Archives du mot-clé Histoire de l’Art

2019-02 Ces livres anciens renferment des illustrations cachées

Quand la tranche d’un livre cache une mystérieuse illustration. Ces fresques (Fore-Edge Painting) que l’on peut découvrir sur la tranche de certains livres anciens sont le fruit d’un travail très minutieux. Cette méthode qui consiste à peindre un petit peu le bord de chaque a pris naissance au cours du Moyen Age européen, mais s’est  fait connaître au milieu du 17ème siècle et a perduré jusqu’au 19ème siècle.

Il existait même des livres qui avaient trois peintures sur la tranche, l’une quand on pliait les pages dans un sens, une autre quand on les pliait à l’envers et une dernière directement sur la tranche.

Sources : Limportant_fr ; golem13.fr ; laboiteverte.fr ;

(c) laboiteverte.fr
Publicités

2018-12 L’histoire des Noirs dans la peinture

« On a tendance à penser qu’étudier l’art sous le prisme de la couleur est une entrée communautaire, ce qui est faux. »

Employees pose for photographers with an oil painting of black African muslim, Ayuba Suleiman Diallo, a freed slave, painted in 1733 by William Hoare, during a photocall at the National Portrait Gallery in London, on July 7, 2010. The gallery Wenesday launched an appeal to raise 100,000 GBP to aquire the image. AFP PHOTO / BEN STANSALL (Photo by BEN STANSALL / AFP)

Que dit la peinture de la perception des Noirs dans les sociétés européennes du XIVe au XXe siècles ? Après avoir étudié près de 5 000 tableaux sur lesquels figurent des personnages noirs, Naïl Ver-Ndoye et Grégoire Fauconnier en ont tiré l’anthologie Noir : entre peinture et histoire.

Cet ouvrage dense met en lumière des figures restées dans l’ombre de l’histoire de l’art. Leurs trajectoires singulières, du diplomate au soldat en passant par le domestique, éclairent l’histoire des relations entre l’Europe et l’Afrique.

Entretien avec Naïl Ver-Ndoye, professeur d’histoire-géographie.

Au-delà des préjugés, vous expliquez que les peintres ont eu du mal à reproduire la couleur des Noirs…

Les peintres ont fait de nombreuses expérimentations pour obtenir une teinte comme la mienne, c’est-à-dire marron. Il fallait faire des mélanges, travailler les pigments et le reflet de la lumière sur la peau. Or la lumière ne se reflète pas de la même manière sur les peaux noires ou blanches. On remarque cette difficulté dans les tableaux de Véronèse [1528-1588] datant de la Renaissance.

Le Radeau de la Méduse, exposé au Louvre, est l’un des tableaux les plus connus du grand public. On y voit trois hommes noirs. Le peintre Géricault les a volontairement ajoutés. Pourquoi ?

C’est un tableau militant. Géricault [1791-1824] raconte le naufrage d’une frégate coloniale sur les côtes mauritaniennes, le 2 juillet 1816. Sur le radeau, il fait figurer trois hommes noirs, dont un appelle au secours avec un haillon blanc. Pour les peindre, il s’est servi du même modèle, Joseph, un homme noir très connu à Paris. Il peint trois hommes alors qu’un seul a survécu au naufrage, pour interpeller sur le sort des Noirs et dénoncer la traite négrière.

accès vidéo


Lire aussi Avec Jay-Z et Beyoncé, « le Louvre devient une marque cool »


Sources : babelio.com  (« Noir » de Grégoire Fauconnier et Naïl Ver-Ndoye ; 27/09/2018)  ;  lemonde.fr

 

2018-10 Conférence « Artistes et intellectuels face à la Grande Guerre »

À chacun ses armes
Artistes et intellectuels face à la Grande Guerre
Mardis 9, 16 octobre et 6 novembre, à 15h
Ces conférences vous permettront de découvrir l’importance de l’art et des artistes pendant la première guerre mondiale. La musique y est même devenue un élément de survie, un symbole de patriotisme, y compris sur le front.
Anne-Sophie Godot dans la salle Hypostyle du CESE pendant les JEP 2017 (capture d’écran)

Animée par Anne-Sophie Godot, historienne de l’Art [Université Paris Sorbonne (Paris IV) – doctorat d’histoire de l’Art –Domaine d’études histoire de l’Architecture]

Source : Chavillescope n° 16 (sept-oct 2018)


Permalien : https://wp.me/p5riis-HP

2018-03 Paul Gauguin, voyages à travers les arts

Paul Gauguin, Paysage tahitien, 1891

La vie de Paul Gauguin est passionnante, à plusieurs titres. Ses rencontres artistiques, parfois virulentes faites de confrontation et de désaccord. Ses expériences artistiques, comme  celles de la sculpture, de la gravure et des céramiques.  Son business de collectionneur d’art ou d’agent de change. Ses voyages vers les pays chauds et lumineux.  Et enfin l’école de Pont-Aven et le mouvement Nabi.

Exemple de céramique par Gauguin :
Paul Gauguin, Oviri, 1894,
© Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

Pour en savoir+, nous vous invitons à parcourir les lignes du blog artvulgaris.com. Avec humour, franc-parler, attachement, réalisme, modernité… Art Vulgaris décrit et documente le parcours de Paul Gauguin.  Une synthèse agréable à lire et à parcourir… et à faire partager. Merci à l’auteure.

Lire également notre article Gauguin et l’École de Pont-Aven.

 

 

 


Permalien : https://wp.me/p5riis-Bt

2018-03 Les nouveaux atouts de la foire de Maastricht

Pour consolider son leadership, le paquebot de la TEFAF Maastricht (The European Fine Art Fair), à quai sur les bords de la Meuse jusqu’au 18 mars, a encore renforcé son comité d’expertise et développé ses sections dédiées aux arts des XXe et XXie siècles.

 

Avec ses quelque 30 000 objets de qualité muséale présentés par 275 marchands, Tefaf Maastricht est l’une des plus prestigieuses foires d’art du monde. Une foire encyclopédique couvrant 7000 ans d’histoire de l’art. Surtout réputée, à ses débuts, pour la richesse de son offre en matière de tableaux anciens (59 exposants en 2018), la foire s’est peu à peu ouverte à l’art des XXe et XXIe siècles qui réunit, cette année, 54 spécialistes. Parmi les 18 nouveaux exposants de l’édition 2018 figurent cinq marchands d’art moderne et contemporain dont les galeries Massimo De Carlo (Italie) et Perrotin (France).

Source :  letemps.ch

Biblio : wikipédia


Permalien : https://wp.me/p5riis-AY