Archives du mot-clé Max Ernst

2017-12 Art et Science : Les médusantes créatures d’Ernst Haeckel

Nicola Perscheid, Portrait d’Ernst Haeckel à côté du squelette d’un singe, vers 1860

Avec ses dessins de méduses déployant leurs filaments comme d’improbables chevelures ondulées, le biologiste allemand Ernst Haeckel (1834–1919) sut abolir la frontière entre art et science. Un fourmillant ouvrage édité chez Taschen rend hommage à ce dessinateur savant qui influença directement l’Art nouveau.

Par Joséphine Bindé • le 29 novembre 2017

 

Ernst Haeckel, Deux planches de la « Monographie des méduses », tome 2, 1881

Professeur d’anatomie à l’institut de zoologie de l’université d’Iéna et docteur en philosophie, ce Prussien de naissance s’emploie à défendre et diffuser la théorie de l’évolution de Charles Darwin. Mais surtout, il rencontre un grand succès en Europe avec ses travaux illustrés sur les éponges calcaires, les méduses, pour lesquelles il nourrit une passion hypnotique, et d’étranges micro-organismes unicellulaires révélés grâce à l’invention du microscope.

Ernst Haeckel, Rapport sur les Siphonophores collectés par le HMS Challenger, Planche 50, 1888 détail)

Amateur d’art, il emporte son matériel de peinture aux quatre coins du globe, dessine tout en gardant l’œil gauche vissé au microscope.

Ses illustrations ne tardent pas à inspirer les arts décoratifs, à commencer par les Esquisses décoratives de l’architecte français René Binet, clé de voûte de l’Art nouveau et de ses entrelacs de lignes complexes.

Wassily Kandinsky_ Entwurf zu ‘Gelb – Rot – Blau’, 1925 (Privatbesitz)

Vingt ans plus tard, Vassily Kandinsky s’inspire de ses travaux sur les embryons pour son tableau Zwischen Zweien, et Max Ernst de ses éponges calcaires pour ses tableaux surréalistes !

Max-Ernst-Lévadé-The-Fugitive-from-Histoire-Naturelle-Natural-History-1926-photo-credits-Wikiart

Sources :  Merci à Joséphine Bindé pour son excellent et passionnant article;  Wikipédia;   beauxarts.com

 

Publicités

2017-08 Au Rendez-vous des amis (Max Ernst)

(c) wikipédia

Le tableau Au Rendez-vous des amis a été peint en 1922, alors que Max Ernst venait de quitter la Suisse pour rejoindre Gala Éluard à Paris. Il représente le groupe au moment où le peintre l’a rencontrée. Dada est un mouvement intellectuel et artistique né à Zurich en 1916.

 

Saint-Brice (1) a été le lieu de réunion de ces poètes et artistes mis en scène par Max Ernst, où se retrouvaient dans la maison de Paul Éluard, encore visible aujourd’hui.

Paul Grindel, dit Paul Éluard (1895-1952), nom de sa grand-mère. Atteint de tuberculose, il est hospitalisé au sanatorium de Clavadel, près de Davos (Suisse). Il y rencontre une jeune russe, en exil, Elena Diakonova, qu’il surnomme Gala et qu’il épouse. Le mouvement Dada remet sa façon de vivre en question et le surréalisme lui donnera une autre vision.

… ceux qui bientôt formeront le groupe des surréalistes : (1) René Crevel – (2) Philippe Soupault – (3) Hans Arp – (4) Marx Ernst – (5) Max Morise – (6) Dostoïevski – (7) le peintre Raphaël – (8) Théodore Fraenkel – (9) Paul Éluard – (10) Jean Paulhan – (11) Benjamin Péret – (12) Louis Aragon – (13) André Breton – (14) Baargeld  – (15) Giogio De Chirico – (16) Gaïa Éluard – (17) Robert Desnos

Le mouvement dada (ou dadaïsme) a ouvert la voie de l’irrationnel. Les surréalistes vont s’y engouffrer sans retenue en accordant « la toute puissance au rêve » pour transcender et réinventer le réel comme le prônait leur chef de file André Breton.

 

Source : gazettevaldoise.fr  –  Beaux-Arts n°386

 

(1) Saint-Brice-sous-Forêt est une commune française du Val-d’Oise, en région Île-de-France. La ville compte environ 15 000 habitants, appelés Saint-Briciens. Wikipédia