Archives du mot-clé poésie

The Sound of Silence

Fermez les les yeux et écoutez Simon & Garfunkel – The Sound of Silence (from The Concert in Central Park) – août 2015

(Re)voir, (ré)écouter le concert de septembre 1981, à Central Park devant 500 000 personnes [ARTE Concert]. Un concert gratuit d’anthologie, au cours duquel les deux musiciens fêtaient leurs retrouvailles en y interprétant leurs plus grands succès (« Mrs. Robinson », « America », « Bridge Over Troubled Water », « The Boxer », « The Sound of Silence »…), ainsi que des morceaux issus de leur répertoire personnel, spécialement réarrangés pour l’occasion et joués avec un groupe de onze musiciens.

Paul Simon commence à écrire The Sound of Silence peu après l’assassinat de John F. Kennedy. Il compose d’abord la musique puis travaille sur les paroles, dont il termine l’écriture le 19 février 1964. Les premiers vers de la chanson, « Hello darkness, my old friend, I’ve come to talk with you again » (« Bonjour obscurité, ma vieille amie, je suis encore venu parler avec toi »), font référence au fait que Simon avait l’habitude de jouer de la guitare dans sa salle de bains, dont le carrelage faisait office de légère chambre d’écho, en éteignant la lumière et en faisant couler le robinet car il trouvait ce son apaisant. Le thème général de la chanson est le manque de communication entre les hommes.

Paul Simon et Art Garfunkel enregistrent la chanson le 10 mars 1964

Hello darkness, my old friend
I’ve come to talk with you again
Because a vision softly creeping
Left its seeds while I was sleeping
And the vision that was planted in my brain
Still remains
Within the sound of silence

In restless dreams, I walked alone
Narrow streets of cobblestone
‘Neath the halo of a street lamp
I turned my collar to the cold and damp
When my eyes were stabbed by the flash of a neon light
That split the night
And touched the sound of silence

And in the naked light, I saw
Ten thousand people, maybe more
People talking without speaking
People hearing without listening
People writing songs that voices never shared
And no one dared
Disturb the sound of silence.

(…)

… traduction Google

Bonjour ténèbres, vieil ami
je viens encore parler avec toi
Parce qu’une vision rampant doucement
A laissé ses graines pendant que je dormais
Et la vision qui a été plantée dans mon cerveau
Reste encore
Dans le son du silence.

Dans des rêves agités, j’ai marché seul
Rues étroites pavées
‘Sous le halo d’un réverbère
J’ai tourné mon col au froid et à l’humidité
Quand mes yeux ont été poignardés par le flash d’un néon
Qui a divisé la nuit
Et touché le son du silence.

Et dans la lumière nue, j’ai vu
Dix mille personnes, peut-être plus
Les gens parlent sans parler
Les gens entendent sans écouter
Les gens écrivent des chansons que les voix n’ont jamais partagées
Et personne n’a osé
Perturber le son du silence.

(…)

Lien court : https://wp.me/p5riis-2v6

[Street Art] Rainer Maria Rilke, par C215

Oeuvre située à proximité du 124 Grande Rue, 92310 SEVRES – Photo de @jggir

Portrait de Rainer Maria Rilke (1875-1926)

Portrait de Rainer Maria Rilke (1875-1926)

C215, pseudonyme de Christian Guémy, est un artiste urbain, pochoiriste français, né en octobre 1973 à Bondy.

Il travaille et vit à Ivry-sur-Seine, dans le Grand Paris, où il a invité des centaines d’artistes internationaux à transformer sa ville. (wikipedia; street-art-avenue)


Rainer Maria Rilke est un écrivain autrichien né le 4 décembre 1875 à Prague en Bohème et mort le 30 décembre 1926 à Montreux en Suisse.

Au terme d’une vie de voyages entrecoupés de longs séjours à Paris, il s’installe en 1921 à Veyras en Valais pour soigner la leucémie qui l’emporte en quatre années. Poète lyrique voire mystique ayant beaucoup versifié en français à la fin de sa vie, il a également écrit un roman, Les Cahiers de Malte Laurids Brigge, ainsi que des nouvelles et des pièces de théâtre et reste le traducteur de pièces importantes des poésies française et italienne. (wikipedia)

Autres articles sur C215:

Lien court : https://wp.me/p5riis-2a1

Yuichi ONO, le Maître des Fleurs

Expo du 20 novembre 2021 au 9 janvier 2022
Galerie ANAGAMA, 78000 Versailles (Quartier des Antiquaires)

Yuichi ONO est né à Osaka au Japon en 1958. Après avoir travaillé en Californie auprès de Muramasa Kudo, il séjourne en Amérique du Sud puis retourne au Japon auprès de l’artiste T. Ishi. Il s’installe en France en 1989, où il expose dans de nombreux salons et en galeries.

Sociétaire du Salon d’Automne de Paris, de la Société Nationale des Beaux-Arts ainsi que de la Fondation Taylor, il est considéré comme « Le peintre des fleurs ». Il cherche avant tout à poser sur la toile la beauté dans ce qu’elle a de plus éphémère, de plus fragile et d’infiniment poétique.

En savoir + : Home page ; Galerie Anagama ; sélection d’oeuvres ; expositions personnelles-salons ; expo Villandry ; Facebook ;

Permalien : https://wp.me/p5riis-29C

[Art et photographie] Boubat, Edouard, invisibles en tous genres

Que peut-on reprocher à la photographie, sinon son apparente simplicité ?  » Appuyer sur le bouton, nous ferons le reste… » On se plaît à dire que le photographe n’a rien à faire. Et c’est un peu vrai. Seulement, tout est dans ce rien. Ne pas se mettre en travers de ce rien, de cet insaisissable. La photographie est si simple qu’elle n’admet pas de repentir (repentir: changement apporté, correction en cours d’exécution). Cela demande un sens fulgurant de la composition, du cadrage.

Édouard Boubat, 1971 « Le poète voyageur »

Édouard Boubat, né le 13 septembre 1923 et mort le 30 juin 1999 à Paris, est un photographe français.

Il fait partie des trois photographes principaux de la revue Réalités où il a travaillé de 1951 à 1969. Il est, avec Brassaï, Willy Ronis, Robert Doisneau, Izis, l’un des principaux représentants de la photographie humaniste française. Son œuvre empreinte de poésie fera dire de lui à Jacques Prévert : « Boubat, un correspondant de paix ».

Ses photographies sont diffusées par l’agence Gamma-Rapho.

En 1995 il est l’invité d’honneur de la croisière photo aux Caraïbes, avec Sebastião Salgado. Son tout dernier reportage est consacré aux arts de la rue, à travers le cirque Romanès à Paris entre 1997 et 1999.

Biblio : Wikipédia ; La Galerie Rouge ; homepage ;

Caterina Theoharidou, la Poésie au service de l’Art

© Caterina Theoharidou

Installée dans la région des Pouilles, en Italie, Caterina Theoharidou travaille comme graphiste et illustratrice. Son compte Instagram accueille son projet épuré qu’elle aime nommer « la beauté dans l’ordinaire ». Le minimalisme s’expose rapidement comme sa forme d’art favorite.

Découvrez son art et son imagination sur fisheyemagazine.