Archives du mot-clé graffitis

L’art du décalage…

Profiter d’un aménagement pour en détourner (malicieusement) la cible initiale est tout un art ! L’imaginaire à tous les étages pour « écrire » de nouvelles histoires. Place à l’imagination… et à l’usage !

Voir + sur le « détournement de la conciergerie » , par l’artiste Stéphane Thidet

Les mamies graffeuses de Lisbonne, street art for seniors

mamies-graffeuses_lata-65-3

Qu’ils aient 65 ans (l’âge légal du départ à la retraite au Portugal) ou 100 ans, tant qu’ils le peuvent encore ces retraités arpentent les rues de Lisbonne, une bombe de peinture à la main, à la recherche du meilleur spot à graffer. Ce gang de seniors, les « Lata 65 », est une initiative de Lara Seixo Rodrigues et Fernando Mendes qui tentent de rompre la solitude et l’isolement dont est victime un retraité sur quatre au Portugal et de mettre de la couleur dans leurs vies en proposant plusieurs ateliers de Street Art.  Le premier atelier LATA 65 a été développé par l’événement de résidence artistique WOOL | Covilhã Urban Art (en partenariat avec COWORK Lisbon). 

En aidant les hommes et les femmes plus âgés à comprendre la culture des jeunes, l’atelier intergénérationnel d’art urbain LATA 65 crée des seniors durs à cuire qui peuvent trouver quelque chose en commun avec les adolescents. « Lata » est un nom intelligent, car il signifie « boîte de conserve », mais il signifie aussi « nerf » ; il peut falloir du courage aux personnes âgées pour sortir de leur zone de confort et apprendre quelque chose de nouveau. C’est du street art pour les jeunes de cœur.

Aujourd’hui, LATA 65 a emmené plus de 600 « jeunes de plus de 65 ans » dans des campagnes d’art de rue dans des quartiers délaissés, les réunissant avec les artistes urbains les plus respectés d’aujourd’hui.

Des villes du Brésil, des États-Unis, d’Espagne et d’Écosse ont répondu à l’appel d’air apporté par les ateliers LATA 65.  « Maintenant, je regarde les murs avec des yeux différents, je sais ce qu’il y a devant moi dans la rue »  cite l’une des participantes.  Même si la fatigue due aux efforts exercés au cours des travaux pratiques est bien présente, le plaisir et la joie du partage supplantent tous ces inconvénients. 

Source : maze.frgrafitti gransmasproject lata 65  ;  LATA 65 | Na Mutualista Covilhanense ; LATA 65 | Graffiti Art For Grannies by AJ+  ; LATA 65 | Nuart Aberdeen 2019 ; LATA 65 | Graffiti Grandmas | teaser

lien court :  https://wp.me/p5riis-2l8

 

Lisa Goldapple, Editor, Atlas of the Future (12 December 2019)
Lata 65_fotografia-Rui-Soares

Publié le 24 décembre 2016 – Mis à jour le 23 avril 2022

Le plus beau street art de France 2021

Où se trouve le plus beau street-art de France ? Si l’on en croit le Golden Street Art 2020, il faut se rendre à Boulogne-sur-Mer pour observer la plus belle fresque du pays. Une œuvre de l’artiste espagnol Gonzalo Borondo qui est particulièrement impressionnante, comme vous allez le découvrir.

Située rue Jules Baudelocque, le street art est en fait un trompe-l’œil très ingénieux peint sur des escaliers. En arrivant dans la rue, face aux escaliers, vous aurez tout d’abord l’impression de vous retrouver face à l’entrée d’un château. Mais inutile de revenir sur vos pas. Cette grille est en réalité une brillante anamorphose qui se décomposera au fil de votre avancée.

Gonzalo Borondo est né en Espagne en 1989. Il a grandi à Ségovie, en Castille-et-León dans le centre de l’Espagne. En 2003 il s’installe à Madrid où il renforce sa relation avec le Graffiti.

Chapö l’artiste !

street-art-france-gonzalo-borondo-6

Sources : vidéo ; creapills : street-art-avenue ; Francetvinfo ; artsper ; facebook ; snakegraffiti sur Instagram ;

Street Art Indoor…

Le street art s’épanouit aussi très bien en intérieur. Chose faite courant juin sur deux étages d’un immeuble situé à l’angle de l’avenue de la République et de la rue des Bluets à Paris (11e) …

Un bel immeuble en brique façon HBM (habitation bon marché) des années 30 bombe  fièrement la façade. Il y a de quoi. Cette ancienne annexe de l’école de commerce ESCP Business School a accueilli le Colors Festival, fruit d’une collaboration entre Novaxia, spécialiste du renouvellement urbain, et le street artiste Combo.

Visite en image sur En Large Yours Paris

lien court : https://wp.me/p5riis-206

Vicky O, l’artiste dans l’âme

Publié le 2021-01-27 | Le Nouvelliste

Le monde des arts en Haïti est un monde d’hommes, dit constater Jeanne Will Victoria Onélien qui se sert de ce leitmotiv pour s’imposer dans ce milieu artistique. Elle veut pousser ses limites chaque jour davantage afin de dompter tout type d’art allant de l’art visuel en passant par la peinture, la photographie… et le graffiti.

Jeanne Will Victoria Onélien, de son nom d’artiste Vicky O, côtoie le monde de l’art depuis l’âge de huit ans. La Léogânaise de 21 ans a été élevée dans un environnement artistique. Chez elle, elle voyait chaque jour défiler des peintres, des sculpteurs que ses parents sponsorisaient. Elle a tout appris d’eux rien que par son sens d’observation. C’était pour elle un jeu d’enfant de voir les dessins des peintres et de les reproduire. Soutenue par sa famille, elle a pris goût à l’art.

En 2020, avec le festival street-art au féminin, elle a basculé dans le monde du graffiti. Haïti, le Printemps de l’Art

Lire+