2016-07 Courbet est-il source d’inspiration pour les artistes du XXIe siècle ?

Pour ses dix ans, le centre d’art contemporain de l’abbaye d’Auberive propose jusqu’au 25 septembre 2016, une confrontation entre les paysages de Courbet  et ceux des artistes du XXIe siècle. Courbet est-il encore source d’inspiration ? Réponse et décryptage.

La-Source (1864. Huile sur toile, 50 cm x 61). DR
La-Source (1864. Huile sur toile, 50 cm x 61). DR

L’auteur de l’article, Thierry Hay, trace un nouveau chemin pour redécouvrir le peintre Gustave Courbet, considéré comme le chef de file du courant réaliste.  Courbet est un rebelle, un romantique, un apprenti géologue et surtout un homme qui aime les innovations, pour choquer ses pairs et faire un peu le buzz . Il se rapproche au maximum de la réalité, en opposition frontale avec la peinture d’histoire décorative de son époque.

L’héritage de Courbet

Sa lumière sentimentale, son réalisme très précis, ses effets matière, son envie de bousculer son siècle : voilà de quoi intéresser les artistes contemporains.

et de citer… Auguste Belloc, Ronan Barrot, Antoine Correia, Evi Keller née  en Allemagne, Malgorzata Paszko d’origine polonaise, Jacques Perconte né en France et un des pionniers de l’art sur internet,.

Cette exposition, en collaboration avec l’Institut Courbet est un beau dialogue autour des paysages de Courbet et un bel hommage au célèbre peintre de « L’origine du monde ». Le respect et l’amour de la nature font valser en éclats les barrières du temps et prouve combien l’esprit de Courbet est toujours présent.

Centre d’art contemporian de l’abbaye d’Auberive : 1 place de l’abbaye 52160 Auberive.

Le mardi de 14h à 18h30, du mercredi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30

Entrée : 8 euros

 

2016-06 Hopper, le chevalier à la licorne

the-long-leg-hopper… agréable rétrospective des œuvres de Edward Hopper (1882-1967), à parcourir et à faire partager.

Lire+ … Hopper par

 

Le restaurant à New-York (1922)
Le restaurant à New-York (1922)

Edward Hopper, peintre des classes moyennes new-yorkaises et témoin des mutations sociales et esthétiques des États-Unis de la première moitié du XXe siècle. Attiré par les réalistes du XIXe siècle davantage que par les cubistes et les surréalistes de son temps, Hopper peint des personnages placés dans un environnement rural ou urbain, qui ne semblent pouvoir échapper à une mélancolie et un isolement récurrent.

lire+… Top 20 des plus grandes œuvres d’Edward Hopper

Découvrir Edward Hopper (wikipédia)

Gens au soleil (1960)
Gens au soleil (1960)
Autoportrait (1930)
Autoportrait (1930)

lien court : https://wp.me/p5riis-dv

2016-06 L’audace et la modernité du design japonais à Riom

Le musée Mandet à Riom, dans le Puy-de-Dôme, accueille jusqu’au 31 décembre une exposition d’exception, dédiée au design et arts décoratifs du Japon. Un demi-siècle de tradition et de modernité est révélé à travers 90 œuvres (de 1950 à 2000), qui racontent l’esthétique l’élégance et la beauté sans égal de l’art au pays du soleil levant.

design japonais à Riom_vlcsnap-2016-06-29-16h31m23s238

Les œuvres proviennent de différents musées, galeries ou collections privées – luminaires, mobilier, objets en céramique, verrerie, objets en bambou, orfèvrerie… – fruits de jeunes créateurs côtoient celles de maîtres reconnus. Preuve que durant 60 ans, l’artisanat traditionnel a su intégrer des formes et des matériaux nouveaux provenant de l’Occident. Preuve aussi, qu’il a réussi à s’adapter, de façon originale parfois, tout en préservant ses traditions.

