Archives du mot-clé art moderne

Achiam, la poésie de la sculpture

Ahiam Shoshany, dit Achiam, (1916-2005 à Paris), est un sculpteur franco-israélien établi en région parisienne en 1947.
Il pratique la taille directe sur différentes qualités de pierres (notamment basalte, granit, serpentine, albâtre) et de bois, ainsi que des bronzes, en formes très dépouillées, essentiellement figuratives.

L’art d’Achiam est centré sur l’Homme, la Femme, leurs sentiments, l’amour, l’enfantement, l’allaitement. Il a souvent exprimé sa révolte contre les guerres, les souffrances, les injustices, qui accablent l’humanité.

Achiam ‘Joueur de guitare’ – pierre volcanique (Sèvres, quartier d’affaires) – ph. jggir

Il travaille sur des pierres de récupération, dans un style d’art brut vite reconnu par Jean Dubuffet. Il est remarqué par Michel Tapié, alors directeur de la galerie René Drouin, qui l’expose en 1948.

(…) si je cherche aussi de belles formes, je veux qu’elles disent l’amour, la joie, la tristesse, etc. Je suis certain que, dans ce domaine, beaucoup reste à réaliser (…)

Si, à l’image de Brancusi, j’utilise des formes qui sont elles-mêmes abstraites, je cherche à construire une composition qui soit en contact étroit avec l’homme et ses sentiments.

Après sa mort, la communauté d’agglomération Arc de Seine (Grand Paris, France) a acquis une vingtaine de ses œuvres pour les mettre à disposition des cinq villes qui la composent.

De nombreuses sculptures sont exposées dans la ville de Chaville, 92370 – France. J’apprécie y balader pour les observer, les redécouvrir et pour les contempler à toute période de la journée, car la lumière est différente pour en apprécier les contours.


Permalien : https://wp.me/p5riis-2tV

Visitez également le blog, d’autres pages sur Achiam y sont postées. Merci par avance de vos commentaires.

Zao Wou-Ki, esthète de l’Art des ‘Chinoiseries’

Zao Wou-Ki (1920-2013) est rattaché, dans les années 1950, à la nouvelle École de Paris, puis à l’abstraction lyrique avant de devenir, selon la définition de Claude Roy « …Un grand peintre qui poursuit dans son œuvre une dizaine au moins de grands siècles de l’art chinois, et qui est un des meilleurs peintres modernes de l’Occident. »

Zao Wou-Ki dans son atelier de campagne vers 2000, devant 11.08.99 – Eclipse et le grand triptyque Hommage à mon ami Henri Michaux terminé en mars 2000, ©Guillaume de Laubier / Zao Wou-Ki

Son œuvre est vaste. Elle comprend les peintures réalistes de ses premiers tableaux qui sont surtout des portraits, quelques natures mortes et des paysages (1935-1949), ainsi que des huiles sur toiles de grands formats inspirées de Paul Klee qui tendent vers l’abstraction à partir des années 1950. Il explore l’abstraction lyrique dans les années 1960. Il est également reconnu pour ses encres de Chine et ses calligraphies et aquarelles. Il explore le thème de la lumière diurne ou nocturne dans une série d’œuvres poétiques intégrant simplement la représentation des astres lunaire et solaire.

« De mes souvenirs d’enfance, en dehors de mes parents, il ne me reste qu’une seule image : celle de faire des taches, de peindre. Ce désir ne m’a jamais quitté. Mais dans ma mémoire la plus lointaine, elle est associée à celle de lutter contre ce que je voyais, enfant, quotidiennement, de l’art chinois, ce que l’on appelle à juste titre en France, chinoiseries », confesse Zao Wou-Ki dans son Autoportrait coécrit avec Françoise Marquet, sa dernière épouse (éd. Fayard, 1988)

Il a été profondément influencé par les grands peintres français (Matisse, Cézanne, Renoir) et par Picasso ou Modigliani ou Paul Klee. Il rencontre Henri Michaux et Pierre Soulages. En 1948, il s’installe à Paris et fréquente l’académie de la Grande Chaumière (quartier Montparnasse).

La Fondation Zao WouKi a pour but de promouvoir la vie et les oeuvres du peintre.

Sources : Wikipédia ; Connaissances des Arts ; Exposition de l’Hôtel de Caumont du 19 mai au 10 octobre 2021 – « Il ne fait jamais nuit » (Aix-en-Provence) ; Les oeuvres lumineuses de Zao Wou-Ki ; Barnie’s ;

Lien court : https://wp.me/p5riis-1Zx

Robert Jonas, le photomontage surréaliste

Robert Jonas (1902-1989) s’était profondément impliqué dans l’avant-garde new-yorkaise dans les années 30, juste avant qu’elle n’éclate sur la scène internationale. Il était rédacteur en chef d’une revue d’art et était un ami de Willem de Kooning et d’Arshile Gorky, tous deux devenus des peintres abstraits-expressionnistes de premier plan dans les années 1940.

Sources : Ventes aux enchères ; Robert Jonas and the American Penguins (site)

Lien court : https://wp.me/p5riis-1VG

[Peinture] Mozaïque

Modigliani – ‘nu‘; Modigliani – Amadeo Modigliani – ‘Madame Reynouard‘, 1916, 81x50cm, collection particulière ; Roseann Riggi-Knudson ‘Nude Pop Art Pinup‘ ; ‘Nu‘ Pop Art ; Alexandre CabanelLa Naissance de Venus‘ – 1863, Huile sur toile, 130x225cm ; Felix Vallotton, ‘La Paresse‘, 1896, gravure sur bois ; Pierre BonnardNu à contre-jour‘ (détail), 1908, huile sur toile, 124x109cm…

2020-05 L’art transforme et se transforme au Moyen-Orient

Dans un contexte de confinement, il est possible de vivre des expériences culturelles depuis son canapé. Des sites comme Google Arts et Culture permettent de découvrir des musées et galeries sur toute la planète : 2000 institutions culturelles d’environ 80 pays sont ouvertes au public virtuel.

technologie, réalité augmentée, scannérisation, 3D

Parmi elles, le musée Guggenheim à Bilbao en Espagne. Malgré sa fermeture temporaire dans le monde réel, les internautes peuvent entrer gratuitement dans ce fleuron de l’art moderne mondial et notamment observer de près, le “Bouquet de Tulipes” de Jeff Koons.

Et il n’y a pas que les musées qui sont accessibles en ligne. Pourquoi ne pas explorer les tombeaux antiques des pyramides égyptiennes, voire s‘émerveiller devant les stalactites millénaires de la grotte de Jeita au Liban ?

La place de l’art au Moyen-Orient et en Afrique du Nord est justement un thème que AFRIKA NEWS a évoqué avec Alia al-Senussi ,  rencontrée à Abu Dhabi.

 

source : africanews ; The Art Of Being A Princess: Alia Al-Senussi (oct. 2015) ;