Archives du mot-clé exposition

2018-03 Expo au « Carré à la Farine » (Versailles 78000)

La Passerelle des Arts a le plaisir de vous informer que Martine Bessière, élève du groupe Ateliers libres, exposera au Carré à la Farine, du 5 au 11 mars, une nouvelle série d’oeuvres sur les arbres.

Douze exposants (peinture et sculpture) présenteront leurs travaux.

 

Vernissage le 6 mars de 17h30 à 20h

 

Infos pratiques

  • Carré à la Farine
  • 70bis rue de la paroisse – 78000 Versailles
    tél : 01 39 51 52 04
    Courriel : carrefarine@versailles.fr
    Horaires du lundi au dimanche : 12h-19h.
  • Localisation

 

Publicités

2017-09 Expo « Œuvres en Liberté » (inscription)

Les Amis des Arts de Chaville propose une grande exposition-vente intitulé « Œuvres en Liberté » du 18/09 au 01/10/2017.

L’événement aura lieu dans les coursives de l’Atrium de Chaville. L’exposition est informelle, sans contrainte de sélection, de techniques et de thème.

Pour vous inscrire, nous vous invitons à télécharger les documents, accessibles sur le site de l’association.

Date limite : 11 septembre 2017

 

Notre avis : un événement régulier accessible à tous publics. La qualité est au rendez-vous, ainsi que la diversité tant picturale que technique. Amateurs et semi-pros se côtoient. Le lieu se prête aux rencontres et aux échanges entre pairs. 

2017-07 Le Château de Vascœuil accueille Fromanger, la vie en couleurs

Vascœuil (Normandie).

Les murs du château accueillent une cinquantaine de toiles de Gérard Fromanger, peintre de renommée internationale, qui a passé son enfance dans l’Eure. À voir jusqu’au 22 octobre.

Après le centre Pompidou à Beaubourg, c’est au château de Vascœuil que Gérard Fromanger figure d’art contemporain a accepté d’exposer ses toiles. « Je voulais montrer un des artistes les plus emblématiques de notre époque et je lui ai donc demandé d’exposer. Il a été conquis par ce projet, le lieu d’exposition et le contraste du mariage entre sa peinture et des cimaises historiques », commente la propriétaire du château-musée Marie-Laure Papillard.

Une cinquantaine de tableaux de ce maître de la figuration narrative qui explosa en 1968 avec ses sérigraphies ornent les murs des trois étages du château dans le cadre de « Annoncez la couleur ».

Lire+ … paris-normandie.fr

2017-07 Parcours d’artistes à Chaville, 2 jours pour découvrir et partager

Graveurs, peintres, dessinateurs, photographes, brodeurs, céramistes… un véritable vivier d’artistes amateurs et professionnels “couve” à Chaville.

La deuxième édition de “Parcours d’Artistes”, organisée par la mairie, vise à promouvoir leur travail et leur créativité, dans la convivialité.

Vous pourrez découvrir les espaces dans lesquels foisonne le génie de plus d’une trentaine d’artistes chavillois : ni obscurs antres ni tours d’ivoire, mais de lumineux ateliers et des maisons aménagées.

Les créateurs qui manquent de place présenteront leurs œuvres à l’Atrium (3, parvis robert Schuman), à l’espace Mozaïk (3, parvis des écoles) et à la
Maison de l’Enfance et de la Jeunesse (23, rue Carnot).

L’Atelier d’arts plastiques et de gravure, la Passerelle des arts et l’Estampe de Chaville exposeront également plusieurs artistes au sein de leurs locaux.

Rinat Animaev @artmajeur

« Chaville, terre d’artistes“
L’activité artistique est historique à Chaville. L’ambiance y est si paisible. Ses forêts et ses étangs attirent depuis longtemps de grands peintres comme André Dunoyer de Segonzac (1) ou Jean-baptiste Camille Corot, et  Rinat Animaev (peintre russe) ou Achiam (sculpteur franco-israélien).

Achiam sculptant ‘Torse de danseuse’ (Basalte) @wikipédia

Lire+ sur le site de la ville, l’agenda  et parcourir le dépliant depliantparcours

 

 

 

 

 

(1) Samedi 11 mars 2017, Le Café du forum (Atrium de Chaville), a reçu  Cécile Coutin, Docteur en Histoire de l’art, pour évoquer les Scottish Colourists et l’influence que André Dunoyer de Segonzac a eue sur le petit groupe de 4 peintres écossais. 

2017-04 Street Génération(s), Roubaix capitale de l’art urbain

La plus belle exposition de street art du moment a pris ses quartiers dans la ville la plus pauvre de France. Balade au cœur de “Street Génération(s)”, qui redonne plus que des couleurs à la cité du Nord.

Les portraits de C215, puissance 4.
© Olivier Granoux pour Télérama

Le gotha mondial de l’art urbain s’est donné rendez-vous à Roubaix. Un point de chute étonnant de prime abord, mais un vrai pari culturel et social pour la ville la plus déshéritée de France, où 46 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. L’idée vient de Jean-Christophe Levassor, nouveau directeur de la Condition publique, friche industrielle reconvertie en vaste lieu culturel, avec salle de spectacles, restaurant et halls d’exposition, dans la lignée du Centquatre à Paris ou de la Friche Belle de Mai à Marseille.

« Un laboratoire créatif s’inspirant des nouveaux modèles sociaux et urbains », installé dans le quartier populaire du Pile. Il est aujourd’hui au centre de l’actualité pour une belle raison : l’exposition « Street Génération(s) », qui entend résumer quarante ans d’art urbain en conviant sous un même toit cinquante artistes emblématiques du mouvement.

A voir…  Jusqu’au 16 juin à la Condition publique, 14, Place Faidherbe, Roubaix. Ouvert du mercredi au dimanche de 13h à 19h. Tarifs : 5/3 €, gratuit (-18 ans et minima sociaux).

source : Télérama