Archives du mot-clé Banksy

2018-03 Pour la liberté de la presse… Une fresque de Banksy à New York

Une fresque de Banksy à New York pour soutenir la journaliste turque Zehra Dogan

Après les Palestiniens ou les migrants de Calais, l’artiste de rue britannique Banksy affiche son soutien à la journaliste et artiste turque emprisonnée Zehra Dogan, dans une nouvelle oeuvre murale géante dévoilée à Manhattan.

Zehra Dogan « a été condamnée à presque trois ans de prison pour avoir peint une seule image« , a indiqué Banksy sur son compte Instagram.

La jeune femme a été condamnée en mars 2017 pour avoir réalisé un tableau de la ville turque de Nusaybin, dans le sud-est majoritairement kurde de la Turquie, détruite par les forces gouvernementales turques. Une image du tableau a été projetée jeudi soir sur le mur de l’East Village.

Source : @AFPusa ; lepoint.fr


Lire notre article L’Art Urbain, ce qui se dit sur le Web…


Permalien : https://wp.me/p5riis-BB

Publicités

2017-05 Ella & Pitr, les géants invisibles du street art

Le couple expert en fresques monumentales expose en galerie pour un mois à Paris. L’occasion rare d’admirer son travail habituellement invisible, et de lui poser quelques questions sur son talent de pilote de drones.

Dans le grand barnum du street art, où Banksy sort de terre un parc d’attraction et JR fait disparaître la pyramide du Louvre, Ella & Pitr ont gravé leur nom au palmarès en peignant la plus grande œuvre du monde : 20 000 m2. Un record bien bling bling, pour un tandem qui ne l’est pas du tout, cultivant la discrétion jusqu’à dissimuler ses œuvres au regard, en les peignant à l’horizontale sur des toits. Un beau paradoxe qui est le cœur du travail du couple, à la scène comme à la ville, qui en définit les contours en survolant les photos souvenirs de son compte Instagram.

lire+ sur Télérama

2017-04 Street Génération(s), Roubaix capitale de l’art urbain

La plus belle exposition de street art du moment a pris ses quartiers dans la ville la plus pauvre de France. Balade au cœur de “Street Génération(s)”, qui redonne plus que des couleurs à la cité du Nord.

Les portraits de C215, puissance 4.
© Olivier Granoux pour Télérama

Le gotha mondial de l’art urbain s’est donné rendez-vous à Roubaix. Un point de chute étonnant de prime abord, mais un vrai pari culturel et social pour la ville la plus déshéritée de France, où 46 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. L’idée vient de Jean-Christophe Levassor, nouveau directeur de la Condition publique, friche industrielle reconvertie en vaste lieu culturel, avec salle de spectacles, restaurant et halls d’exposition, dans la lignée du Centquatre à Paris ou de la Friche Belle de Mai à Marseille.

« Un laboratoire créatif s’inspirant des nouveaux modèles sociaux et urbains », installé dans le quartier populaire du Pile. Il est aujourd’hui au centre de l’actualité pour une belle raison : l’exposition « Street Génération(s) », qui entend résumer quarante ans d’art urbain en conviant sous un même toit cinquante artistes emblématiques du mouvement.

A voir…  Jusqu’au 16 juin à la Condition publique, 14, Place Faidherbe, Roubaix. Ouvert du mercredi au dimanche de 13h à 19h. Tarifs : 5/3 €, gratuit (-18 ans et minima sociaux).

source : Télérama

2017-03 Street Art : Recherche Femmes Désespérément …

Miss Tic, Fafi Miss Van, Yz, Koralie, Empty, Klor, Aleteïa, Faith47, Lor-k, Swoon, Sasu.. Elles étaient là hier (1) et certaines sont toujours présentes dans le monde de l’art et du street art. Elles restent peu nombreuses à exercer cette discipline, même si les pratiques ont évolué.

Journée de la femme ou non, voici une des disciplines de l’art contemporain qui voit, malgré le temps qui passe et son évolution, peu de figures féminines émerger, comme en témoigne Adeline Jeudy, propriétaire de la Galerie LJ, à Paris : « Il y a 11 ans, j’ai monté une exposition « Etoiles Urbaines ». En réalité cela n’a pas tellement changé, si ce n’est qu’à l’époque, il y avait plus de femmes. Le graffiti est une pratique illégale, qui se fait dans des conditions parfois extrêmes : courir pour aller bomber des trains. Les street artistes étaient acceptés plus facilement dans la rue, ce fut le cas de Miss Van ou encore Fafi. Elles ont débuté d’abord la nuit, puis le jour. Des pratiques comme le collage ou la peinture apparaissaient plus légales que la bombe ».

source : forbes.fr

(1) Le 28 février dernier, lors de la vente « Urban Anthology »  (1ère collection privée d’Art Urbain),  23 lots ont  totalisé 1 664 530 €. 

lien court : http://wp.me/p5riis-oR

2017-02 La Place du Street Art dans l’Art Contemporain

Pour en savoir plus sur l’engouement du public pour l’art urbain, sur son évolution et l’engagement des artistes, Virginie Achouch (1) a rencontré Jonathan Roze, directeur de la galerie Le Feuvre (2), qui propose une exposition sur les œuvres importantes d’Invader compter du 16 mars 2017).

Nous vous en proposons quelques extraits (lire+ sur forbes.fr)

Invader sévit depuis 2007 dans les rues du monde. Pour apercevoir les œuvres de l’artiste, il faut, notamment dans les rues de Paris, lever un peu plus les yeux vers le ciel.
invader_space-invaders-graffiti-paris-rue-blanche-hotel-jeanne-d-arc-le-maraisInvader est, comme le précise les dirigeants de la galerie Le Feuvre, l’« unique tenant de la mosaïque in situ. Invader est à lui seul une part importante de la définition du Street Art. Bien que

Invader - New-York
Invader – New-York

personne ne sache qui il est, tout le monde a déjà vu son travail. Il est, avec Bansky, l’artiste urbain le plus connu au monde. »
Son choix pour ce matériau lui fut inspiré par le cryptage du premier samedi soir du mois par Canal+. Jusqu’au 15 avril, à Paris la galerie Le Feuvre lui consacre une exposition.

Quelques références d’artistes : Banksy, Shepard Fairey, Conor Harrington, Os Gêmeos, Kaws, Invader, JonOne, Barry McGee … Dondi White, Futura, Rammellzee… Os Gêmeos, Faile, Nunca, Blu, Sixe Paredes, JR…

(1) fondatrice et éditeur du magazine digital dédié au monde de la création  ( Deepthroat.fr)

(2) 164, rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris
+33 (0) 1 40 07 11 11

Œuvres de Jan Kolata (galerie Le Feuvre) - Paris
Œuvres de Jan Kolata (galerie Le Feuvre) – Paris

Nos articles sur le Street Art :  découvrir

Lien court de cet article : http://wp.me/p5riis-ok