Archives du mot-clé Land art

The 6 Forgotten Giants by Thomas Dambo

Pour faire sortir l’art du musée et inviter les visiteurs à découvrir la nature, Thomas Dambo, un artiste danois, a eu l’idée d’une chasse au trésor… Il crée des sculptures géantes en bois et les cache dans les forêts de Copenhague !

Thomas Dambo est un artiste danois. Sa spécialité ? L’Upcycling. Il récupère des déchets et des matériaux inutilisés pour les transformer en oeuvres, sculptures ou même en mobilier.

Ces 6 sculptures géantes et oniriques en bois recyclé ont été réalisées par l’artiste et plusieurs volontaires en cours de réinsertion. 600 palettes, un cabanon et une vieille clôture ont ainsi été transformés en « géants oubliés ».

« Ce projet a pour vocation de faire sortir l’art du musée, de montrer la nature magnifique et trop souvent méconnue de l’ouest de Copenhague, et dans le même temps, d’offrir une expérience excitante et différente. »

Partons à la rencontre de Louis, Oscar, Hilltop Trine, Thomas, Little Tilde et Teddy…


Vidéos : The Six Forgotten Giants – Recycle Sculpture Treasure Hunt ; Meet the wooden giants lurking in the woodlands near Copenhagen

Sources/biblio : web site ; positiv.fr ; localisation et circuits ;

Lien court : https://wp.me/p5riis-1PJ

Land Art : une peinture géante de l’artiste Saype dans le sud-est du Bénin

Entre les pirogues qui naviguent autour des centaines de cabanes sur pilotis du lac de Nokoué, dans le sud-est du Bénin, une peinture géante prend forme sur un îlot de terre.

Dans ce village lacustre, l’artiste Saype crée une nouvelle étape de sa ‘chaîne humaine’ .

vue aérienne de l’oeuvre de l’artiste Saype, de son vrai nom Guillaume Legros, à Ganvié au Bénin, le 2 mars 2021 © AFP Yanick Folly

A découvrir sur Orange.fr

Lire + dans toutes nos publications sur le « Land Art »

Lien court : https://wp.me/p5riis-1MB

Vign’Art, l’art contemporain en paysage champenois

Depuis le 15 mai et jusqu’au 15 septembre, quatorze installations artistiques ponctuent le paysage viticole de la Champagne marnaise, au sud de la Montagne de Reims et de la Côte des Blancs. Le festival « Vign’Art » propose ainsi pour sa première édition.

Le paysage champenois constitue le sujet des œuvres. Vign’Art a pour volonté d’en valoriser les ressources naturelles. (larvf.com)

Appuyée par le Ministère de la Culture, l’Association pour la promotion de l’art contemporain et du Land Art dans le vignoble a créé « Vign’Art », un festival destiné à mettre en avant le vignoble champenois par le biais de l’art. Un équilibre entre la mise en valeur réciproque de l’oeuvre et du site naturel doit être atteint sans que l’un d’eux ne soit lésé ou écrasé visuellement par l’autre. Les artistes peuvent proposer de 1 à 3 projets pour 1 à 3 sites différents.

En savoir +, alors Bienvenue sur Vign’Art

Permalien : https://wp.me/p5riis-1KZ

2020-04 Land Art : un coeur géant projeté sur le mont Cervin en Suisse

« Donner de l’espoir aux gens« , c’est l’objectif de cette initiative plutôt impressionnante en Suisse. Chaque soir, en cette période d’épidémie de coronavirus, le célèbre mont Cervin s’illumine. Un coeur géant est notamment projeté sur l’une des parois.

 « Hope » (espoir en anglais), « Solidarité », drapeaux italien et suisse, gigantesque coeur rouge sur fond blanc… Plusieurs images sont ainsi envoyées par un projecteur situé à plusieurs centaines de mètres de l’une des parois de cette emblématique montagne qui ressemble à une gigantesque pyramide et dont la silhouette est représentée sur l’emballage du chocolat Toblerone.

Cette action de l’artiste suisse Gerry Hofstetter, qui transforme des bâtiments, des monuments et des paysages du monde entier en objets d’art éphémères, est retransmise en direct par la commune de Zermatt (zermatt.ch/hope) et doit pour l’instant durer jusqu’au 19 avril, la date-butoir pour les mesures prises en Suisse contre le coronavirus.

Sources : francetv ; rtsfrench.china.orgpluris.fr ;

Permalien : https://wp.me/p5riis-17n

Mont-Saint-Michel (France)

2019-08 L’art dans la ville, c’est inspirant et gratuit

Quimper (Finistère).  Emmanuelle Briat est une artiste plasticienne. Ou une « ambassadrice de la nature » : comme elle aime se faire désigner. C’est avec la nature, souvent dedans et toujours pour elle qu’elle crée des œuvres d’art. L’artiste landernéenne a participé au parcours artistique et poétique des Arts dînent au vert, installé au Moulin Vert par l’association Courgettes et compagnie. Entretien.


(c) Ouest France

Vous pratiquez le land art : qu’est-ce que cela représente pour vous ?

C’est très vaste, au départ ça n’avait rien à voir avec l’écologie. Land art, c’est travailler dans l’environnement. Mon but c’est de mettre en avant le végétal, sensibiliser à la nature, mettre en relation l’art, l’environnement, les être humains. Le land art peut être pérenne.

À quoi ça sert, l’art dans la ville ?

Même si je travaille en land art, j’aime beaucoup travailler dans la ville. On sort des galeries, on sensibilise les gens à l’art, à l’environnement. Parfois, cela crée des situations conviviales. C’est instigateur de création. Je fais des ateliers avec des enfants ou des adultes. On se rend compte de l’effet que cela a : je revois un adulte, à quatre pattes en train de faire une petite cabane, me dire : « Je me sens vraiment comme en enfance ». Les enfants, beaucoup devant leurs écrans, c’est leur montrer qu’on peut aller dehors et faire quelque chose. Et c’est gratuit !


Source :  Ouest France