Archives du mot-clé réalisme

De l’art de composer des ‘natures mortes’

Rickus, Janet – Being Green, oil on panel

Janet Rickus est méticuleuse dans son approche des compositions de natures mortes qu’elle rend à l’huile sur toile et sur panneau. Autodidacte, Rickus s’est spécialisée dans la peinture de fruits, de légumes, de récipients et de linge disposés sur des étagères. Elle ne modifie pas les formes, les tailles ou les tons des objets devant elle en studio, choisissant plutôt de capturer avec précision leurs transformations naturelles. Les compositions sont étudiées avec soin, mixant ainsi forme et couleur, insufflant à l’œuvre un regard singulier et contemporain sur l’histoire de la nature morte.

L’habile « illusionnisme » de Levi Wells Prentice

Levi Wells Prentice, painter

L’artiste autodidacte Levi Wells Prentice [1851-1935] est surtout connu pour ses compositions réalistes de natures mortes de fruits disposés dans un paysage ou débordant abondamment de paniers de boisseaux. Au début de sa carrière, il a peint des portraits et des paysages de la région des montagnes Adirondack du comté de Lewis, New York, sa ville natale.

En plus de ses talents artistiques, il était un artisan qui aimait fabriquer ses propres pinceaux, palettes et cadres.

L’hyperréalisme de Marcos Beccari

credits Marcos Beccari

Marcos Beccari est un artiste brésilien (et philosophe) versé dans les aquarelles aquatiques. Il peint des scènes d’eau, l’élément devenant prédominant par rapport aux personnages qui y évoluent.

Professeur à l’Université fédérale du Paraná, il ne vit pas de ses créations qui ne sont d’ailleurs pas à vendre.

Biblio : source ; home ; instagram ; Art Gallery ; Université fédérale du Paraná (Wikipedia)

Herman Tulp, de l’Art de la lumière et du réalisme

Tulp, Herman (Dutch, b. 1955) – Strawberries and Tea Tin (2014) , oil on panel

Herman Tulp (Zwolle, 31 décembre 1955) est un peintre hollandais. Il est compté parmi les réalistes indépendants ou la quatrième génération des réalistes nordiques.

Tulp se concentre sur les natures mortes, mais a également d’autres sujets dans son répertoire, tels que les nus féminins. Au fil des ans, le symbolisme auparavant abondant et le ton surréaliste sont devenus subordonnés à la lumière, à l’atmosphère et à la composition. Les femmes et les filles représentées sont dans des espaces où le temps a laissé sa marque.

Sources : Wikipedia ; Paintings ;

Les raboteurs de parquet

Une œuvre réaliste et documentaire… En 1875, le peintre Gustave Caillebotte réalise « Les raboteurs de parquet » et suscite un vif débat entre ceux qui y voient une peinture jugée trop bourgeoise et ceux qui défendent la grande modernité de la composition.

Via une vidéo postée sur Instagram, Grandpalais. fr explique les contours et la modernité de cette oeuvre de Caillebotte.

Caillebotte – les raboteurs de parquet, 1875

Ce tableau est l’une des premières représentations du prolétariat urbain. Alors que des paysans (Les Glaneurs de Millet) ou des ouvriers de campagne (Les Casseurs de pierres de Courbet) avaient souvent été représentés, les ouvriers des villes avaient rarement été peints.
Contrairement à Courbet ou à Millet, Caillebotte n’intègre aucun message social, moralisateur ou politique dans son travail. Son étude documentaire approfondie (gestes, outils, accessoires) justifie sa place parmi les réalistes les plus accomplis. (source)