2016-04 Cézanne et la « taille douce »

Artiste tout aussi incontournable qu’inclassable, le peintre Paul Cézanne (1839-1906) a marqué de ses couleurs vibrantes et de ses volumes vigoureux l’histoire de l’art moderne. Originaire d’Aix-en-Provence, il fréquente à Paris dans les années 1860 de jeunes artistes qui seront bientôt désignés comme les « Impressionnistes ». En 1862, il fait la connaissance d’Armand Guillaumin (1841-1927) à l’Académie suisse, peu de temps après celle de Camille Pissarro (1830-1903). Son amitié avec ces deux artistes lui ouvre les yeux sur une autre manière de créer, plus délicate et plus expressive.

ROUILLAC TRESOREnsemble, ils séjournent chez le docteur Gachet à Auvers-sur-Oise où Pissarro et Guillaumin initient alors Cézanne à une technique ancestrale : la gravure. Durant l’année 1873, Cézanne réalise ses cinq uniques gravures sur la presse que possède le docteur
Gachet. Parmi elles, le célèbre portrait de « Guillaumin au pendu » que l’on trouve fréquemment en salle des ventes ou chez les antiquaires. Cézanne esquisse un portrait très expressif de son ami, assis les bras croisés, le regard perdu vers un horizon…

Sources:

 

Publicités

2016-04 Master « Droit du patrimoine »

C’est une nouveauté à Cambrai et au nord de Paris. À la rentrée, le centre universitaire La Forêt proposera un master Droit du patrimoine. Une nouvelle formation qui complète le cursus proposé depuis cette année autour des richesses du territoire et de Cambrai, ville d’art et d’histoire.

En septembre dernier, une licence Histoire, archéologie et patrimoine (Harpe) était mise en place ainsi qu’une double licence Droit et Histoire de l’art et deux licences professionnelles : Actions culturelles et métiers de l’archéologie, et Médiation et actions culturelles.

Une formation innovante

À la rentrée prochaine, c’est un nouveau master qui complétera l’offre. « Ce master Droit du patrimoine n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe, poursuit Sylvain Tranoy. Un centre universitaire de proximité comme Cambrai doit marcher sur deux jambes. En proposant des formations qui offrent un large panel de débouchés notamment post-bac pour les jeunes du territoire. Et aussi des formations plus spécialisées et plus professionnalisantes, pour attirer les étudiants extérieurs et asseoir l’antenne de Lille 2 ».

Cette formation, « innovante et unique au nord de Paris », a été décidée dans le cadre d’une convention 2014 – 2019 entre universités. « Tout cela forme un ensemble cohérent et ce master intervient dans le cadre d’une vraie stratégie de développement. »

lire+ sur La Voix du Nord – publié le 22/04/2016

2016-04 L’Artothèque ou comment faciliter l’accès à l’art contemporain

De nombreuses initiatives (territoriales, associatives, privées) sont prises pour faciliter l’accès à l’art contemporain. Entre autres, nous citerons les « Artothèques ». La liste des villes / territoires engagées  sur ce mode de partage ne cesse de croître :  Vitré (35), Nîmes (30), Caen (14), Angoulême (16), Chambéry (73), Annecy (74), Angers (49), Grenoble (38), Poitiers (86), Nantes (44), Pessac (33)…

Né à Berlin au tout début du XXème siècle, le concept d’artothèque s’est répandu et institutionnalisé en France dans les années 1980. Il offre à chacun la possibilité de découvrir les œuvres d’art contemporain, mais plus encore de vivre avec elles, dans l’intimité quotidienne d’un appartement, d’une maison ou d’un lieu de travail.

L’artothèque du Lot met à la disposition des Lotois une collection publique d’œuvres d’art contemporain, propriété du département. «L’objectif, c’est que ces œuvres ne restent pas dans le placard, qu’elles aillent à la rencontre des publics. Nous ne sommes pas des collectionneurs», indique Catherine Prunet, vice-présidente du conseil départemental en charge de la culture. «On peut faire du prêt direct, il suffit d’adhérer, que l’on soit un particulier, une entreprise, un établissement scolaire, une communauté des communes. On travaille en collaboration avec les territoires», poursuit l’élue.

Sources/Curation

  • Lire+
  • Lire également notre article sur la ville de Douai
  • Les Artothèques (site du CIPAC, fédération des professionnels de l’art contemporain)
  • Le catalogue de l’ECLA
  • Visitez les pages de l’ADRA (Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques, Saint-Cloud) : Créée en 2002 par l’ECLA, l’Artothèque est aux œuvres d’art ce qu’une bibliothèque est aux livres : un lieu qui réunit des œuvres destinées à l’emprunt. L’Artothèque a pour vocation de faciliter l’accès à l’art contemporain.
artotheque-ADRA-St Cloud
artotheque-ADRA-St Cloud

2016-04 La BD entre au musée

zepappelLongtemps méprisée, la bande dessinée  est désormais davantage acceptée sur les cimaises des institutions, qui y voient un moyen d’élargir leur public.

 

bretecher1Les détracteurs de la bande dessinée qui continuent de voir en elle une discipline artistique mineure et infantilisante vont devoir s’y faire : elle n’en finit pas d’investir les musées et les institutions culturelles, privées ou publiques. Jamais autant d’expositions dédiées au 9e art n’ont été organisées en dehors des festivals spécialisés. On en compte actuellement une demi-douzaine, pour citer les plus notables : la carte blanche de Zep au Palais des beaux-arts de Lille, la déambulation de Nicolas de Crécy au Quartier, le centre d’art contemporain de Quimper, l’accrochage de Pierre la Police au Lieu Unique, la scène nationale de Nantes, et les installations de Blutch, Winshluss et Blanquet à la Ferme du Buisson, la scène nationale de Marne-La-Vallée.

À Lille, le Palais des beaux-arts – l’un des plus grands de France – espère faire aussi bien avec Zep, voire mieux, qu’avec interDuck en 2015 : l’installation de ce collectif de peintres allemands parodiant des œuvres célèbres à l’aide de têtes de canards avait attiré 80 000 personnes

(…)

Sources /Curation

 

 

ztoph2

 

 

2016-04 Prix Sciences Po pour l’art contemporain

artistes Sc PoA l’occasion de la 7e édition du Prix Sciences Po pour l’art contemporain, entrez dans le 7ème dimension ! C’est à travers la dimension formelle, la dimension conceptuelle et la dimension intrinsèque que l’équipe du Prix a souhaité cette année interroger et mettre en perspective la jeune création contemporaine.

Jusqu’au 29 avril, venez découvrir dans le hall du 28, rue des Saints-Pères l’exposition des oeuvres des artistes nominés

Lire+

La Maison des Peintres, pour promouvoir et développer la pratique des arts