Archives du mot-clé art contemporain

2018-03 L’artiste contemporain doit-il être spectaculaire pour survivre ?

“Le fondement de la création artistique, c’est d’observer et de consigner”

Aujourd’hui, sur le marché l’art contemporain, la réussite est aussi fulgurante que la gloire est éphémère. Le peintre Per Kirkeby lui, se moque de la nouveauté et démontre qu’il appartient à l’ancien monde…

Per KIRKEBY
Untitled, 1998
Oil on canvas
300 x 500 cm
118 1/8 x 196 7/8 inches
© Per Kirkeby – Photo: Rebecca Fanuele
Courtesy of the Artist and Almine Rech Gallery

Le milieu de l’art, comme celui de la mode et de la publicité, étant avide de nouveautés, la difficulté pour un artiste contemporain consiste à se renouveler. Aussi — il en va de sa crédibilité et de sa survie — recherche-t-il de l’inédit, de la singularité, un geste marquant, quelque chose de spectaculaire — ainsi Anselm Kiefer en vient à couler du plomb sur d’anciens tableaux, procédé sans précédent dans l’histoire. Si l’art moderne s’est construit contre le goût douteux d’une bourgeoisie enrichie par la révolution industrielle, l’art contemporain, lui, se cachant souvent derrière des sujets édifiants et des indignations vertueuses (misère, écologie, guerre…), obéit aux inclinaisons tout aussi douteuses des affairistes actuels.

Lire+ sur Télérama (la chronique d’Olivier Cena)


Permalien : https://wp.me/p5riis-BF

Publicités

2018-03 Le salon de dessin contemporain DDessin (Atelier Richelieu, Paris 75002)

Fort de ses cinq ans d’existence, DDESSINPARIS, le cabinet de dessins contemporains unique en son genre, au format intimiste et à l’avant-garde de la création graphique, investira de nouveau l’Atelier Richelieu du 23 au 25 mars 2018.

Une vingtaine de galeries seront présentes pour cette sixième édition de DDESSINPARIS, notamment : Galerie 24Beaubourg (Paris), la Galerie Claire Corcia (Paris), Creative Growth Art Center (Oakland – USA), Galerie Detais (Paris), Galerie Gratadou – Intuiti (Paris, Bruxelles – Belgique), H Gallery (Paris), La Maison de la plage (Tunis – Tunisie), Galerie Larnoline (Sauve), Little Africa (Paris), LMS Gallery (Bruxelles – Belgique), Loo & Lou Gallery (Paris) qui proposera un solo show de l’artiste Arghaël, GALLERY MAISON D’ART (Osaka – Japon), Galerie Marie Jaouen (Paris), Galerie Polysémie (Marseille), Rizomi Gallery (Parme – Italie), Teodora Galerie (Paris).


Informations pratiques

Source : sortiraparis.com


Permalien : https://wp.me/p5riis-B6

2018-03 L’art contemporain selon Emmanuel Perrotin et Sophie Pujas

France Inter (Popopop, Antoine de Caunes) reçoit le galeriste Emmanuel Perrotin et la journaliste Sophie Pujas, pour parler de l’art contemporain.

 

Emmanuel Perrotin en 2016 © Getty / Eric Fougere – Corbis

Emmanuel Perrotin ouvre sa première galerie d’art dans son appartement. En 1997, il est l’un des premiers à s’installer dans le 13ème arrondissement. Aujourd’hui, il possède 6 galeries d’art à travers le monde :  à Paris, New-York, Tokyo, Seoul, Hong-Kong et, en 2018, Shanghai.

La pop culture selon Emmanuel Perrotin :  Dans le milieu de l’art c’est souvent synonyme de futilité… jusqu’à ce que l’artiste soit reconnu.

Sophie Pujas, journaliste au Point viendra présenter Pirates ! L’art du détournement culturel (éditions Tana). Elle a interviewé de nombreux street artists et collaboré au Guide de l’art contemporain urbain en 2015.

Source : franceinter.fr


Permalien : https://wp.me/p5riis-B2

2018-02 … Vu, lu, entendu sur le Web des Arts et Culture

Un Picasso mis aux enchères à 40 millions d’euros

« La Femme au béret et à la robe quadrillée », une œuvre de 1937, sera mise en vente chez Sotheby’s la semaine prochaine à Londres. Son propriétaire anonyme a décidé de s’en séparer.

