Archives du mot-clé Robert Doisneau

[Art et images] Robert Doisneau, la petite musique de la rue

Au-delà de son image exotique d’un photographe du gentil Paris, de sa banlieue modestement en goguette, de ses enfants à la Poulbot, Robert Doisneau (1912-1994) incarne, l’air de rien, cette résistance au malheur, cette opiniâtreté par le sourire, antidote gratuit et efficace. Une petite musique de la rue qui plane au-dessus …

Amoureux de Paris et de sa banlieue, ce photographe humaniste a œuvré près des musiciens. Une exposition à voir à la Philharmonie jusqu’au 28 avril 2019.

« J’ai l’oreille complètement en friche pour le classique, mais la chanson m’aide. Dans la rue, vous sifflotez des petits airs qui vous donnent du courage. »

Rolleiflex en bandoulière, Robert Doisneau a arpenté des années durant Paris et ses banlieues. Dans ses clichés, la musique est partout présente et participe surtout du regard humaniste du photographe. Car l’amour pour la musique naît souvent chez Doisneau d’un amour pour les gens : en témoigne la série réalisée avec Jacques Prévert, ou encore l’immense galerie de portraits magnifiant son ami violoncelliste Maurice Baquet.


Sources : wikipédiasite officiel  ;  exposition


Permalien : https://wp.me/p5riis-NG

Publicités

2018-05 La Palestine a son musée d’art moderne et contemporain

La Palestine a son musée d’art moderne et contemporain : 350 œuvres y sont exposées.  Un outil de réconciliation et un défi !

Initié par le diplomate Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine à l’Unesco, et l’artiste Ernest Pignon-Ernest, le musée d’Art moderne et contemporain de Palestine est une collection itinérante et en exil.

Le peuple palestinien n’a pas besoin d’attendre que le conflit soit résolu avant de commencer à jouir et d’être au contact de belles choses.” Tout de suite, Elias Sanbar donne le ton et se réjouit que l’initiative se concrétise chaque jour un peu plus, notamment à travers une exposition actuellement à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris.

Koraichi Rachid ‘Les Maîtres de l’invisible – A1 Tijâni’ (détail)

C’est en 2009 que l’idée d’un musée d’art moderne et contemporain est née dans son esprit et celui de son ami et artiste Ernest Pignon-Ernest. Leur but : constituer une collection et construire un musée pour l’accueillir en Palestine, territoire doté, pour le moment, de collections privées et d’un musée d’histoire ouvert en 2016 à Bir Zeit. Il ne s’agit pas d’un musée sur la Palestine mais pour la Palestine

« Un musée des gens solidaires »

De la bande-dessinée à la peinture, en passant par la sculpture ou le dessin, le musée a pour ambition de cartographier l’art moderne et contemporain. Il est itinérant, reprenant le modèle de la collection Artistes du monde contre l’Apartheid initiée par Ernest Pignon-Ernest au début des années 1980. Une collection qui s’est sédentarisée lors de l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela.

Source : lesinrocks.com