Archives du mot-clé art moderne

2020-05 L’art transforme et se transforme au Moyen-Orient

Dans un contexte de confinement, il est possible de vivre des expériences culturelles depuis son canapé. Des sites comme Google Arts et Culture permettent de découvrir des musées et galeries sur toute la planète : 2000 institutions culturelles d’environ 80 pays sont ouvertes au public virtuel.

technologie, réalité augmentée, scannérisation, 3D

Parmi elles, le musée Guggenheim à Bilbao en Espagne. Malgré sa fermeture temporaire dans le monde réel, les internautes peuvent entrer gratuitement dans ce fleuron de l’art moderne mondial et notamment observer de près, le “Bouquet de Tulipes” de Jeff Koons.

Et il n’y a pas que les musées qui sont accessibles en ligne. Pourquoi ne pas explorer les tombeaux antiques des pyramides égyptiennes, voire s‘émerveiller devant les stalactites millénaires de la grotte de Jeita au Liban ?

La place de l’art au Moyen-Orient et en Afrique du Nord est justement un thème que AFRIKA NEWS a évoqué avec Alia al-Senussi ,  rencontrée à Abu Dhabi.

 

source : africanews ; The Art Of Being A Princess: Alia Al-Senussi (oct. 2015) ;

 

Bonne journée avec KANDINSKY

Bonne journée avec Vassily Kandinski   (1866-1944)

Wassily Kandinsky1 (en russe : Василий Васильевич Кандинский), né à Moscou, est un peintre, graveur, théoricien de l’art, poète et dramaturge russe, naturalisé allemand puis français.

Considéré comme l’un des artistes les plus importants du XXe siècle aux côtés, notamment, de Picasso et de Matisse, il est l’un des fondateurs de l’art abstrait

=> découvrir également : l’exposition au Centre Pompidou (2009)

Le Bauhaus (1922-1933)

Le Bauhaus est une école d’architecture et d’art novateur, qui a pour objectif de fusionner les arts plastiques et les arts appliqués, et dont l’enseignement repose sur la mise en application théorique et pratique de la synthèse des arts plastiques. Kandinsky y retrouve ses anciens condisciples auprès de von Stuck, Paul Klee et Josef Albers. Il donne des cours dans le cadre de l’atelier de peinture murale, qui reprennent sa théorie des couleurs en y intégrant de nouveaux éléments sur la psychologie de la forme.


=> lire l’article sur le Bauhaus, rédigé par Bernard Johner


 

2018-11 Nature morte à la chaise cannée par Picasso

Cette œuvre réalisée en 1912 constitue le premier collage de l’histoire de l’art, une des nombreuses inventions à porter au crédit du cubisme, mouvement fondateur de l’histoire de l’art moderne auquel le Centre Pompidou à Paris rend actuellement hommage.

Curieusement, l’œuvre reste longtemps dans les cartons de Picasso. Elle n’est exposée qu’en 1930 à Paris, attirant l’attention de Louis Aragon. Cet « acte capital de la peinture moderne », comme il le qualifie, a ouvert la voie aux papiers collés, aux assemblages et au collage en général, sans doute la technique la plus caractéristique des ruptures intervenues dans l’art du XXe siècle.

Source : connaissancedesarts.com


Permalien : https://wp.me/p5riis-Kk

2018-03 István Sándorfi : Réalité presque parfaite

István Sándorfi ou Étienne Sandorfi (1948-2007), peintre figuratif de fière origine hongroise, n’est plus un artiste de premier rang sur le marché de l’Art international, tel qu’il le fut au pic de la popularité du mouvement Hyperréaliste dans lequel il ne se reconnaissait toutefois pas. Il reste malgré cela une icône populaire, très suivi par les amoureux de la technique ou fans se reconnaissant dans le malaise irrévérencieux que pouvaient générer certaines de ses oeuvres.

En 1973, une exposition au Musée d’Art Moderne de Paris contribua à faire de Sandorfi une valeur montante de l’hyperréalisme, bien que lui-même ne se reconnaisse pas dans ce mouvement.

L’exposition présente une sélection des peintures réalisées entre 1970 et 2000.

    voir la vidéo

Institut hongrois – 92, rue Bonaparte 75006 Paris – Entrée libre

Téléphone : +33 1 43 26 06 44

L’Institut Balassi, Institut hongrois, Collegium Hungaricum, Paris (en hongrois : Párizsi Magyar Intézet) est un centre culturel qui fait partie du réseau de l’Institut Balassi appartenant au Ministère du Commerce Extérieur et des Affaires Étrangères de Hongrie.


Source(s) :  pariszswikipédia  ;  courrierdeuropecentrale.fr

Lien court de cet article : https://wp.me/p5riis-A1

2017-10 Mode et Art : Quand la marinière s’expose au musée d’art moderne de New-York

Au même titre que le Jean 501 Levi’s ou la Petite Robe Noire Chanel, la marinière Armor-lux sera, à partir de ce dimanche, au coeur d’une exposition du musée d’art moderne de New York, le MoMA, parmi 111 pièces marquantes de la mode.

La marinière indémodable

La marinière Armor-lux vendue au musée d’art moderne MoMA de New York dans le cadre de l’exposition « Is Fashion Modern? » / © MoMA

Parmi toutes les pièces qui composent l’exposition, la première du MoMA sur la mode depuis 1944, des pièces devenues quasiment intemporelles et indémodables, comme la marinière bretonne (« the Breton shirt ») ou le chapeau Panama. Le célèbre musée new-yorkais a puisé dans « un très vaste champ d’études« , englobant aussi bien des éléments du quotidien que des créations d’exception et des signes d’appartenance religieuse comme la kippa ou le voile islamique, explique Michelle Millar Fisher, conservatrice assistante du musée.

france3