Trois autres Picasso seront mis en vente à Londres, dont « El Matador », estimé à 20 millions d’euros.

Lire+


Un double portrait de Rembrandt rénové par une équipe franco-néerlandaise

Des restaurateurs d’art français et néerlandais ont dévoilé lundi à Amsterdam le résultat de 18 mois de rénovation sur un double portrait peint par le maître néerlandais Rembrandt.

Datés de 1634, ces deux tableaux d’un couple de notables néerlandais richement vêtus de noir et de dentelle avaient été acquis en commun en 2015 par la France et les Pays-Bas pour 160 millions d’euros, une première en Europe.

Pendant un an et demi, les équipes du Louvre parisien et du Rijksmuseum amsterllodamois ont mené des recherches sur les peintures avant de soigneusement retirer au moins six couches de vieux vernis.

Rembrandt van Rijn, Portrait de Maerten Soolmans, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm, acquis par l’État néerlandais pour le Rijksmuseum, et Portrait d’Oopjen Coppit, 1634, huile sur toile, 210 x 133 cm, acquis par la République Française pour le musée du Louvre © RMN-Grand Palais / Mathieu Rabeau

sources : lepoint.fr ; Connaissances des arts


«Lumières africaines, l’élan contemporain» réunit les artistes de toute l’Afrique

L’ouvrage nous invite à découvrir la richesse créative du continent à travers la génération des grands artistes des années 1960 et la nouvelle vague de créateurs.

Cosigné par Mehdi Qotbi et André Magnin et préfacé par Yacouba Konaté, le livre célèbre en 208 pages l’unité culturelle africaine. Il sera présenté le 24 février à Marrakech à l’occasion de la Foire d’art contemporain africain.

Source :  lematin.ma


En Belgique, une association lance un concours de peintures pour malvoyants

Ouvert à tous et gratuit, l’événement a pour but d’encourager les personnes handicapées de la vue à pratiquer l’art. Les inscriptions se clôturent le 30 avril et les meilleurs dessins et peintures seront exposés en octobre 2018, près de la ville de Gand.

«Nos crayons et nos pinceaux déchireront le brouillard qui nous entoure!» voilà la devise de l’association. Art and Low vision a été fondée en Belgique en 2014, à l’initiative de l’ancien éditeur, journaliste et peintre Charles-Emmanuel Schelfhout, devenu malvoyant à 55 ans.

Charles-Emmanuel Schelfhout dans son atelier sur la rive de la Lys à Deurle (Flandre, 2015)

Source :  lefigaro.fr


Les artistes Richard Orlinski et Laurence Jenkell : deux inconnus qui valent cher

Ils sont parmi les artistes français les plus vendeurs. Mais vous n’en verrez pas un seul dans un grand musée occidental. Leur fonds de commerce, ce sont les touristes et les nouveaux riches, suffisamment aisés pour acheter au coup de cœur et peu regardants quant au CV. Dans la presse spécialisée sur l’art, Richard Orlinski est aux abonnés absents. Il vend néanmoins ses sculptures dans quelque 90 galeries opérant hors des circuits officiels. Et il figure dans le classement Artprice des artistes français les plus cotés aux enchères.

A sculpture representing a blue candy in the colors of the flag of the European Union by French artist Laurence Jenkell is pictured in the park of the castle of La Celle Saint-Cloud, the residence of the French Foreign minister, on April 5, 2016. / AFP PHOTO / Eric FEFERBERG

Bombardées de particules, les oeuvres d’art livrent leurs secrets
L’oeil d’Aglaé, le seul accélérateur de particules au monde dédié au patrimoine culturel, analyse les détails invisibles d’une amphore. photo : V. FOURNIER/C2RMF

Sous le Louvre, à l’abri des regards, le C2RMF est un des laboratoires les plus secrets du ministère de la Culture. Ses instruments high-tech scrutent les plus grands trésors du patrimoine. Visite guidée.

Et en plus, elle respire. Aglaé ne se contente pas de posséder l’oeil le plus acéré de la place parisienne, elle a un coeur. A six pieds sous terre, dans les entrailles du pavillon de Flore, près du Louvre, cet accélérateur de particules -le seul au monde dédié à l’étude du patrimoine- émet un souffle rauque et continu.