L’écologie au service de la création

design japonais à Riom_vlcsnap-2016-06-30-10h33m37s738Aujourd’hui, la question de l’écologie est devenue centrale dans la réflexion des designers japonais qui tentent des expérimentations avec des matériaux nouveaux. A l’instar des créations innovantes de Tokujin Yoshioka. Son fauteuil « Honey Pop » est entièrement réalisé en papier gaufré et sa chaise « Pane chair » est fabriqué en mousse synthétique, chauffé à la vapeur.

source :  France TV info

2016-06 Donations exceptionnelles au Centre Pompidou et musée des Beaux-Arts de Tours

LA COLLECTION THEA WESTREICH WAGNER ET ETHAN WAGNER_x274_4a45-keith
Donation au Centre Pompidou

Les époux Thea et Ethan Wagner ont décidé de répartir leur riche collection d‘art entre le Whitney Museum de New York (500 oeuvres) et le centre Georges Pompidou (350). En l’honneur de cette généreuse promesse de don, ce dernier expose 150 de ces pièces jusqu’au 6 février 2017.

La part européenne de la donation reviendra à la Centre Pompidou Foundation, basée à Los Angeles, dont la vocation est de recueillir des dons, alors que les artistes américains iront au Whitney Museum of American Art.

 

Musée des Beaux-arts de Tours

Amoureux d’art et de Touraine, le fortuné Léon Cligman et son épouse Martine ont décidé de léguer au Musée des beaux-Arts de la ville de Tours l’immense collection qu’ils ont rassemblée tout au long de leur vie. Et pas n’importe quelle collection: en tout, pas moins de 1.200 œuvres signées par des grands noms de l’art.

Innombrables, les noms de grands maîtres rivalisent au sein sa collection: Henri de Toulouse-Lautrec, Maurice de Vlaminck, César, Eugène Delacroix, Edgar Degas, Jean-Baptiste Carpeaux, Kees van Dogen… énumère le quotidien local La Nouvelle République.

Bio… les éléments marquants (wikipédia) : Maire d’Issoudun à la Libération, Léon Cligman reprend l’entreprise La Confection de L’Indre, fondée par son père et qui deviendra Indreco, un groupe textile qui s’étoffera grâce à  de nombreuses acquisitions et création de marques (ex. marque New Man). Administrateur et vice-président des Nouvelles Galeries réunies, puis président de Devanlay SA, le groupe deviendra Indreco-Devanlay, fort de 40 000 salariés à la fin des années 70. En 1998, Devantay est vendu au groupe suisse Maus.

Léon Cligman est président du Comité de développement et de promotion du textile et de l’habillement (1984-1987), administrateur du Musée des arts décoratifs de Paris (1985-2005). Il préside l’Association pour le rayonnement de l’Opéra national de Paris (1996-2005).

Sa femme est artiste peintre, sculptrice et cofondatrice du musée d’art moderne de Troyes (1982).

 

Source

> lefigaro.frdon au Centre Pompidou, don à la ville de Tours

> Que faire à Parisla collection Wagner

2016-06 Roanne : Rétrospective Nicolas Decoussy

decoussy_Rétrospective Nicolas Decoussy

L’Association artistique Au temps de Louis Caradot découvre au public 120 œuvres picturales de Nicolas Decoussy (1968-2012) allant de la carte postale aux grands formats. Peinture figurative, abstractions sont aux cimaises de l’Espace congrès de Roanne.

« La peinture n’est pour moi qu’un moyen d’oublier la vie », « un cri dans la nuit. Un sanglot raté. Un rire qui s’étrangle. » Marcel Deporte, amateur d’art, cite Rouault pour évoquer Nicolas Decoussy. Un schizo-peintre selon Richard Nicolas, guide conférencier au centre Beaubourg, qui « a horreur du vide… vide qu’il occulte ou  suggère ».

découvrir

Informations

Commune : Roanne /  Lieu : Espace Congres Roanne

Exposition Tout public

Tél : 09 77 07 98 95 – Courriel : jeberland7@wanadoo.fr

La Maison des Peintres, pour promouvoir et développer la pratique des arts