Archives du mot-clé beaux-arts

Alice Bailly invente le concept de ‘tableaux-laine’

Alice Bailly (1872 – 1938) est une peintre et graveuse suisse, née à Genève. Vaudoise d’adoption, elle fut proche des mouvements avant-gardistes du début du XXe siècle (cubisme, mouvement Dada, Fauvisme) qu’elle a contribué à faire connaître en Suisse romande.

Tea Time, 1920

Parmi les techniques qu’elle utilise, se trouvent l’estampe, la peinture à l’huile , l’encre , l’aquarelle, les techniques mixtes (gouache et encre de Chine), crayon et fusain , aquarelle sur crayon… et sa propre technique de peinture-laine.

Issue d’une famille modeste, Alice Bailly abandonne ses études d’allemand pour suivre, à Genève, de 1891 à 1895, les cours de dessin de l’École des demoiselles, attenante aux Beaux-Arts dont l’accès reste interdit aux femmes. En 1904, elle s’installe à Paris, où elle rejoint la colonie d’artistes suisses de la rue Boissonade, à Montparnasse.

Alice Bailly invente le concept de « tableaux-laine » dès 1916, terme qu’elle crée pour éviter que l’on qualifie de « broderies » ses tableaux « peints avec de la laine ». Entre 1917 et 1923, elle exécute une cinquantaine de tels «tableaux-laine»: des fils multicolores sont lancés en lignées parallèles par-dessus et par-dessous une toile de coton. Parmi ses œuvres relevant de cette technique : les Rythmiciennes, tableau exposé au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, ou encore La Procession.

(à gauche) Les Rythmiciennes, 1918-1919 – (à droite) La Procession, 1918

Sources : Wikipédia ; collections en ligne du Musée d’art et d’histoire de Genève ; Aware ; Fondation Alice Bailly ;

Lien court : https://wp.me/p5riis-1P6

[Peintres] Steve Hanks, un réalisme quasi-photographique

Steve Hanks (1949-2015) est un aquarelliste américain dont les œuvres se caractérisent par un réalisme quasi-photographique. Steve est né à San Diego (Californie) dans une famille de militaires. Sa jeunesse se déroule le long des plages de Californie. Il entre à l’Académie des Beaux-arts de San Francisco puis à l’Ecole des Arts et Métiers de Californie où il obtient une licence dans la spécialité Beaux-arts.

Hanks qualifie son style de « réalisme émotionnel ». Les visages de ses personnages sont souvent laissés dans l’obscurité ou avec le regard vers le lointain de façon à laisser jouer l’imagination du spectateur et à permettre au personnage tout entier d’exprimer son émotion. Le contre-jour est également un élément important de son style. Son mariage avec Laura et la naissance de trois enfants ont renouvelé son inspiration.

« La lumière du soleil est devenue l’un de mes sujets favoris. Je suis fasciné par la manière dont elle filtre à travers les objets, par la manière dont elle inonde toute une pièce de couleur. Bien souvent, mes peintures sont davantage de la lumière qu’autre chose ». (Steve Hanks)

On citera le témoignage de B Darniels : Saisissant, époustouflant de technique mais aussi – ce qui est rare – capable de nous transmettre la joie, la tendresse, des émotions. Ou d’en faire naître chez le spectateur.

Source : le site officiel ; Rivage de Bohème ; Artifact Gallery ;

Lien court : https://wp.me/p5riis-1Hy

[Peintres] Edward Cucuel, reporter illustrateur

Edward CUCUEL (San Francisco 1875 – Pasadena 1945)

Edward Cucuel, né à San Francisco le 6 août 1875 et mort à Pasadena le 18 avril 1954, est un peintre et illustrateur américain.

En 1904, après avoir travaillé comme reporter à l’Exposition universelle de Saint-Louis, il effectue un tour du monde qui le mène, entre autres, au Japon, en Chine et au Sri Lanka. Après un bref séjour à San Francisco pour rendre visite à sa famille après le tremblement de terre (1906), il s’installe à Munich en 1907 et y devient un ami du peintre allemand Leo Putz qui lui fait découvrir la peinture en plein air. Il entre alors à la Sécession de Munich.

Membre de la Société nationale des beaux-arts, il expose au Salon des artistes français de 1929 les toiles Fantaisie et Dans l’ombre et participe aussi au Salon d’automne.

Sources ; artnet ; pinterest ; tuttart ;

Lien court : https://wp.me/p5riis-1Ho

Edward-Cucuel « Girl With Fur Coat Bad- Tolz »

[Peintres] L’Art au service de la Mode

Ursula Hess, Herbstauskland, 1982, 78×78, Pongée, princolor – Photo Galerie Smend

Ursula Hess, née en 1935 à Coblence (Koblenz, Deutchland) suivit un cursus artistique qui la formera à différentes techniques : aquarelle, travail et peinture sur soie, lithographie, graphisme, stylisme

Elle étudia ainsi le design graphique dans la Werkschule de Trèves (ancienne colonie romaine, haut lieu historique), les métiers de la Mode (Art et Fashion) à la Meisterschule de Mode de Münich, et la lithographie à l’Académie de Salzbourg (La vieille ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO), puis aux Beaux-Arts de Paris.

[peintres] Alexandre Louis Jacob

Alexandre-Louis Jacob (1876-1972) était surtout connu pour ses paysages lustrés, avec une observation particulière des plans d’eau. Sa technique consistait à appliquer des pigments à l’huile avec un pinceau sec.

Né à Paris, France, où il a étudié sous Eugène Claude à l’Académie des Beaux-Arts, l’artiste a commencé à exposer en 1899 dans divers salons de la ville. Il était membre de la Société des Artistes Français, de la Fédération Française des Artistes Aquarellistes et de la Société des Paysagistes et Sculpteurs Français. Il a également été membre du Salon d’Hiver et membre honorable de Lagny. Il était également officier de l’Instruction publique.

Il rejoint l’Union des Beaux-Arts de Lagny avec Édouard Léon Cortès, Maurice Louis Monnot et Henri Lebasque en 1926.

Le gouvernement français, la ville de Paris et le conseiller juridique de la Seine ont acheté de nombreux tableaux.

Mieux connaitre sa bio et ses oeuvres : artnet ; Tutt’Art (page bien documentée); Pinterest ;