Archives du mot-clé biennale

2018-05 Biennale de Dakar

A Dakar, l’art contemporain africain se met à « l’heure rouge »

Pendant un mois, la biennale Dak’Art, placée cette année sous le sceau d’Aimé Césaire, s’installe dans divers lieux de la capitale sénégalaise.

Citons Baidy Agne ( Président du Comité d’orientation) 

« L’Heure Rouge », ce thème de l’édition 2018 de la Biennale de Dakar emprunté à Aimé Césaire est perçu comme « le moment de l’accomplissement ».  L’éveil des consciences nous ouvre la voie d’une nouvelle ère où l’individu repense son rapport à autrui et comment réarticuler sa présence au monde.

Une Afrique nouvelle, l’Afrique la réclame.

Arts et Savoirs, Arts et Histoires, Arts et Institutions, Arts et Argent : Interrogeons-nous dans le cadre des rencontres et échanges !

Oui, faisons de DAK’ART 2018 cette capitale de la réflexion stratégique et du développement des productions artistiques du Continent.  Je dirais : amorçons ensemble un nouveau tournant de notre Histoire.

Cette 13ème édition sera marquée par une innovation majeure avec l’ouverture du Pavillon Sénégal.

DAK’ART 2018 est aussi ouverte à notre Jeunesse. Nous l’invitons à exposer ses talents dans les sites et espaces d’éveil dédiés au niveau des Communes.

Et d’ajouter,  le regard de Simon Njami, directeur artistique

« L’Afrique est une formidable métaphore pour dire le monde. Et Dakar représente le lieu de rendez-vous privilégié pour nouer un dialogue polysémique. Elle nous dit l’Humanité, non seulement dans sa composante africaine, mais également dans sa traduction la plus large, la plus universelle. L’art est, sans doute, le domaine à travers lequel peuvent se dire des choses qui vont bien au-delà des limites imposées par le langage. De l’Asie à l’Amérique, en passant par les Caraïbes et l’Europe, cette treizième édition de Dak’art est là pour confirmer qu’à ce fameux «rendez-vous du donner et du recevoir», l’Afrique ne vient pas les mains vides. »

Simon Njami est un écrivain, commissaire d’exposition, essayiste et critique d’art camerounais.



Une morosité artistique au Sénégal  ?

Hamidou Anne (chroniqueur Le Monde Afrique), tempère cette exaltation et s’inquiète pour la pérennité de l’événement dans un pays où la culture est devenue une « variable d’ajustement » budgétaire.

Jeudi 3 mai s’ouvre l’édition 2018 de la Biennale de Dakar, appelée aussi Dak’Art, une constante dans le calendrier culturel sénégalais qu’il faut préserver. Car Dak’Art n’est pas seulement un rendez-vous de la création contemporaine africaine, c’est aussi un levier d’expression politique qui rend compte de l’intensité des débats sur le continent. A coté des intellectuels, les artistes sont en effet les principaux observateurs de nos sociétés, les témoins de leurs changements et les prescripteurs des prochaines utopies.

Hamidou Anne est un consultant en communication institutionnelle sénégalais qui vit à Dakar. Il est également coauteur de l’ouvrage collectif Politisez-vous !


La Tunisie, pays invité d’honneur

Pays invité d’honneur de la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain (Dak’Art), la Tunisie présentera une exposition sous le thème « Tenir la route » avec 15 artistes.


Sources documentaires


Permalien :  https://wp.me/p5riis-Ed

Publicités

2017-06 BIG, la Biennale des espaces d’art indépendants de Genève

Les containers installés sur la plaine recréent une cité-jardin utopique où naissent des propositions artistiques. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

(Genève, plaine de Plainpalais) Née en 2015, sur les cendres de la Manifestation d’art contemporain organisée par la Ville de Genève, cette biennale vise à valoriser la scène alternative, moins visible que les institutions, et à mettre en lien les espaces d’art indépendants. Sa première édition avait attiré des centaines de personnes sur la plaine.

