Archives du mot-clé abstraction

Les femmes d’Eleanor Swordy

Swordy, Eleanor – Where To, 2018

Eleanor Swordy est née en 1987, Paris, France. Elle vit et travaille à Brooklyn, NY, USA.

Elle expose depuis 2007 : USA (Los Angeles, Miami Beach, New York, Chicago) Europe (Danemark).

Découvrez son travail : Moskowitz Bayse ; Eleanor Swordy’s paintings allegorize

Zao Wou-Ki, esthète de l’Art des ‘Chinoiseries’

Zao Wou-Ki (1920-2013) est rattaché, dans les années 1950, à la nouvelle École de Paris, puis à l’abstraction lyrique avant de devenir, selon la définition de Claude Roy « …Un grand peintre qui poursuit dans son œuvre une dizaine au moins de grands siècles de l’art chinois, et qui est un des meilleurs peintres modernes de l’Occident. »

Zao Wou-Ki dans son atelier de campagne vers 2000, devant 11.08.99 – Eclipse et le grand triptyque Hommage à mon ami Henri Michaux terminé en mars 2000, ©Guillaume de Laubier / Zao Wou-Ki

Son œuvre est vaste. Elle comprend les peintures réalistes de ses premiers tableaux qui sont surtout des portraits, quelques natures mortes et des paysages (1935-1949), ainsi que des huiles sur toiles de grands formats inspirées de Paul Klee qui tendent vers l’abstraction à partir des années 1950. Il explore l’abstraction lyrique dans les années 1960. Il est également reconnu pour ses encres de Chine et ses calligraphies et aquarelles. Il explore le thème de la lumière diurne ou nocturne dans une série d’œuvres poétiques intégrant simplement la représentation des astres lunaire et solaire.

« De mes souvenirs d’enfance, en dehors de mes parents, il ne me reste qu’une seule image : celle de faire des taches, de peindre. Ce désir ne m’a jamais quitté. Mais dans ma mémoire la plus lointaine, elle est associée à celle de lutter contre ce que je voyais, enfant, quotidiennement, de l’art chinois, ce que l’on appelle à juste titre en France, chinoiseries », confesse Zao Wou-Ki dans son Autoportrait coécrit avec Françoise Marquet, sa dernière épouse (éd. Fayard, 1988)

Il a été profondément influencé par les grands peintres français (Matisse, Cézanne, Renoir) et par Picasso ou Modigliani ou Paul Klee. Il rencontre Henri Michaux et Pierre Soulages. En 1948, il s’installe à Paris et fréquente l’académie de la Grande Chaumière (quartier Montparnasse).

La Fondation Zao WouKi a pour but de promouvoir la vie et les oeuvres du peintre.

Sources : Wikipédia ; Connaissances des Arts ; Exposition de l’Hôtel de Caumont du 19 mai au 10 octobre 2021 – « Il ne fait jamais nuit » (Aix-en-Provence) ; Les oeuvres lumineuses de Zao Wou-Ki ; Barnie’s ;

Lien court : https://wp.me/p5riis-1Zx

Arshile Gorky, un artiste emblématique ‘américain-arménien’

Arshile Gorky, né Vosdanik Manoug Adoian, le 14 avril 1904 à Hayotz Dzor (vilayet de Van, Empire ottoman) et mort le 21 juillet 1948, à Sherman, Connecticut (États-Unis), est un peintre arménien naturalisé américain.

Il échappe au génocide arménien de 1915 et se réfugie avec sa mère et sa sœur à Erevan, en Arménie russe. Il émigre aux États-Unis en 1920 chez son père et s’inscrit à la Rhode Island School of Design. Rejoignant New York en 1925, il se forme à la Grand Central School of Art et devient enseignant.
Ses premières toiles sont influencées par CézannePicassoMiro. Plus tard il s’inspirera de l’automatisme surréaliste.

André Breton le considérait comme l’un des plus grands artistes dans l’histoire américaine.


À partir du milieu des années 1930, sa peinture acquiert une certaine reconnaissance. Malheureusement, une grande partie de son œuvre disparaît dans l’incendie de son atelier.
En 1947, il doit subir une opération chirurgicale aux conséquences traumatisantes.

