Archives du mot-clé musées

2017-07 Vers la fin du musée ?

Désormais, on le veut plus « ouvert », plus « ludique », plus « participatif ». Le musée que nous connaissons est-il en train de disparaître ? À Genève, une exposition consacrée aux « nouveaux musées » analyse, de l’architecture à la programmation, le bouleversement culturel en cours.

Le musée traditionnel, temple du savoir et lieu d’exaltation esthétique, attire de moins en moins. Trop impressionnant, trop rigide, trop « savant ». Reflet de son temps et outil de transformation des consciences, le musée a besoin de nouveaux modèles. Quel est son devenir en temps de crises – tant économique que sociale et environnementale ? Quelle est aujourd’hui sa légitimité, quand on sait qu’il est, au moins depuis les guerres napoléoniennes, un instrument politique majeur, notamment de l’impérialisme culturel, imposant un discours… que l’on songe par exemple aux divisions en « écoles » de peinture, qui sous-tendent une vision nationaliste de l’art ?

source : beauxarts.com

 

2017-04 ‘Olga Picasso’ au Musée Picasso

Du 21 mars au 3 septembre 2017, le Musée national Picasso-Paris présente la première exposition consacrée aux années partagées entre Pablo Picasso et sa première épouse, Olga Khokhlova.

A travers une vaste sélection de plus de 350 oeuvres, peintures, dessins, éléments de mobilier ainsi que de nombreuses archives écrites et photographiques inédites, cette exposition met en perspective la réalisation de quelques-unes des oeuvres majeures de Picasso en resituant cette production dans le cadre de cette histoire personnelle, filtre d’une histoire politique et sociale élargie.

 

Exposition présentée au Musée national Picasso-Paris
Du 21 mars au 3 septembre 2017
5 rue de Thorigny, Paris IIIe
Du mardi au vendredi 10h30/18h, samedi, dimanche et vacances scolaires 9h30/18h.
Fermé lundi et jours fériés.
Entrée : 12,50 euros, tarif réduit : 11 euros
Réservations : +33 1 85 56 00 36 ou www.museepicassoparis.fr

 

source : swing-feminin.com

 

2017-05 Musée Français de la Carte à Jouer (Issy-les-Moulineaux)

Carte appartenant à un jeu dessiné par Jacques-Louis David sous la Terreur

Une carte à jouer est un petite fiche illustrée de motifs variés et utilisée, au sein d’un ensemble, dans la pratique de divers jeux de société appelés jeux de cartes. => wikipédia

Les plus anciennes cartes à jouer connues sont d’origine chinoise et apparurent durant la dynastie Tang (618-907) au moment où le format des livres passe du rouleau à la feuille. Elles semblent avoir été développées à partir des anciens dés en provenance d’Inde et en liaison avec des pratiques divinatoires. La plus ancienne carte date d’environ de 1400.

L’illustration d’une carte à jouer est rattachée à une symbolique, une allégorie, une figure stylistique, un « message », une « idéologie », un « tract politique », un « symbole politique » (1)… Mais chacun y reconnaitra la « patte » artistique, une prouesse esthétique.

Situé à 200 mètres du métro « Mairie d’Issy » (ligne 12), le Musée de la Carte à Jouer est le seul établissement français consacré à la carte à jouer.

Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h.
Samedi et dimanche : de 14h à 18h.

Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h.
Fermé les jours fériés et au mois d’août.
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche.
Découvrir + sur facebook

(1) L’idée d’employer les jeux de cartes comme symbole politique a connu un renouveau en 2003 durant la guerre en Irak quand les soldats américains reçurent des jeux représentant les hauts responsables irakiens les plus recherchés, la valeur de la carte (roi en premier) reflétant la place dans le régime

2017-05 Un musée à ciel ouvert (Brésil, institut Inhotim)

C’est au Brésil qu’il faut se rendre pour visiter l’un des plus grands musées à ciel ouvert au monde : Inhotim. On y découvre plus de mille œuvres d’art au milieu d’une végétation foisonnante, plongeant le visiteur dans un enchantement permanent.

© Eric Garault/Picture Tank pour VSD

C’est au bout d’une petite route de l’État du Minas Gerais, à 60 kilomètres de Belo Horizonte, au sud-est du Brésil, que l’institut Inhotim accueille le visiteur. Qu’il élabore son plan de visite ou décide de marcher au hasard des palmiers du monde entier, il ira de surprise en surprise. Inhotim est un immense jardin botanique de 1 000 hectares qui réunit une collection de mille trois cents œuvres d’art dont la moitié est exposée dans la nature ou bien dans vingt-trois pavillons dédiés à de grands noms de l’art contemporain.

© Eric Garault/Picture Tank pour VSD- Le tracteur de Matthew Barney

« Inhotim est un état d’esprit. Nous avons voulu créer un environnement créatif qui permette de se relier au monde de façon plus critique et consciente, faisant changer sa perception face aux enjeux de la vie », précise précise le créateur des lieux Bernardo Paz, un millionnaire ayant fait fortune dans l’extraction du minerai de fer. « Quand on arrive stressé à Inhotim, au bout de 40 minutes on redevient un enfant et on ne veut plus en sortir« .

Pour l’artiste brésilien Marcius Galan, le jardin d’Inhotim facilite le contact du public non initié à l’art contemporain. «Ici, la relation à l’art est moins sérieuse que dans d’autres musées. On ne se dit pas «il faut y aller, il faut comprendre». Le public aborde les œuvres tout en déambulant dans le parc, il peut respirer entre l’une et l’autre, il ne sort pas fatigué de la visite

Source :  VSD.FR

Autres sources : letemps.ch ; nouvelobs.com ; wikipédia

2017-03 Le musée de Nuits-Saint-Georges cherche mécènes

Prenez part à la réalisation d’une exposition au Musée de Nuits-Saint-Georges en devenant mécène de la rétrospection Théodore Lévigne .

Dans quelques semaines, l’exposition Théodore Lévigne, Peintre de portraits, de paysages et de scènes de genre… sera inaugurée au musée de Nuits-Saint-Georges. Il s’agit de la première grande rétrospective sur cet artiste, organisée dans un musée de France.

Pour cette dernière ligne droite et afin d’avoir l’assurance de faire venir ses plus belles oeuvres, disséminées dans l’Hexagone, nous avons besoin de vous !

Afin de compléter le budget alloué, le musée doit encore réunir 4 000 €.

Créé en 1975, le Musée de Nuits-Saint-Georges est installé dans une ancienne maison de vins. Dans ses grandes caves voûtées, le musée abrite des collections archéologiques issues en grande partie des découvertes faites sur le site des Bolards. Il présente aussi les objets trouvés lors de fouilles dans le canton de Nuits, en particulier, un remarquable mobilier mérovingien. A l’étage, l’exposition temporaire met tous les ans en évidence un nouvel aspect du patrimoine régional.

MUSÉE MUNICIPAL DE NUITS-SAINT-GEORGES
12, rue Camille-Rodier 21700 Nuits-Saint-Georges

 

source : lire+