Source :  lexpress.fr


 

Œuvre de Léonard Foujita, Le quai aux fleurs, Notre-Dame 1950, Huile sur toile, 38 x 46 cm, signée, datée et titrée.
Impression : héliogravure

C’est sous l’initiative d’André Malraux, en 1961, que La Poste lance « la série artistique ». Tous les domaines artistiques sont abordés au fil des années, et en 2018 c’est au tour de Léonard Tsuguharu Foujita d’entrer au panthéon de cette série.

Ce Quai aux fleurs, Notre Dame fut peint par l’artiste en 1950, année de son retour à Paris avec sa femme Kimiyo. Foujita a ensuite fait don de cette œuvre au Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou en 1951.

Mieux connaitre Foujita (wiki) :

Tsugouharu Foujita ou Tsuguharu Fujita (藤田 嗣治, Fujita Tsuguharu?), connu aussi sous son simple nom de famille, Foujita, ou sous le nom adopté à la fin de sa vie, Léonard Foujita, est un peintre, dessinateur et graveur français d’origine japonaise, également illustrateur, céramiste, photographe, cinéaste et styliste, né le à Tokyo (Japon), et mort le à Zurich (Suisse).

Source :  fondation-foujita.org


Trois stations du métro moscovite entrent au patrimoine culturel régional

Les stations de métro Biélorouskaïa, Kievskaïa et Komsomolskaïa, à Moscou, ont été ajoutées au registre du patrimoine culturel régional, annonce la mairie sur son site officiel. Désormais, 15 stations du métro de Moscou font partie du patrimoine architectural protégé.

Source : lecourrierderussie.com


Musée. Pont-Aven, premier pôle breton

2018 marquera le « retour » du Talisman de Sérusier à Pont-Aven. Mais, d’ici là, nous aurons des nouveautés à présenter, à commencer par les 22 tableaux de la collection d’Alexandre Mouradian, à partir du 2 février, suivie d’une autre exposition temporaire sur le mouvement Cobra. Au musée de la Pêche, ce sera l‘Hémérica, bateau de pêche visitable qui sera mis en valeur grâce au travail de lumières de l’artiste douarneniste Yann Kersalé.

source : ouest-france.fr


Les musées comme producteurs de savoirs

Chacun le sait. Les musées sont détenteurs d’un important réservoir d’oeuvres, entretenues régulièrement ou « mises en quarantaine » ou tout simplement « abandonnées. 

La plupart des grandes expositions d’art (contemporain, …) implique désormais de se confronter à une avalanche de matériaux imprimés sous vitrine, de photographies documentaires, de notes, rapports, études, ou plans. Chercher, classer, éditer, commenter, copier, réorganiser et exposer des matériaux d’archives sont des gestes qui font aujourd’hui partie du vocabulaire artistique, au même titre que peindre, filmer, ou tailler un morceau de bois: l’artiste-archiviste est devenu un personnage à part entière de la comédie de l’art contemporain.

L’enjeu est culturel, mais également politique. Les musées représentent des marques. Pour les grandes institutions, il s’agit de mieux valoriser leurs archives.  Cette démarche fait dorénavant partie d’une tendance large.

Exposer des archives, c’est en effet rendre visibles les stratégies historiques d’une institution, les conditions d’acquisition des œuvres, de réalisation des expositions, ou encore les intentions des artistes. Bref c’est mettre en lumière les processus collectifs de production de l’art, plus que les objets finis et autonomes, pour faire de la visite de l’exposition un moment d’expérience esthétique, mais aussi d’apprentissage.

Source : letemps.ch


lien court de cet article : https://wp.me/p5riis-z1

2018-01 L’art invisible, canular ou nouveau courant artistique ?

En septembre 2016, la radio canadienne CBC a présenté une jeune artiste se disant l’inventeur d’un art révolutionnaire, l’art invisible. Elle décrivait une oeuvre qu’elle avait élaborée durant des heures mais, qu’on ne pouvait voir. C’était en réalité un canular.

Ce que ne pouvaient imaginer les auteurs de cette farce, c’était que de nombreuses initiatives d’art invisible avaient déjà été expérimentées par des artistes marquants tels Duchamp, Magritte ou Warhol.

Ces orientations artistiques très conceptuelles trouvent leur fondement dans le rejet de la tournure mercantile et spéculative prise par l’art contemporain.

Pour compléter votre connaissance… accéder au blog du Museum of non visible art .    L’idée de cette institution est venue d’un artiste collaboratif appelé Praxis (Brainard et Delia Carey).

Source :  culture-crunch.com