Archives du mot-clé Bandes dessinées

2019-01 Festival BD – Angoulême 2019

Le 46° Festival International de la bande dessinée – Angoulême – se déroulera du 24 au  27 janvier 2019

Pour rappel, le mangaka sera l’un des invités du festival 2019. À cette occasion, une reviendra sur l’ensemble de sa carrière. De son côté, rééditera sa série « Number 5 » et sortira son one shot « Eveil ».

RÉSULTATS DU CONCOURS JEUNES TALENTS 2019

Cette année le record de participations a explosé avec plus de 600 dossiers reçus! Bravo aux 20 lauréats Jeunes Talents de cette promotion, découvrez les sans plus attendre.

Suivre l’actu sur Twitter ou Facebook

  une exposition rétrospective du travail de Rutu Modan aura lieu. Elle est notamment l’auteure de *Exit Wounds* et de *La Propriété*

  • une exposition en l’honneur de Jean Harambat aura lieu. Il est l’auteur de *Ulysse* et lauréat du prix de la BD du Point en 2014
  • Batman will be honored during the Festival !
  • Shinichi Ishizuka, l’auteur de BLUE GIANT, en Sélection Officielle sera présent au prochain Festival pour une rencontre et des séances de dédicaces sur le stand Glénat Manga
  • Paru Itagaki, auteure de , sera invitée d’honneur au Festival

Publicités

2018-11 Les arts et la Grande Guerre

Un dossier pédagogique, élaboré par le Réseau Canope, est mis à disposition des enseignants dans le cadre des programmes scolaires français : Histoire, Arts – 3e, 1re  {Équivalence canadienne : Secondaire, 2e cycle].

La Première Guerre mondiale modifie profondément le regard que portent les artistes sur la guerre, ces derniers délaissant petit à petit une forme d’exaltation pour une dénonciation de la violence et de la barbarie.

Une page intéressante et riche d’informations. Les auteurs répertorient les différents formes d’art qui ont évoqué (croqué) cette période, pendant et après  le conflit. Exemples, illustrations et témoignages jalonnent l’écrit. En évoquant les « artistes », on citera :

Chacun, à sa manière, tente de représenter l’indicible brutalité des combats, la douleur des femmes et des enfants livrés à eux-mêmes, la peur face à la mort mais aussi, parfois, une certaine fascination face à cette guerre moderne et totale. exhaustif qui balaye l’ensemble des arts.

Jacques Tardi, C’était la guerre des tranchées, 1993 – Éditeur : Casterman

Les Formes d’Arts :

  • les Témoignages et récits autobiographiques,
  • la Poésie (Guillaume Apollinaire, Calligrammes, Poèmes de la paix et de la guerre, 1918),
  • le Théâtre,
  • les Romans,
  • les Bandes dessinées (Jacques Tardi, C’était la guerre des tranchées, 1993 – un hommage à son grand-père)

 

En retraçant la vie des artistes peintres… [Peintures/dessins]

La guerre de 14-18 brise l’élan de ce courant créatif (fauvisme, cubisme, futurisme, abstraction). Ainsi, plusieurs mouvements d’avant-garde apparus avant 1914, comme le cubisme, disparaissent à la fin de la guerre. Braque, qui n’a pas laissé un croquis de la guerre, est blessé en 1915 ; Derain, qui passe les quatre années de la guerre dans l’artillerie, remplace à cette occasion la peinture par la photographie. Léger échappe de justesse à Verdun. D’anciens cubistes et fauves sont employés au camouflage. Certains, comme Delaunay et Picabia, quittent la France pour ne pas combattre. En Italie, la mort de Boccioni et de Sant’Elia vide le futurisme de sa substance. Par ailleurs, pour les pays en guerre, il n’est plus question de salons, d’expositions ou de débats artistiques.

Et de poursuivre :

  • les Affiches de propagande,
  • les Peintures/dessins,
  • le Cinéma [Malins, McDowell, La Bataille de la Somme (The Battle of the Somme), réalisé à la demande du gouvernement britannique, sort en salles à Londres en 1916] [Charlie Chaplin qui réalise en 1918 le film The Bond ; Abel Gance, J’accuse, 1919],
  • la Musique et les chansons

On citera :

  • Claude Debussy, « Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon ».  En février 1917, Debussy compose cette courte pièce, aux accents de désespoir et d’abandon, dont le titre est un vers de Charles Baudelaire.
  • Gustav Holst, Les planètes, Mars, celui qui annonce la guerre, composée en 1914, créée en 1918.
  • La Chanson de Craonne, 1915. Cette chanson contestataire fut censurée par le commandement militaire pour ses paroles subversives et antimilitaristes.

