Archives du mot-clé Chine

L’habileté picturale de Lu Tchi

Lu Tchi (1), né en 1477 et originaire de Ning-Po (ville portuaire située au nord-est de la province du Zhejiang [Tche-kiang] en Chine) n’était âgé que de 20 ans quand il fut appelé à la cour de Pékin, où il sera comblé d’honneurs.

Sa spécialité fut la peinture décorative (fleurs et oiseaux), qu’il exécutait dans le style de l’Académie Song. Ses œuvres sont de grandes dimensions et conçues pour orner les grandes salles des palais. Son style s’inspire directement de la technique à main levée de Lin Liang.

Lu Tchi était l’un des plus célèbres artistes de son temps et exerça une grande influence sur le XVIII ème siècle.

(1) également appelé Lü Ji ou Liu Chi ou Lü Chi ou Lü Ki (surnom : Tingzhen, nom de pinceau : Leyu)

Photos : Lü Ji, Birds in Osmanthus and Chrysanthemum, 190x106cm, Palace Museum, Beijing (original et détail)

La Peinture chinoise

La Peinture chinoise, ouvrage d’art de Liu Jianlong & Emmanuelle Lesbre, présente en 480 pages un voyage intérieur dans l’histoire chinoise.

Par sa richesse et son originalité, cet ouvrage constitue une véritable somme qui bouleverse et renouvelle notre vision de la peinture chinoise, forte de plus de deux millénaires de développement et d’invention. 450 illustrations, dont 80 % d’inédits, viennent illustrer le propos.


Emmanuelle Lesbre, docteur en études chinoises, est titulaire d’un diplôme du département d’Histoire de l’art de l’Institut central des beaux-arts de Chine, obtenu après six ans d’études dans le pays.

Liu Jianlong est historien de formation, expert diplômé du département d’Histoire de l’art de l’Institut central des beaux-arts de Chine. Il est l’auteur d’ouvrages d’érudition sur la peinture et la calligraphie.

Même si vous n’êtes pas spécialiste, amateur du genre ou affilié aux amis du musée Jacquemart André, le livre impose le respect, force l’admiration.

[Peintres] Hu Yongkai

(Extrait de sa bio) Né à Pékin en 1945 et après avoir vécu à Hong Kong, Hu Yongkai émigre aux États-Unis en 1992 et rencontre de nombreux types d’art occidental coloré qui, exceptionnellement, ont eu pour effet d’accroître son intérêt pour le dessin au trait traditionnel chinois. Sa méthode consiste à travailler librement avec le pinceau et l’encre, en détruisant les peintures insatisfaisantes et en ne gardant que les bonnes. Ce style de peinture à main levée s’appelle «Xieyi»…

[Art et images] Festival international des arts folkloriques de Chine

La cérémonie d’ouverture du 11e Festival international des arts folkloriques de Chine, le soir du 23 août 2019.

Le 11e Festival international des arts folkloriques de Chine a débuté le 23 août à Hohhot, capitale de la région autonome de Mongolie intérieure (nord de la Chine), avec d’excellents spectacles offerts lors de la cérémonie d’ouverture par plus de 600 artistes de 13 pays.

source : french.china.org

 

 

 

2019-07 Le théâtre d’ombres menacé en Chine

Plus de 2000 ans que ces ombres fuyantes fascinent petits et grands. Mais malgré une longue histoire, le théâtre d’ombres est menacé par les mutations de la Chine moderne.

Les légendes d’autrefois restent à la base du théâtre d’ombres, un spectacle toujours populaire dans les campagnes, mais qui a perdu beaucoup de terrain au cours des dernières décennies dans les grandes villes.

Vieux de deux millénaires, le théâtre d’ombres a connu la gloire jusqu’aux années 1960. Gravement frappé par la « Révolution culturelle », il a connu une renaissance au début des années 1980 et figure depuis 2011 au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Aux yeux des Chinois, ce spectacle n’est autre que l’ancêtre du cinéma : dans leur langue, le mot « cinéma » ne se dit pas autrement que « ombre électrique ».

Source : lapresse.ca

Vidéo