Archives du mot-clé artistes femmes

2019-03 Londres : Expo 100% Women à la Richard Saltoun Gallery

La galerie londonienne Richard Saltoun Gallery consacre une année entière à des artistes féminines.

Do Women Have To Be Naked To Get Into the Met. Museum? 1989 Guerrilla Girls null Purchased 2003 http://www.tate.org.uk/art/work/P78793

Le fait que les femmes artistes soient sous-représentées dans le monde de l’art n’est pas un phénomène nouveau. Les Guerilla Girls, par exemple, ont alerté le grand public sur des statistiques telles que « moins de 5% des artistes de la section Art moderne du Metropolitan Museum of Art de New York » sont des femmes, mais 76% des nus sont des femmes.

Depuis les années 1980,  parmi les 20 expositions les plus populaires de l’année, une seule a été titrée par une femme (ce fut le cas en 2017; l’artiste était Yayoi Kusama). Ces tendances vont bien au-delà de l’art. L’année dernière, Greta Gerwig est devenue la cinquième femme à être nominée pour le Academy Award du meilleur réalisateur (parmi celles-ci, une seule femme, Kathryn Bigelow, a remporté le prix) été nominé dans la catégorie cette année.

Years ago an old friend said from ‘The King’s Meditations’ no. 9, 1974-75 – Eleanor ANTIN 1935-

En abordant de telles inégalités, la galerie Mayfair, Richard Saltoun, a annoncé le lancement d’un programme d’expositions d’artistes féminines qui durera toute l’année et qui commencera en mars. La galerie a mis l’accent sur l’art féministe depuis sa création en 2012, et s’est attachée à représenter et à exposer un nombre égal d’artistes masculins et féminins . 100% Femmes est le premier programme du genre dans l’espace.

The Man without a World, 1990 – Eleanor ANTIN (1935-)

Richard Saltoun précise… « Après 100% de femmes, notre programme ira au-delà de l’égalité des sexes en cherchant à mettre en lumière des personnalités sous-représentées malgré leur race, leur nationalité, leur religion ou leur situation géographique. Nous continuerons à développer notre programme et à recruter de nouveaux artistes avec ce à l’esprit. »

Source : anothermag.comartistes de la Richard Saltoun Gallery ; 100% Women ;

Publicités

2018-03 « Touches féminines où se mêle le langage des couleurs » (MAMO/Oran)

ORAN – Une exposition collective d’artistes peintres s’est ouverte dimanche au Musée d’art moderne d’Oran (MAMO) sous le slogan « touches féminines où se mêle le langage des couleurs« .

Cette manifestation, à laquelle prennent part 35 femmes peintres des wilayas de l’ouest algérien, est considérée comme le premier regroupement des créations de femmes en art optique au niveau national, selon la coordinatrice de cette exposition organisée par le musée national public « Ahmed Zabana » d’Oran.

Les 96 tableaux des participantes dont les styles artistiques inspirées de l’impressionnisme, l’abstrait, le surréalisme, la calligraphie arabe, la miniature et la sculpture traitent de plusieurs sujets sociaux décrivant des traditions et coutumes de la société, des vieux quartiers, exprimant des causes humanitaires, la souffrance des peuples et la solidarité avec la question palestinienne, indique-t-on.

Oran, des touches féminines à une exposition collective

Source :  aps.dz

Lire également « Formes et couleurs féminines« , thème de la deuxième édition de l’exposition collective de femmes artistes marocaines qui se tient du 8 au 16 mars au Centre culturel de Settat en célébration de la Journée mondiale de la femme. Cette exposition a été organisée par l’Association «Adwae» (lumières) des femmes artistes marocaines (AFAM)

2018-03 Parcours culturel « Portrait de femmes et femmes artistes » (Angers)

La ville d’Angers a organisé un parcours culturel, appelé « Portrait de femmes et femmes artistes », au musée des Beaux-Arts, en l’honneur de la 41e journée internationale pour les droits des femmes et l’égalité.
Les femmes artistes sont apparues assez tard dans l’histoire de l’art, entre le XVIIIe et le XIXe siècles seulement. Au XVIIe par exemple, les artistes féminines étaient marginalisées, ce qui se retrouvaient dans la condition sociale de l’époque où les femmes étaient plus à l’écart, et le domaine artistique n’échappait pas à cette différence entre les hommes et les femmes. Ces dernières n’avaient pas forcément accès aux formations académiques.
« …l’égalité d’abord cela se construit, ensuite c’est quelque chose qui nécessite une réflexion et enfin que c’est de l’intérêt général de l’espèce humaine », mentionne Roselyne Bienvenu, adjointe aux sports, à l’égalité entre les hommes et les femmes.

2018-03 Faire une place au génie féminin dans l’art

La Collezione Maramotti  (1) veut offrir aux femmes la place qu’elles méritent dans un monde de l’art historiquement machiste. Tous les deux ans, le Max Mara Art Prize for Women met une plasticienne remarquable en lumière.

Aujourd’hui, si les bancs des écoles de formation artistique accueillent autant de femmes que d’hommes, leurs toiles ou leurs sculptures se heurtent encore à certaines idées reçues. (…) Rien ne permet de les juger différemment, ni la touche ni le sujet. Comment dès lors justifier le fait que les femmes restent largement sous-représentées dans les ateliers et les galeries d’art ?

Emma Hart, lauréate du Max Mara Art Prize for Women 2016. © Dario Lasagni

Source.s :  lesoir.be  

(1) Musée d’art – Via Fratelli Cervi, 66, 42124 Reggio Emilia RE, Italie

2017-12 « Women House » au Musée de la Monnaie (Paris)

Une quarantaine de femmes artistes venues des cinq continents s’emparent de la Monnaie de Paris et mènent une réflexion sur le foyer, lieu des revendications féminines et artistiques dans une atmosphère très « girl power ».

C’est en suivant l’exemple de Miriam Schapiro et de Judith Chicago, que l’art contemporain au féminin a pu être mis à l’honneur au sein de la Monnaie de Paris. Le titre reprend celui de leur exposition « Women House », organisée en 1972 à Los Angeles, qui avait frappé les esprits de l’époque, marquant un tournant décisif dans l’histoire de l’art féministe. L’exposition est à l’origine tirée du célèbre essai de Virginia Woolf, Une Chambre à soi, publié en 1929. Selon l’auteur, il était indispensable qu’une femme ait une chambre qu’on puisse « fermer à clé sans être dérangé[e] ».

Source d’inspiration donc, ou symbole d’enfermement, « Women House » retrace, sur presque un siècle, les différents liens qu’ont eus ces deux notions que sont le féminin et l’espace domestique.

Laure Tixier, Plaid Houses, 2008, feutrine, 150 x 150 cm, collection Mudam Luxembourg, photo © La Monnaie de Paris

Exposition du au

Infos pratiques

Source : Connaissances des Arts