Archives du mot-clé émotion

[Peintres] Steve Hanks, un réalisme quasi-photographique

Steve Hanks (1949-2015) est un aquarelliste américain dont les œuvres se caractérisent par un réalisme quasi-photographique. Steve est né à San Diego (Californie) dans une famille de militaires. Sa jeunesse se déroule le long des plages de Californie. Il entre à l’Académie des Beaux-arts de San Francisco puis à l’Ecole des Arts et Métiers de Californie où il obtient une licence dans la spécialité Beaux-arts.

Hanks qualifie son style de « réalisme émotionnel ». Les visages de ses personnages sont souvent laissés dans l’obscurité ou avec le regard vers le lointain de façon à laisser jouer l’imagination du spectateur et à permettre au personnage tout entier d’exprimer son émotion. Le contre-jour est également un élément important de son style. Son mariage avec Laura et la naissance de trois enfants ont renouvelé son inspiration.

« La lumière du soleil est devenue l’un de mes sujets favoris. Je suis fasciné par la manière dont elle filtre à travers les objets, par la manière dont elle inonde toute une pièce de couleur. Bien souvent, mes peintures sont davantage de la lumière qu’autre chose ». (Steve Hanks)

On citera le témoignage de B Darniels : Saisissant, époustouflant de technique mais aussi – ce qui est rare – capable de nous transmettre la joie, la tendresse, des émotions. Ou d’en faire naître chez le spectateur.

Source : le site officiel ; Rivage de Bohème ; Artifact Gallery ;

Lien court : https://wp.me/p5riis-1Hy

[8ème art] Doisneau, le peintre de l’instant…

Art et photographie, ils/elles sont nombreux/nombreuses à considérer la photographie comme un art à part entière. On y met sa passion, ses sentiments, sa sensibilité. Le hasard, parfois, fait bien les choses, mais c’est surtout l’instantanéité de l’action qui fait LA photo… être là au bon moment, être professionnel dans le geste et l’attitude, dans le mouvement et le positionnement. Comme photographe, être là au juste   moment, mieux à l’aboutissement d’un moment intense.

Les gens acceptent volontiers d’être photographiés. Bien que se prêtant volontiers au jeu, la photographie d’enfants reste un moment particulier : il faut saisir l’instant. Robert Doisneau fait partie de ces photographes qu’on aime, car il a su observer, repérer, percevoir, attraper l’instant, capter l’atmosphère, pour nous faire partager ces émotions… tout comme un peintre du Temps. Merci !

Un petit gang de Paris en 1950 © Robert Doisneau

2020-10 Le Chat de Philippe Geluck

Philippe Geluck crée l’événement avec une exposition inédite au Musée Soulages de Rodez (Aveyron), où Le Chat se confronte à cet étrange « clair obscur » et à cet envoûtant outrenoir qui ont rendu Soulages internationalement célèbre.

Beaucoup de mes dessins sont inspirés par ce que j’appelle « le non-sens de la vie ». J’aime, fondamentalement, cette démarche qui consiste à interroger le public sur ses propres certitudes et sur notre vision collective de la « vérité ». Le propre de l’art, c’est l’émotion. La réflexion, aussi. Mais l’élan premier, c’est de faire ressentir. L’absurde est en cela une arme redoutable qu’il ne passe pas inaperçu.

Le dessin par lequel tout a commencé (©Philippe Geluck)

Source : actu.fr