Archives pour la catégorie Actualités internationales

2017-09 Expos Paris/Régions

En ce début septembre, les pages artistiques de culturebox sont riches d’informations. De nombreuses expositions se préparent dans Paris intra muros et dans toutes les régions françaises.

Valérie Oddos @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox, présente les merveilles régionales, De Jean-François Millet à Lucien Hervé, quinze expositions à voir en régions

Peinture avec Jean-François Millet à Lille et Monet au Havre, photographie avec Lucien Hervé à Tours et Ralph Gibson à Montpellier, et aussi foot à Marseille, le Japon à Metz et la musique dans l’Antiquité à Lens, notre sélection d’expositions à voir en régions cet automne.

… tandis que la rédaction font découvrir De Gauguin à César, quinze expositions à voir à Paris cet automne.

La Passerelle des Arts fait le choix de vous présenter ses coups de coeur :

Jean-François Millet au Palais des Beaux-Arts de Lille
La musique et l’Antiquité, au Louvre-Lens
« Impression, soleil levant » de Monet revient au Havre, au Muma, le temps d’une exposition
Joseph-Benoît Suvée, un peintre néoclassique à découvrir à Tours
Fred Deux au Musée des Beaux-Arts de Lyon
Paul Gauguin au Grand Palais
Raymond Depardon à la Fondation Cartier-Bresson
« Etre moderne » : le MoMA investit la Fondation Louis Vuitton
« Degas Danse Dessin », un hommage à Degas avec Paul Valéry, au Musée d’Orsay
Publicités

2017-08 Rencontre Internationale d’Art Contemporain d’Alger (octobre)

La première Rencontre Internationale d’Art Contemporain d’Alger aura lieu à partir du 26  au 31 octobre 2017 avec la participation de 40 pays.

L’Art contemporain sera célébré à Alger, grâce à l’ARTA, aux couleurs du monde entier. C’est en effet pas moins de 40 pays qui seront représentés chacun par un artiste invité. Ces derniers participeront à des rencontres artistiques, des projections dédiées à l’art, des conférences et débats, des ateliers et master-classes, ainsi que des expositions thématiques. L’Algérie sera pour sa part représentée par 5 artistes de renommée internationale.

« ELLE, est enfin née cette rencontre, fille de toutes nos espérances, et de nos vœux les plus chers d’organiser, de créer ensemble et de réunir quelques plasticiens du monde pour échanger, montrer, discuter autour de la thématique artistique actuelle dans toute sa complexité. »

Lyès Khelifati , Coordinateur Général, ARTA

… découvrir le règlement de participation sur le site officiel de l’événement.

 

2017-08 Biennale de Venise, le nouvel Olympe

Viva Arte Viva ! Rien ne pouvait être plus plaisant comme titre. Plus qu’une promesse, une invitation à célébrer l’art dans l’allégresse.

Merci à Christine Macel pour cette proposition qui, alors même que seule la valise était prête, emportait une pleine adhésion. Pour être honnête, chaque Biennale de Venise est l’occasion d’un enthousiasme pluriel. Mais pour cela, il faut ignorer les commentaires des grincheux, vieux de la vieille comme parvenus, qui trouvent toujours que c’était mieux hier. Même quand ils n’y étaient pas ! Levons sur le champ le doute : chaque Biennale est unique. Et ne pas pouvoir s’y rendre, un regret.

Alors, à tous ceux qui n’auront pas la chance de voguer vers la Sérénissime cet été, ArtsHebdoMédias propose un voyage en trois escales. La première vous entraîne à la découverte de mythologies contemporaines, de mondes parallèles, de figures magiques.

Quand les dieux envahissent Venise, la fête est forcément au rendez-vous.

Continuum – Removing the Mountains and Filling the Sea, Wang Tianwen, Wu Jian’An, Tang Nannan et Yao Huifen, 2015

Source : artshebdomedias.com

2017-06 L’art s’épanouit sur la Toile, avec la digital native

Algorithmes, capteurs, réalité virtuelle… Depuis plus de quarante ans, des artistes explorent le potentiel de création des outils numériques. Longtemps en marge du sérail de l’art contemporain, ils sont aujourd’hui rejoints par la nouvelle génération « digital native » de créateurs.

Des créateurs atypiques

L’évolution et la démocratisation de l’informatique vont favoriser l’éclosion du mouvement. Mais la deuxième génération de créateurs digitaux affiche un profil atypique. Tous ne viennent pas du monde des Beaux-Arts. Loin de là !

« Le code c’est du texte, donc une sorte de matériau sur lequel on intervient, explique Antoine Schmitt, qui travaille depuis chez lui avec pour tout atelier… son ordinateur. En programmant, j’écris une action qui va se produire et dont je visualise en partie les contours. »

Génératif, interactif, immersif

Historiquement, l’art numérique renvoie donc d’abord aux oeuvres dites « génératives ». Autrement dit, qui se déploient sur un écran, de manière aléatoire selon le bon vouloir d’un logiciel. Un processus qui offre un champ infini d’expérimentations esthétiques.

