Archives du mot-clé Chine

[Art et images] Festival international des arts folkloriques de Chine

La cérémonie d’ouverture du 11e Festival international des arts folkloriques de Chine, le soir du 23 août 2019.

Le 11e Festival international des arts folkloriques de Chine a débuté le 23 août à Hohhot, capitale de la région autonome de Mongolie intérieure (nord de la Chine), avec d’excellents spectacles offerts lors de la cérémonie d’ouverture par plus de 600 artistes de 13 pays.

source : french.china.org

 

 

 

Publicités

2019-07 Le théâtre d’ombres menacé en Chine

Plus de 2000 ans que ces ombres fuyantes fascinent petits et grands. Mais malgré une longue histoire, le théâtre d’ombres est menacé par les mutations de la Chine moderne.

Les légendes d’autrefois restent à la base du théâtre d’ombres, un spectacle toujours populaire dans les campagnes, mais qui a perdu beaucoup de terrain au cours des dernières décennies dans les grandes villes.

Vieux de deux millénaires, le théâtre d’ombres a connu la gloire jusqu’aux années 1960. Gravement frappé par la « Révolution culturelle », il a connu une renaissance au début des années 1980 et figure depuis 2011 au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Aux yeux des Chinois, ce spectacle n’est autre que l’ancêtre du cinéma : dans leur langue, le mot « cinéma » ne se dit pas autrement que « ombre électrique ».

Source : lapresse.ca

Vidéo

 

2019-01 Trésors de Chine

5 siècles d’histoire et d’échanges franco-chinois 

Dernière-née de la collection numérique « Patrimoines partagés » lancée par la BnF en 2017, la bibliothèque numérique France-Chine invite à découvrir cinq siècles de relations franco-chinoises, entre curiosité et fascination réciproques. Ce projet est le quatrième de l’établissement après les collaborations avec le Brésil, l’Orient et la Pologne.

Papier peint à motif. Manufacture Zuber et cie. 1802. BnF, dpt. Estampes et photographie

Manuscrits, estampes, photographies, cartes, enregistrements sonores, objets… Plus de 7000 documents exceptionnels conservés à la BnF et dans des bibliothèques partenaires des deux pays sont désormais accessibles à tous, enrichis de contenus rédigés par des spécialistes de renommée internationale.

Source : Actualitte

2018-03 Émile Guimet en Asie, « enquêtes vagabondes »

En partenariat avec le musée national des arts asiatiques – Guimet

Le voyage mène à tout, y compris à la création d’un musée ! C’est ce qu’a fait l’industriel Émile Guimet, qui était un passionné d’art asiatique. Dans l’écrin parisien où sont montrées ses collections, très enrichies depuis sa disparition, l’exposition « Enquêtes vagabondes » nous fait revivre jusqu’au 12 mars 2018 les pérégrinations à travers l’Asie de ce rout’art de la fin du 19e siècle. Une superbe invitation au voyage, à la découverte des origines du formidable musée des arts asiatiques Guimet.

« Enquêtes vagabondes » nous raconte le grand voyage qui précéda la création du musée Guimet. Le périple commence en 1876 à New York, où Émile Guimet, riche fils de l’inventeur d’un pigment bleu portant son nom, retrouve son ami Félix Régamey, un peintre et illustrateur aux sympathies communardes.

Ensemble, ces jeunes gens partent pour le Japon qui connaît alors une sorte de révolution culturelle sous l’égide de l’empereur Meiji. Les deux Français ont un coup de foudre pour ce pays, Guimet faisant l’acquisition de nombreuses pièces, tandis que Régamey dessine à tour de bras des esquisses qui lui serviront pour peindre des tableaux à son retour.

Ils poursuivent leur voyage en Chine, à Singapour, à Ceylan (actuel Sri Lanka) et en Inde, autant de contrées d’où chacun rapporte des « souvenirs », l’un des objets, l’autre des dessins.

Au cours du voyage, Guimet rencontre des érudits qui l’aident à mieux comprendre les cultures et plus particulièrement les religions d’Extrême-Orient.

Pont sacré et pont banal à Nikko par Félix Élie Régamey (1844-1907) © RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) / Thierry Ollivier

Expositions au Musée national des arts asiatiques – Guimet : 6, place d’Iéna 75116 Paris. Tél. 01 56 52 53 00.

– Ouvert du mercredi au lundi de 10h à 18h.

– Collections et expositions temporaires : 11,50 € (plein tarif), 8,50 € (tarif réduit). Gratuit pour les moins de 18 ans, pour les moins de 26 ans ressortissants de l’Union européenne, pour tous le premier dimanche du mois.


Source : Guide du Routard

2018-03 Publication d’un manuel de calligraphie nüshu en Chine

Le Nüshu 女书 « écriture des femmes » était un système d’écriture, exclusivement utilisée par les femmes du comté de Jiangyong, dans la province du Hunan en Chine.

Cette écriture est aujourd’hui disparue après le décès, le 20 septembre 2004, de Yang Huanyi, la dernière femme sachant l’utiliser.

CHANGSHA, 3 mars (Xinhua) — La province du Hunan, dans le centre de la Chine, a publié un manuel de calligraphie nüshu, une ancienne langue écrite développée pour et par les femmes du Hunan.

Une association d’art locale a passé trois ans à compiler ce manuel de calligraphie, qui comprend les connaissances de base, les caractères de calligraphie, les styles et méthodes d’écriture et les chansons traditionnelles du nüshu.

Le nüshu était généralement écrit sur papier ou brodé sur le tissu, et la forme des caractères était censée évoquer les postures des femmes.

Depuis les années 1980, la Chine a établi plus de dix institutions de recherche pour protéger cette langue ancienne.

 

Sources  :