Archives du mot-clé natures mortes

De l’art de composer des ‘natures mortes’

Rickus, Janet – Being Green, oil on panel

Janet Rickus est méticuleuse dans son approche des compositions de natures mortes qu’elle rend à l’huile sur toile et sur panneau. Autodidacte, Rickus s’est spécialisée dans la peinture de fruits, de légumes, de récipients et de linge disposés sur des étagères. Elle ne modifie pas les formes, les tailles ou les tons des objets devant elle en studio, choisissant plutôt de capturer avec précision leurs transformations naturelles. Les compositions sont étudiées avec soin, mixant ainsi forme et couleur, insufflant à l’œuvre un regard singulier et contemporain sur l’histoire de la nature morte.

L’habile « illusionnisme » de Levi Wells Prentice

Levi Wells Prentice, painter

L’artiste autodidacte Levi Wells Prentice [1851-1935] est surtout connu pour ses compositions réalistes de natures mortes de fruits disposés dans un paysage ou débordant abondamment de paniers de boisseaux. Au début de sa carrière, il a peint des portraits et des paysages de la région des montagnes Adirondack du comté de Lewis, New York, sa ville natale.

En plus de ses talents artistiques, il était un artisan qui aimait fabriquer ses propres pinceaux, palettes et cadres.

Herman Tulp, de l’Art de la lumière et du réalisme

Tulp, Herman (Dutch, b. 1955) – Strawberries and Tea Tin (2014) , oil on panel

Herman Tulp (Zwolle, 31 décembre 1955) est un peintre hollandais. Il est compté parmi les réalistes indépendants ou la quatrième génération des réalistes nordiques.

Tulp se concentre sur les natures mortes, mais a également d’autres sujets dans son répertoire, tels que les nus féminins. Au fil des ans, le symbolisme auparavant abondant et le ton surréaliste sont devenus subordonnés à la lumière, à l’atmosphère et à la composition. Les femmes et les filles représentées sont dans des espaces où le temps a laissé sa marque.

Sources : Wikipedia ; Paintings ;

William Merritt Chase, peintre photographe

William Merritt Chase (1849-1916) est un peintre américain connu pour son engagement en faveur de l’impressionnisme et comme enseignant (« Chase school », aujourd’hui Parsons).

Il travaille sur tous supports : peinture à l’huile, pastel, encre. Ses thèmes sont nombreux : paysages, natures mortes, portraits ; mais ce sont les portraits qui le rendent célèbre, de nombreuses personnalités souhaitant devenir ses modèles.

Idle_Hours_1894 détail

Chase gagne de nombreux honneurs et devient un membre de la National Academy of Design, New York, il dirige durant dix ans la Society of American Artists. Il devient membre du Ten American Painters après la mort de John Henry Twachtman.

Membre du Salon des artistes français, il y obtient une mention honorable en 1881. Il remporte aussi une médaille d’argent à l’exposition universelle de Paris de 1889 et une médaille d’or à celle de 1900.

Biblio : Wikipedia ; Wikiart ;

Chase_William_Merritt_The Tenth Street Studio 1880-1915

Manet et les accords de couleur dissonants

Édouard Manet est à tort considéré comme l’un des pères de l’impressionnisme. De même qu’on l’a cité comme peintre réaliste.

L’historienne de l’art, Françoise Cachin, mentionne « S’agit-il du dernier des grands peintres classiques ou du premier des révolutionnaires ? Fut-il l’enfant terrible du grand art persistant, l’élève un peu espiègle des maîtres, le restaurateur de la vraie tradition au-delà de celle qu’on enseignait à l’école des Beaux-Arts ? — ou bien le grand précurseur, l’initiateur de la peinture pure ? Bien évidemment, tout cela à la fois, et dans des proportions dont seules les alternances du goût sont juges« .

Manet laisse plus de quatre cents toiles, des pastels, des esquisses et des aquarelles. Il connut et fut influencé (influença) de nombreux et nombreuses artistes. il parvint à donner des lettres de noblesse aux natures mortes, genre qui occupait jusque-là dans la peinture une place décorative, secondaire. Vers la fin de sa vie (1880-1883) il s’attache à représenter fleurs, fruits et légumes en leur appliquant des accords de couleur dissonants, à l’époque où la couleur pure mourait, ce qu’André Malraux est un des premiers à souligner dans Les Voix du silence.

Permalien : https://wp.me/p5riis-1Z0