Quelques liens intéressants : Arshile Gorky, emblématique peintre de la diaspora arménienne ; Manifeste du surréalisme ; le surréalisme ; Association culturelle arménienne ; Gorky, l’oublié de l’abstraction ;

Lien court : https://wp.me/p5riis-1Wy

L’abstraction lyrique de Georges Mathieu

Georges Mathieu (1921 – 2012) est un peintre et un théoricien français connu pour avoir lancé le mouvement de l’abstraction lyrique et l’art informel dans le Paris post-Seconde Guerre mondiale. Il publie plusieurs manifestes soulignant les croyances de l’abstraction lyrique importantes dans la création de peintures: priorité à la primauté de la vitesse, refus des références et état d’esprit extatique.

Inventeur des performances et du tubisme, pionnier de l’Action Painting, de la vitesse et du dripping, il est considéré comme l’inspirateur du street art (voir et revoir nos articles).

« Enfin un calligraphe occidental ! » – André Malraux

@Niggl-Radloff-B

Né au sein d’une famille de banquiers, Georges Mathieu s’oriente d’abord vers des études de droit, de lettres et de philosophie. Dès 1942, il se tourne vers les arts plastiques et réalise ses premières peintures à l’huile. Il exerce pendant quelques années le métier de professeur avant de se lancer dans une carrière artistique. En 1946, il réalise sa première exposition à Paris au Salon des moins de trente ans.

 « Les tableaux de Mathieu sont les décrets royaux de la discontinuité de la matière. » — Salvador Dalí

À partir de 1980, son œuvre peint témoigne d’une nouvelle maturité où il rompt avec les derniers vestiges de classicisme et abandonne alors la figure centrale, en même temps que sa palette se fait plus vaste. Grâce à la médiation de Paul Facchetti et Rodolphe Stadler, plusieurs rencontres et une correspondance animée ont eu lieu depuis la fin des années 1970 entre Georges Mathieu et Rolf Lauter, conservateur de la galerie de Margarete Lauter à cette époque.

  • Cybernetics‘, 1957 – Repetto Gallery (Détail 1 et 2)
  • Auzers‘, 1971 – Dellupi Arte
  • Raguenni’, 1965 -HELENE BAILLY GALLERY
  • logo ‘Antenne2‘ (1975)
  • L’écartèlement de François Ravaillac, assassin du roi de France Henri IV, le 27 mai 1610, à Paris en place de Grève (1960)

 « Georges Mathieu est un grand seigneur, tout ce qu’il touche devient féodal et noble. » – Jean Cocteau

Georges Mathieu est né le 27 janvier 1921 à Boulogne-sur-Mer et mort le 10 juin 2012 à Boulogne-Billancourt. Il est également célèbre pour sa pièce de dix francs de 1974, son logotype d’Antenne 2 de 1975, et ses timbres postaux.

Sources : Wikipédia ; artnet.fr ; Georges Mathieu — Le site officiel

Lien court : https://wp.me/p5riis-1Rc

Hubert Oddo… Un paysage abstrait, on devine au lieu de percevoir

Hubert Oddo – Landscape Twelve Eleven Seven – Acrylique sur Toile (54×65 cm)

Hubert Oddo réside sur le territoire de Marseille et expose dans plusieurs galeries de la région. « La matière appartient à celui qui la découvre« , écrit-il, « L’art nous apprend à voir dans la nature ce que nous ne voyons pas dans la réalité« .

Est présent sur pinterest, Artmajeur et bien d’autres plate-formes.

Hubert Oddo ou le tropisme de l’abstraction

Quand on parle d’abstraction en peinture, il faudrait toujours se rappeler que, chez la plupart des enfants qui s’essaient aux arts graphiques, l’expression abstraite du monde précède sa description figurative. Hubert Oddo n’a cessé de vouloir revenir à cette enfance de l’art. (Jacques Lucchesi, critique d’art)

Lien court : https://wp.me/p5riis-1E2