Archives du mot-clé gravure

[Peintres] Eugène Galien-Laloue, le Paris de la Belle Époque

Paris Le marché aux fleurs – par Eugène Galien-Laloue

Eugène Galien-Laloue, nom d’usage d’Eugène Gallien Laloue, également connu sous les pseudonymes1 de Léon Dupuy, Eugène Dupuy, Juliany, Eugène Galiany, Jacques Liévin, Eugène Lemaitre, Maurice Lenoir, Dumoutier et A.Languinais2, est un peintre et graveur français, né à Paris le et mort à Chérence le , célèbre pour ses paysages urbains parisiens.

Il a peint des paysages de Normandie, de Seine-et-Marne, de Marseille, d’Italie et de Venise. La production picturale de cet artiste, sous son nom ou sous pseudonyme, fut pléthorique, et son succès commercial attira des imitateurs dont les pastiches sont courants sur le marché de l’art.

Il possédait deux ateliers à Montmartre : l’un au no 4 rue Ravignan en 1877, et le second au no 24 rue Houdon où il est actif en 1886. En 1906, il s’installe à Fontainebleau.

Source : Wikipedia 

[Peintres] Edward Hopper, le réalisme américain

Edward Hopper, Jeune fille à la machine à coudre, 1921

Edward Hopper naît à Nyack, ville de l’État de New York, au sein d’une famille modeste de commerçants qui vendent des articles de mercerie. Il reçoit une éducation baptiste2 et fréquente une école privée, puis le lycée de sa ville natale. Il s’installe ensuite à New York, où il se forme au métier d’illustrateur dans la New York School of Illustrating3. Il entre à la New York School of Art en 19004. Il y rencontre George Bellows, Guy Pène du Bois, Patrick Henry Bruce, Walter Pach, Rockwell Kent et Norman Raeben dont certains furent assimilés à l’Ash Can School. Parmi ses professeurs, Robert Henri (1865-1929) lui enseigne à représenter des scènes réalistes de la vie urbaine.

en savoir+ sur E Hopper

Chop Suey, 1929

voir Hopper en 60 sec ;  Edward Hopper’s New York (NGA) ;

[Art et Peintres] Sortons du cadre….

Pere Borrell del Caso (Puigcerda,  – Barcelone, ) est un peintre, un aquarelliste et un graveur catalan principalement connu pour son tableau en trompe-l’œilEscapando de la crítica.

 

« Escapando de la crítica »  Madrid (1874) by Pere Borrell Del Caso

 

Source :  wikipedia

Pere Borrell del Caso a été peintre de portraits et de scènes religieuses, avec une certaine influence des Nazaréens.

2019-08 L’atelier du peintre Dominique Mantel

© Photo NR

Argenton/Creuse

Le 27 juillet dernier à Fresselines, le peintre argentonnais Dominique Mantel animait une conférence sur le thème du séjour creusois de Claude Monet. Il a notamment évoqué les fameuses séries réalisées par l’auteur des nymphéas, une technique qu’il aime reproduire, très présente dans son atelier du Moulin de Bord.

Fils et neveu de peintres et inspiré par Claude Monet, l’artiste a étudié à l’École nationale supérieure des arts décoratifs, tout en se formant au métier d’enseignant. C’est au lycée Rollinat d’Argenton-sur-Creuse, où il est arrivé en 1974, qu’il a effectué sa carrière de professeur d’arts plastiques, tout en vivant sa passion pour le dessin, la peinture et la gravure.

Ceux qui visitent son atelier, ouvert au public chaque dimanche après-midi en période estivale et à la demande le reste de l’année, découvrent de grands tableaux et des petits formats aux thèmes extrêmement variés.

source : La Nouvelle République

2018-03 ManifEstampe, les actualités de l’Estampe

BIENVENUE SUR LE SITE DE MANIFESTAMPE  : tenu à jour en permanence, ce site Internet diffuse l’actualité de l’estampe en France et ailleurs ! L’objectif de Manifestampe est de promouvoir l’estampe, contemporaine ou patrimoniale, et pour cela développe des actions, des événements, des expositions, en faveur de ce moyen d’expression artistique.

NDLR : une plateforme web à consulter et à épingler dans votre barre de navigation

Dès à présent… noter la date Samedi 26 mai 2018 : 6e Fête de l’estampe


(wikipédia) L’estampe désigne le résultat de l’impression d’une gravure.

Le mot « estampe » déjà utilisé en ancien « françois » (français)  sous les formes « estampe, estanpe, stampe »2 vient de l’italien stampa (impression, tirage, presse, estampe) dont l’étymologie d’origine germanique dérive de stampjan ou du francique stampôn (« écraser, frapper ») qui a donné stampfen en allemand (« frapper du pied »)3


L’Estampe de Chaville  accueille les artistes dans ses locaux situés 1456 avenue Roger Salengro – 92310 Chaville.

Ses récents événements :

  • L’Atrium de Chaville a accueilli la 9e biennale de gravure de Chaville du 17 au 26 novembre 2017 et a présenté une cinquantaine d’artistes à l’occasion des 40 ans de l’Atelier de gravure. L’invité d’honneur … Nicolas Sochos : descendant des sculpteurs & graveurs Lazarus & Antoine Sochos, et de son père George Sochos, architecte grec. Nicolas Sochos naquit dans le XIV à Paris, élevé dés son plus jeune âge à la culture des Arts. Il suivit cette formation de corps et d’esprit avec l’exigence d’appartenir avant tout aux gens de métier, pour finir après le dessin, la sculpture, la musique et des études non universitaires, dans l’encre d’imprimerie de l’atelier Contrepoint à Paris.


Artiste accomplie, Hélène Bautista est auteure/illustratrice d’albums et de romans graphiques.

« Des Lettres aux images, il y a les mots et l’encre, sous toutes leurs formes, dans tous leurs états. Ils ne cessent de communiquer en moi, de se dire l’un l’autre. Il y a ce noir et ce blanc, ce noir et blanc, que je ne cesse d’explorer, à la recherche d’un équilibre ou d’un déséquilibre qui partagera mon imaginaire, insatiablement nourri de lumières et de contrastes. De la couleur aussi, parfois.
Images, imaginaire, imagination qui sollicitent les sens et convoquent le sens. »

Découvrir sa e-galerie sur Kazoart ; son blog Insolitattitude