Mais les créateurs numériques ne s’en tiennent pas là. Ils creusent également le potentiel « interactif » et « immersif » du numérique, cherchant à proposer une autre forme d’expérience au public (réalité virtuelle, fractal… lire notre article)

Net Art et post-Internet

Déjà très disparate, l’art numérique s’est encore un peu plus diversifié avec l’arrivée, à partir des années 90-2000, d’une troisième génération d’artistes tournés vers Internet. Dans un premier temps, ils ont commencé par utiliser le Web comme support de l’oeuvre. Baptisé Net Art, ce courant donne naissance à un nouveau type de créations dites « d’URL », visibles par qui veut à une adresse donnée.

Mais, à l’inverse de leurs aînés, beaucoup de ces artistes ne se revendiquent plus nécessairement de l’art numérique.

Matérialiser les oeuvres

Cette nouvelle génération de créateurs coïncide avec une timide ouverture du marché. À Paris la galerie Charlot promeut depuis sept ans une quinzaine d’artistes numériques. « Peu habitués à vendre à des particuliers, ils ont dû faire un effort pour matérialiser leurs oeuvres », précise sa fondatrice Valérie Hasson-Benillouche. Une pièce « générative » se présente désormais souvent comme un écran plasma logé dans un tableau que l’on a juste à brancher : l’ordinateur et le logiciel sont cachés dans l’épaisseur du cadre.

Les artistes ont aussi été priés de fournir une documentation technique précise qui permette, le cas échéant, la mise à jour du logiciel ou du système d’exploitation. Car, longtemps, les acheteurs ont considéré la pérennité de l’oeuvre comme un frein.

Une cote bien réelle

Même s’ils ne rivalisent pas avec les stars de l’art contemporain, les artistes, dits numériques, commencent à afficher des cotes respectables. Les oeuvres du pionnier Manfred Mohr peuvent atteindre les 100 000 euros, comme celles de Rafael Lozano-Hemmer ou de Charles Sandison. Ce dernier a d’ailleurs été exposé dès 2006 à la galerie Lambert. Très en vogue, les pièces de Davide Quayola avoisinent les 50 000 euros. Tandis qu’un tableau « génératif » grand format de Miguel Chevalier s’acquiert pour 30 000 euros. D’Antoine Schmitt à Alain Vernhes, la plupart des oeuvres présentées à la galerie Charlot spécialisée dans ce type de créations s’échelonnent de 15 000 à 24 000 euros.

Source : lesechos.fr

 

2017-06 Nice, capitale estivale de l’Art Contemporain Béninois

Située à Nice, la Villa Arson accueille du 4 Juin au 17 Septembre l’exposition « Stop Ma Pa Ta », une manifestation culturelle dédiée aux œuvres d’art du Bénin.

Une multiplicité de formes d’expression réalisées par 14 artistes béninois, sous le thème de l’environnement, de l’urbanisme, des dérives de la surconsommation ou de la culture Vodun sont exposées. Ces œuvres d’art sont magnifiées au sein de la Villa Arson, bâtie sur un lieu chargé d’histoire, riche par son patrimoine architectural et culturel aux influences italiennes du courant du XIXème, et redynamisé au début des années 60 sous l’impulsion d’André Malraux, ministre chargé des Affaires culturelles sous la présidence du général de Gaulle.

L’exposition « Stop Ma Pa Ta » n’est pas une initiative isolée. On peut désormais parler de véritable montée en puissance de la représentation de la création béninoise. Grâce aux efforts sans relâche menés par le galeriste Robert Vallois pour faire rayonner les artistes de ce pays (1), le Château de Tanlay avait déjà rendu hommage, l’été dernier, aux grands noms et aux jeunes espoirs de la scène artistique béninoise.

INFOS PRATIQUES :

Exposition « Stop Ma Pa Ta » du 4 Juin au 17 Septembre 2017
Ouvert tous les jours de 14h à 18h (de 14h à 19h en juillet et août) sauf le Mardi.
Exposition ouverte le 14 Juillet 2017.
Entrée libre.
Villa Arson, 20 avenue Stephen Liégeard – Nice
Visite accompagnée : RDV / Point de vue tous les jours d’ouverture à 15h.
Informations et réservations pour les visites de groupes et les ateliers jeune public :
Tel : +33(0)4.92.07.73.84
servicedespublics@villa-arson.org

Source: forbesafrique.com

(1) lire+ « 2017 : UNE ANNÉE SOUS LE SIGNE DU BÉNIN » de la galerie Robert Vallois