Archives du mot-clé surréalisme

2018-03 « Touches féminines où se mêle le langage des couleurs » (MAMO/Oran)

ORAN – Une exposition collective d’artistes peintres s’est ouverte dimanche au Musée d’art moderne d’Oran (MAMO) sous le slogan « touches féminines où se mêle le langage des couleurs« .

Cette manifestation, à laquelle prennent part 35 femmes peintres des wilayas de l’ouest algérien, est considérée comme le premier regroupement des créations de femmes en art optique au niveau national, selon la coordinatrice de cette exposition organisée par le musée national public « Ahmed Zabana » d’Oran.

Les 96 tableaux des participantes dont les styles artistiques inspirées de l’impressionnisme, l’abstrait, le surréalisme, la calligraphie arabe, la miniature et la sculpture traitent de plusieurs sujets sociaux décrivant des traditions et coutumes de la société, des vieux quartiers, exprimant des causes humanitaires, la souffrance des peuples et la solidarité avec la question palestinienne, indique-t-on.

Oran, des touches féminines à une exposition collective

Source :  aps.dz

Lire également « Formes et couleurs féminines« , thème de la deuxième édition de l’exposition collective de femmes artistes marocaines qui se tient du 8 au 16 mars au Centre culturel de Settat en célébration de la Journée mondiale de la femme. Cette exposition a été organisée par l’Association «Adwae» (lumières) des femmes artistes marocaines (AFAM)

Publicités

2018-01 Georg Baselitz, un talent brut, une œuvre colossale

 

Georg Baselitz, novembre 2009 © Museum Frieder Burda, Baden-Baden

Georg Baselitz a connu les Nazis, les terribles bombardement de Dresde, le communisme. Par son style brutal, ses couleurs vives, sa radicalité, il a restitué cette violence.

Le rôle social de l’artiste est d’être asocial

Baselitz avait prévenu. Dès 1961, dans Pandemonium, un manifeste pastichant les surréalistes, il écrivait : « L’artiste n’a de responsabilité envers personne. Son rôle social est d’être asocial. Sa seule responsabilité réside dans sa position face au travail qu’il accomplit. » Alors il peint — ou plutôt « peinturlure », selon ses détracteurs — des toiles aux formats gigantesques qu’il pose à même le sol, n’hésitant pas à les piétiner. Son style est brutal, énergique : les coups de brosse et les traces de doigts sont apparents, les couches épaisses, les couleurs vives. Quant aux motifs aux formes simplifiées, ils sont aussi rustiques et primitifs qu’une statuette africaine.

Georg Baselitz Visit from Hokusai

Source(s) :  ses oeuvres via la requête Google ; telerama.fr ; mooreuw.com (biographie) ; vidéo

Lien court : https://wp.me/p5riis-y8

2017-01 Environnement, photographies et art abstrait

j-henry-fair6

Art contemporain ? Peinture expressionniste ? Surréalisme ? Pop Art ? Abstraction ?

Non…. il s’agit de boues rouges (bauxite d’aluminium), particulièrement nocives pour l’environnement (vues du ciel).

Photographe et scientifique, J. Henry Fair propose une série impressionnante de clichés mettant en avant les dégâts causés à l’environnement par les êtres humains. Fruit de 15 ans de travail, il révèle ainsi les atteintes multiples et systématisées provoquées à la nature par les industries qui alimentent nos consommations quotidiennes.

Lire+