Soixante espaces d’art, associations, artistes et collectifs participeront à l’événement, qui durera trois jours. Dans et autour des containers, les créateurs partageront avec le public des expériences d’art contemporain, plutôt que de simplement donner à voir un objet fini. Et en brouillant souvent les frontières entre les arts plastiques, la musique, le théâtre ou le cinéma.

Source : tdg.ch

Biblio : scène alternative

2017-09 Les Mondes Flottants (Biennale Lyon)

La 14ème Biennale d’art contemporain de Lyon poursuit sa quête du Moderne, du 20 septembre 2017 au 18 janvier 2018.

50 artistes sont à l’affiche de cette manifestation, soutenue par la Région, et qui ruisselle cette année jusqu’en Auvergne.

La Biennale 2017 ouvre un nouveau chapitre intitulé « Mondes flottants » par la commissaire de la manifestation Emma Lavigne, directrice du centre Pompidou-Metz.

Le tome 1 écrit par Ralph Rugoff en 2015 s’intitulait La vie moderne et établissait une cartographie de la question contemporaine et des enjeux actuels de l’art et du monde.
Ce tome 2 aborde directement la question « moderne », autour des thèmes d’universalité, de raison, d’esthétique partagée, d’identités ou d’influences réciproques qui traversent l’art d’aujourd’hui.

Cette exposition est consacrée à la découverte de la jeune création française et internationale. Créée en 2002 par le Musée d’art contemporain de Lyon avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, elle associe quatre institutions : la Biennale de Lyon, l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne et le Musée d’art contemporain de Lyon, qui en assurent la direction artistique.

Aller plus loin

>> Retrouvez l’ensemble de la programmation sur le site de la BAC

>> Du mercredi 20 septembre 2017 au dimanche 7 janvier 2018

>> Ouverture du mercredi au vendredi de 14h à 18h, le week-end de 13h à 19h, Fermé lundi & mardi

>> Nombreuses réductions sur les tarifs d’entrée, notamment pour les jeunes

2017-05 Biennale de Venise

La 57e Biennale d’art de Venise se tiendra du 13 mai au 26 novembre.

Pas moins de 86 nations y sont représentées, dans des pavillons à la programmation choisie par les pays intéressés, et une ­exposition dite « internationale », supposée éclairer les grandes tendances de l’art ­contemporain, a été confiée, pour cette édition, à la Française Christine Macel. Paolo ­Baratta, le président de la Biennale, aime à la définir comme un lieu de recherche.

Christine Macel s’est saisie du thème du voyage, inspiré, selon Baratta, des humanistes de la Renaissance.

Le grand rendez-vous de l’art contemporain donne à voir des œuvres qui font la part belle aux idéaux, mais qui manquent de folie.

 

2017-03 Le Salon Arts et Toiles 2017 en Pays Cœur de Flandre

raphael-seygnovert-seygnovert-artiste-peintre-artist-oilpaintings-tourcoing-2013-tw170224L’Association Arts et Toiles en Pays Cœur de Flandre organise la 16e édition de son salon artistique, du 10 au 13 Mars 2017 à l’Espace Culturel Jean de La Fontaine à Lestrem (Pas-de-Calais).

Raphael Seygnovert, Artiste Peintre, y expose de 6 à 8 œuvres.

Dates :  samedi 11 et le dimanche 12 de 10h00 à 19h00, lundi 13 mars de 9h00 à 18h30.

Le Vernissage aura lieu le vendredi 10 Mars 2017 à 19h00.

 

Découvrir le peintre :

Raphaël est Membre de la Fondation Taylor (lire notre article) et Membre de La Société des Artistes Roubaisiens. Depuis 2005, il participe à des expositions internationales (LE SALON D’AUTOMNE, ART EN CAPITAL, ART FAIR, BIENNALE INTERNATIONALE D’ART CONTEMPORAIN…) Paris, Brême (Allemagne), Florence (Italie).

Expositions personnelles ou en duo, Salons des Artistes, jalonnent son parcours artistique. Il a récemment (du 14 au 19 février 2017) participé au Salon  Dessin & Peinture à l’eau au Grand Palais.

"Ponds of phalempin in spring" acrylic on canvas 2016-195x115cm
« Ponds of phalempin in spring »
acrylic on canvas 2016-195x115cm