Archives du mot-clé patrimoine culturel

2019-07 Patrimoine culturel, IA … et Microsoft

Microsoft s’est engagé hier à investir près de 10 millions de dollars (8 millions d’euros) sur 5 ans pour la réalisation d’un projet appelé « AI for Cultural Heritage » (Intelligence Artificielle pour le patrimoine culturel). Cette initiative vise à exploiter une intelligence artificielle pour préserver les différents aspects du patrimoine culturel dans le monde.

Microsoft a déjà travaillé avec des musées français et new-yorkais pour faire connaitre leur collection au public du monde entier. Le géant de la technologie s’est également associé à l’Université interculturelle Maya de Quintana Roo au Mexique pour référencer et traduire le Yucatec Maya et le Querétaro Otomi en se servant d’une intelligence artificielle.

Source : itsocial.fr

capture d’image du site Microsoft

 

Publicités

2018-09 Arbres remarquables (Expo Médiathèque Jacques Baumel Rueil-Malmaison)

Journées du patrimoine

La Médiathèque Jacques Baumel Rueil-Malmaison propose l’exposition  Arbres Remarquables. Patrimoine culturel et naturel, samedi 15 septembre – 10h00 à 18h30

L’exposition sera ouverte du 29 août au 30 septembre, en partenariat avec la direction de l’Urbanisme et de l’Aménagement. De nombreuses animations seront organisées durant le mois de septembre autour de cette thématique.

Source

2018-07 Le trafic d’antiquités : un marché vieux comme le monde

Le trafic d’antiquités est un délit, au regard du droit international et des législations locales. Si les liens entre groupes terroristes et l’écosystème du crime organisé a été révélé à de nombreuses reprises, il s’agit le plus souvent de transactions marchandes issues de pillage et visant au « blanchiment » de la pièce afin de la vendre au prix du marché.

Du fait de la longue histoire des emprises royales, napoléoniennes puis coloniales de nations européennes au Levant, Syrie et dans les vallées du Tigre et de l’Euphrate notamment, l’Europe reste une destination de choix pour y écouler des artefacts archéologiques pillés dans ces régions, ce sous couvert d’une vieille collection ou d’un héritage, et donc d’y blanchir une antiquité avant même de l’exporter ensuite vers les marchés asiatiques ou américains où la demande dépasse l’offre et fait monter les prix.

 

(extraits)

Tunis, début juin : la Garde nationale de l’Aouina a démantelé un réseau criminel de trafic d’antiquités concernant des manuscrits en hébreu et destinés à être vendus sur le dark web pour plusieurs millions de dollars.

Un mois auparavant, les autorités italiennes ont révélé la saisie de plus de 23 000 pièces d’antiquités dont 118 égyptiennes, perquisitionnées dans un port de Naples. D’autres artefacts auraient été également trouvés le même mois, à Rome cette fois, détenus par des hommes d’affaires roumains qui comptaient les vendre sur Facebook.

Si le sujet du trafic d’antiquités est apparu sur le devant de la scène médiatique ces dernières années, plus particulièrement en raison de l’activité de Daech – dont il serait une des principales ressources financières – il s’agit d’un trafic très ancien aux rouages particulièrement complexes.

Voir : L’enquête « Trafic d’art : l’ombre de Daech », sur France 2, 2014.

Patrimoine mondial, une notion trompeuse

Héritage, patrimoine, biens culturels : des termes qui reflètent l’ambiguïté liée au statut des artefacts archéologiques. La notion de patrimoine mondial chère à l’Unesco (Convention du patrimoine mondial, ratifiée par 193 pays) est trompeuse.

Le bien inscrit au patrimoine mondial par un état reste la propriété de l’État.

Voyages des biens culturels

À l’échelle nationale française, la réglementation régissant les allers et venues de biens culturels vers et en dehors du territoire repose sur le Code du Patrimoine dont le rôle est en priorité de définir ce qu’est un trésor national et d’en empêcher l’exportation, si d’aventure l’État français souhaitait s’en porter acquéreur.

Le code précise que les trésors nationaux recouvrent les collections des musées mais également les autres biens – privés – répondant aux critères historiques, artistiques ou archéologiques pouvant les y identifier.

Statue d’une néréide ou d’Aura sur un cheval, en marbre pentélique, trouvée à Épidaure. La déesse est représentée assise sur un cheval surgissant de l’Océan. Œuvre du sculpteur Timothéos, vers 380 avant J.-C. National Archaeological Museum in Athens/Wikimedia, CC BY-ND

Source : Theconversation.com

Lire notre article sur le Pillage archéolgique

2018-03 Les ferronnières d’art de Noailles (Haïti)

La sculpture de fer découpé fait partie du patrimoine culturel d’Haïti. Cet art est traditionnellement pratiqué par les hommes en raison du fait qu’il demande beaucoup de force physique. Les sœurs Balan font partie des rares femmes à s’adonner à cet art. Elles nous permettent de jeter un autre regard sur la sculpture, exceptionnellement faite par les femmes.

  • Village artistique de Noailles : lire+
  • À Croix-des-Bouquets, le village de Noailles est le cœur de l’artisanat haïtien : lire+
  • Village artistique de Noailles sur Facebook 
  • Ferronnerie d’art (métier – Onisep)

Source.s : lenouvelliste

Permalien : https://wp.me/p5riis-Ay

2017-08 Une « petite Pompéi viennoise » découverte au bord du Rhône

Un site romain de près de 7 000 mètres carrés a été mis au jour au cours d’une fouille sur la rive droite du Rhône à Sainte-Colombe (Rhône) par une équipe d’archéologues. Cette « petite Pompéi viennoise« , présentée à la presse lundi 31 juillet, comporte de luxueuses demeures et de vastes espaces publics très bien conservés.

Commencée en avril, la fouille préalable à la construction d’immeubles sur le site, menée par une vingtaine de spécialistes, devait prendre fin mi-septembre. Elle a été prolongée jusqu’au 15 décembre, après son classement en « découverte exceptionnelle » par le ministère de la Culture, précise Frédéric Letterlé, conservateur de l’archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes, lors d’une visite du chantier.

Source : france24.com