Adieu la vie, adieu l’amour,
Adieu à toutes les femmes
C’est bien fini, c’est pour toujours
De cette guerre infâme
C’est à Verdun, au fort de Vaux
Qu’on a risqué sa peau […]

Flambeau, chien de guerre – texte et illustrations de Benjamin Rabier

Les Affiches de propagande [Album Flambeau. Chien de guerre, à consulter sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France] sont incontournables, dans toute l’Europe et aux États-Unis, pour exalter l’élan patriotique : elles incitent à s’engager et surtout, à

Affiches de propagande de la Première Guerre mondiale

participer financièrement à l’effort de guerre en souscrivant aux emprunts d’État.

Elles jouent aussi sur les peurs à travers des caricatures effrayantes de l’ennemi, telle une affiche allemande qui représente un soldat français aux doigts crochus cherchant à s’emparer de l’Alsace.

 

 

 

Source : dossier « les Arts et la Grande Guerre »


Permalien :  https://wp.me/p5riis-JE

2018-09 Un trésor iconographique découvert en Jordanie

Dans le nord de la Jordanie, un tombeau peint d’époque romaine a été mis au jour par le Département des antiquités du pays. Depuis, historiens et épigraphistes essaient d’interpréter les peintures et les textes, véritables témoins de l’histoire religieuse, politique et sociale de la région.

L’ensemble se trouve sur le site de l’ancienne cité de Capitolias, fondée à la fin du Ier siècle de notre ère et intégrée dans la Décapole, région qui regroupait les villes hellénisées (dotées d’institutions de type grec mais appartenant à l’Empire romain) du sud-est du Proche-Orient, entre Damas et Amman.

Première BD araméenne ?

Deux tailleurs de pierre à l’ouvrage. Julien ALIQUOT/ Laboratoire HiSoMA 2018

(…) les inscriptions s’apparentent à des sortes de bulles de bande dessinée puisqu’elles décrivent les activités des personnages qui parlent en expliquant ce qu’ils font : “Je taille (la pierre).”, “Hélas pour moi ! Je suis mort !”). Ce qui est, là encore, exceptionnel.

 

permalien : https://wp.me/p5riis-IT

2018-08 Plongez dans l’histoire du manga avec l’exposition Mangasia

Plongez dans l’histoire du manga avec l’exposition Mangasia, merveilles de la Bande Dessinée d’Asie au Lieu Unique de Nantes.

Mangasia (capture)

Du 30 juin au 16 septembre 2018, l’ancienne biscuiterie LU [le lieu Unique] propose un voyage au pays merveilleux du neuvième art asiatique : origines, influences, processus de créations, expérimentation ou encore censure, le manga n’aura bien plus aucun secret pour vous ! Une exposition produite par le Barbican, Centre culturel de Londres.

vitrine expo

En dehors des géants colossaux tels que le Japon « le Godzilla du manga » et la Chine, Mangasia invite le public à parcourir six thématiques et découvrir l’industrie des vingt pays et territoires asiatiques qui forment aujourd’hui le continent qu’est la Mangasie.

Du Pakistan à l’Est jusqu’à la Mongolie au Nord, en passant par le Timor Oriental, le Sri Lanka ou encore le Bhoutan, l’exposition a pour but de mettre en valeur les connexions entre les bandes dessinées à travers l’Asie, la diversité de cet art mais également ses procédés créatifs. Un sujet ambitieux, mais ô combien d’actualité quand on sait que le marché du manga s’élève à 40 % des ventes en France.

Source : unidivers.fr

 

2018-02 La bande dessinée hongroise

En 2013, l’institut hongrois Balassi a organisé une rétrospective  de la bande dessinée hongroiseHungarocomix.  Les plus grands noms de la BD hongroise, d’hier et d’aujourd’hui, étaient présentés.

Comment dit-on « bande dessinée » en hongrois ? képregény, vocable composé de kép (image) et de regény (roman) qui évoque, comme dans bien des langues, la notion de « roman graphique« .

Cyrano de Bergerac par Ernő Zórád

Issue de la tradition de la caricature, la bande dessinée hongroise naît au XIXe [comme en France], mais sa production reste sporadique sans réussir à s’enraciner dans la tradition populaire comme chez nous.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux journaux pour enfants et adolescents émergent, comme par exemple la revue Pajtás à partir de 1946.  (…)  En 2001,  la galerie Karton, entièrement dédiée aux expositions de bande dessinée s’inaugure à Budapest. S’ajoute, en 2004, la donne nouvelle de l’Internet : le site web rajzfilm.hu lance un concours de BD.

ActuaBD.com est un des rares sites francophones à vous faire découvrir les bandes dessinées venues des autres horizons. Chacun remerciera l’initiative et les auteurs.

On citera quelques artistes :

  • Tibor Cs. Horváth (1925-1993)
  • Pál Korcsmáros (1916-1975)
  • Imre Sebők (1906-1980)
  • Ernő Zórád (1911-2004)
  • Miklós Felvidéki,
  • Mátyás Lanczinger,
  • Csaba Zabos,
  • Antal Bayer.

Source(s) :  actuatxt.com

Lien court de cet article : https://wp.me/p5riis-zW