietnam.

C’est l’envie de connecter avec les gens et la culture de son pays d’accueil qui l’a poussé à offrir des ateliers de calligraphie.

« C’est une passion. Je voulais comprendre, connaître la culture occidentale et je me suis dit : « je sais comment écrire, contrôler le pinceau pour structurer l’écriture, alors pourquoi je ne le partagerais pas avec tout le monde? », évoque-t-il.

Source :  Radio-Canadavidéo ;

2019-02 Ces livres anciens renferment des illustrations cachées

Quand la tranche d’un livre cache une mystérieuse illustration. Ces fresques (Fore-Edge Painting) que l’on peut découvrir sur la tranche de certains livres anciens sont le fruit d’un travail très minutieux. Cette méthode qui consiste à peindre un petit peu le bord de chaque a pris naissance au cours du Moyen Age européen, mais s’est  fait connaître au milieu du 17ème siècle et a perduré jusqu’au 19ème siècle.

Il existait même des livres qui avaient trois peintures sur la tranche, l’une quand on pliait les pages dans un sens, une autre quand on les pliait à l’envers et une dernière directement sur la tranche.

Sources : Limportant_fr ; golem13.fr ; laboiteverte.fr ;

(c) laboiteverte.fr

2019-02 La technique du papier découpé – l’art chinois

À quelques jours de la célébration de la fête de fin d’année chinoise, l’entreprise China state construction engineering corporation (CSCEC) a organisé, le 1er février à Brazzaville (Congo), des échanges culturels d’apprentissage de l’art chinois au profit de ses employés congolais et leurs enfants.

photo : adiac-congo.com

L’exercice exige une bonne coordination de la main et du regard ainsi que de l’entraînement pour arriver à maîtriser l’outil: les ciseaux, dont l’utilisation demande de la précision car, pour découper, il faut faire une séquence de gestes précis : ouvrir les ciseaux, les placer perpendiculairement au papier et les fermer, puis les ouvrir à nouveau, avancer sur le papier dans la continuité de la ligne déjà découpée… et recommencer. Pendant près d’une heure, muni des ciseaux, chacun est resté concentré afin de réussir le découpage.

photo : http://www.adiac-congo.com (extrait)

Les papiers découpés ont des formes diverses. Ils sont souvent inspirés de symboles comme : un poisson; la volaille ; un animal ; un fruit ; la grue; les canards; les paysages, etc.

Le Nouvel An chinois commence le 5 février. L’année chinoise 2019, c’est l’année du signe du cochon de terre. Le cochon est loyal, honnête, confiant, sociable, travailleur mais également obstiné.

================================================

En Chine, c’est un art nommé jiǎnzhǐ (chinois simplifié : 剪纸, chinois traditionnel : 剪紙), probablement un des plus vieux beaux-arts populaires chinois. Il est notamment pratiqué dans la province du Jiangsu, du Shaanxi ou la péninsule du Jiaodong depuis plus de 2 000 ans, traditionnellement pratiqué pour la Fête du printemps (nouvel an lunaire chinois) (voir papier découpé chinois).

================================================

Source : adiac-congo.com  ; wikipédia ;