Archives du mot-clé bibliothèques nationales

2018-01 Les musées comme producteurs de savoirs

Ouverte en fin d’année, l’exposition «Local Dreams» se penche sur l’évolution de la Kunsthalle de Berne (wikipédia) depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle fait partie d’une tendance large qui voit les grandes institutions mieux valoriser leurs archives.

De plus en plus d’institutions artistiques proposent des expositions à partir de leurs archives.  Au moment où les plus gros musées deviennent des marques, la valorisation de leurs archives sous la forme d’expositions est plus que logique: le narcissisme institutionnel et la spéculation financière vont souvent de pair. Le marché de l’archive est d’ailleurs en train d’exploser, au point que les musées publics et les bibliothèques nationales ne peuvent parfois plus faire le poids face à certains acquéreurs privés.

L’enjeu politique est de taille.  Les mouvements artistiques successifs étaient le plus souvent centralisés, occidentaux, et masculins.  Pour parler des exclu(e)s de l’histoire de l’art traditionnelle, les archives sont un point d’entrée possible.  Il est dorénavant fondamental de « s’ouvrir à différents passés, qui peuvent créer différentes possibilités » (ie Charles Esche, directeur du Van Abbemuseum).  Une collection, comme une archive, créent « la possibilité, et même la responsabilité, de raconter une histoire« .

De l’importance d’historiser, de classer, d’ordonner, répertorier … les patrimoines. Les archives de doivent d’être vivantes et vont de pair avec la redéfinition du rôle des institutions artistiques. 

Le musée n’est pas qu’une boîte où l’on met des objets, mais aussi un lieu producteur de savoirs« , énonce Charlotte Laubard, qui est curatrice, responsable du département Arts visuels à la HEAD de Genève et ancienne directrice du CAPC de Bordeaux.

Source :  Le Temps (Suisse)

Lien court : https://wp.me/p5riis-yM

 

Publicités