Archives du mot-clé Musée Le Petit Palais

2018-02 Quand Paris attirait Van Gogh et les artistes hollandais (Expo Petit Palais)

Le Petit Palais présente jusqu’au 13 mai 2018, une grande exposition consacrée aux artistes hollandais venus à Paris, de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe. Une présentation qui éclaire sur les échanges artistiques et amicaux entre les peintres des deux pays. Visite de cette exposition intitulée : « Les Hollandais à Paris, 1789-1914, Van Gogh, Van Dongen, Mondrian… »  

Johan-Barthold Jongkind (1819-1891). Notre Dame vue du quai de la Tournelle. Huile sur toile, 1852. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais / Roger Viollet

A la fin du XVIIIe siècle, Paris est le centre du monde pour de nombreux artistes. Les créateurs des Pays-Bas ne font pas exception, loin de là. Jusqu’au début du XXe siècle, de nombreux peintres néerlandais se précipitent dans la capitale française. A cela, il y a plusieurs raisons.

A paris, les galeries sont nombreuses et le marché de l’art est florissant. Les bars aussi ne manquent pas et les filles ont la réputation d’y être faciles. Le soir, dans les bistrots parisiens, les artistes se rencontrent, échangent, se conseillent, dansent et boivent beaucoup. Tout cela crée une certaine ambiance, qui attire de nombreux peintres, dont Van Gogh. C’est ce style de vie, mais aussi les échanges artistiques, entre la France et les Pays Bas que met en lumière, aujourd’hui, le Petit Palais (1). De 1789 à 1914, plus d’un millier d’artistes hollandais se rendent en France, attirés par la Ville-Lumière et son dynamisme artistique. Le succès des expositions universelles est aussi une raison de cette migration créatrice. (…)

Lire la suite sur culturebox

Kees van Dongen : A la Galette, 1904-1906. Photo courtesy galerie Artvera’s / Adagp, Paris 2018

Cette belle exposition montre, combien les peintres hollandais ont appris de la peinture française et combien la liberté et la connaissance des lumières des hollandais, ont servi l’art français. Ces échanges artistiques, sur le bitume parisien, entre peintres hollandais et français, ont considérablement fait avancer l’histoire de la peinture. Paris, capitale des arts, c’est au Petit Palais.

(1) Du mardi au dimanche de 10h à 18h, nocturne le vendredi jusqu’à 21h

2017-12 De Degas à Redon : pourquoi ils étaient tous fous du pastel

Pierre Carrier-Belleuse (1851-1932). « Sur le sable de la dune ». Pastel sur toile, 1896. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais.

Au Petit Palais, cent trente œuvres témoignent de la renaissance du pastel à la fin du XIXe siècle.

Du 15 septembre 2017 au 08 avril 2018

Exposition temporaire

Prisé par les nobles au XVIIIe siècle, le pastel s’efface à la Révolution française. Mais, durant la seconde moitié du XIXe, ces délicats bâtonnets de pigments colorés renaissent de leurs cendres : célébrée par la création de la Société des pastellistes en 1885, cette technique d’esquisse devient un genre à part entière, à la croisée du dessin et de la peinture.

L’exposition permet de découvrir les fleurons de la collection avec des œuvres de Berthe Morisot, Auguste Renoir, Paul Gauguin, Mary Cassatt [lire notre article] et Edgar Degas, des artistes symbolistes comme Lucien Lévy-Dhurmer, Charles Léandre, Alphonse Osbert, Émile-René Ménard et un ensemble particulièrement remarquable d’œuvres d’Odilon Redon, mais aussi l’art plus mondain d’un James Tissot, de Jacques-Émile Blanche, de Victor Prouvé ou Pierre Carrier-Belleuse.

=> lire la présentation et le dossier de presse

Un cycle de conférences est organisé autour de l’exposition « L’art du Pastel, de Degas à Redon » , par Leila Jarbouai, conservatrice en charge des arts graphiques au musée d’Orsay (Horaire : 12h30; nombre de personnes maximum : 12).

L’art du pastel (capture photo Petit Palais)