Archives pour la catégorie Actualités internationales

2016-11 Exposition La Fondation Taylor

Du 27 octobre au 19 novembre 2016, La Fondation Taylor accueillera François Cabrit (peinture), Michel Lauricella (sculpture) et André Bongibault (gravure).

artcontemporainsevres-org_peintres_bongibault-andre_expo-ab-miniBorn in 1945 in France, lives and works in Paris. André Bongibault is Director and Professor of graphics at L’Estampe de Chaville [Ecole des beaux-arts in Chaville]. Bongibault has exhibited in Europe, China, the US and Australia. In 1977 he run a print workshop with Christos Santamouris. His work is exhibited around the world. (source)

En 2016, le Grand Prix Léon Georges Baudry de la Fondation Taylor lui est décerné.

andre-bongibault-conf-ab2

Fondation Taylor
Galerie d’art à Paris, France
Adresse : 1 Rue la Bruyère, 75009 Paris
Téléphone : 01 48 74 85 24

La Fondation Taylor est une association des artistes peintres, sculpteurs, architectes, graveurs et dessinateurs fondée en décembre 1844. Elle a pour but de développer la connaissance des arts grâce à l’entraide entre artistes. Elle est, depuis sa création, gérée par des élus bénévoles issus du monde artistique.

La fondation s’est progressivement développée grâce au concours d’importants légataires et donateurs, permettant aujourd’hui l’attribution de plusieurs prix et bourses aux artistes.

 

Photos/sources : artcontemporainsevres.org ; wikipédia (Fondation Taylor)

Permalien : http://wp.me/p5riis-hc

Publicités

2016-10 Les Huaxtèques, peuple précolombien méconnu

Figurine en terre cuite. 100 av. J.-C.-200 ap. J.-C. Crédits : © Photographie Jean-Michel D’Agruma, Conservation départementale Alpes de Haute-Provence
Figurine en terre cuite. 100 av. J.-C.-200 ap. J.-C.
Crédits : © Photographie Jean-Michel D’Agruma, Conservation départementale Alpes de Haute-Provence

Le Huastèque est, de nos jours, une langue parlée par quelques dizaines de milliers d’âmes. Vaincus par les Aztèques, acculturés par l’arrivée espagnole de 1529, les Huaxtèques restent un peuple précolombien encore peu connu de nos jours. Déformation artificielle du crâne, mutilation dentaire, perforations du nez, scarifications ou tatouages, furent quelques marqueurs de leur identité culturelle. Que nous raconte l’archéologie sur ce peuple ?

Les Huaxtèques possédaient la caractéristique inhabituelle d’être l’une des rares cultures qui avait atteint la civilisation et construit des cités, mais ne portait pas habituellement de vêtements. Ils étaient admirés pour leurs qualités de musiciens par d’autres peuples de Mésoamérique.

Vaincus par les armées aztèques, ils ont été ensuite conquis par les espagnols entre 1519 et 1530.  Avec la conversion forcée à la religion catholique, ils ont été contraints de porter des vêtements.

Source biblio

lien court : http://wp.me/p5riis-gH

2016-09 Un musée Mucha bientôt à Paris aussi ?

Après Prague, un musée consacré à Alfons Mucha sera peut-être ouvert à Paris dans un proche avenir.

affiche_salon_des_cents_1901
Affiche publicitaire pour le Salon des Cent de 1901

C’est en tous les cas ce qu’envisage la Fondation Mucha, qui gère l’héritage artistique laissé par Alfons Mucha, dont la vie et l’œuvre sont intimement liées à la capitale française. Présent au Centre tchèque à Paris la semaine dernière pour le vernissage de l’exposition « Pour la Tchécoslovaquie – Hommage à un pays inexistant » et l’accrochage du tableau « Le Baiser de la France à la Bohême », John Mucha, le petit-fils du maître de l’Art nouveau et président de la Fondation Mucha, a évoqué ce qui, aujourd’hui encore, le relie à son grand-père.

2016-09 Yto Barrada, nominée pour le prix Marcel Duchamp 2016

Yto Barrada est l’une des quatre artistes nominés pour le plus célèbre prix d’art contemporain, le prix Marcel Duchamp. L’artiste franco-marocaine a un regard unique et un art universel. Ses oeuvres sont exposées au Centre Pompidou du 12 octobre au 30 janvier 2017.

yto-barrada-nominee-pour-le-prix-marcel-duchamp-2016

Sources :  bio de l’artiste  –  Biennale d’art contemporain de Lyon  –  Jeu de Paume  (juin 2016)  –  Tanger   –   lemonde.fr

ASM YTO BARRADA

2016-10 Casablanca : la Biennale internationale d’art contemporain « We The People »

La 3ème édition de la Biennale d’art contemporain de Casablanca (Maroc) se veut civique et engagée et est placée sous le thème « We The People », le thème de la responsabilité citoyenne. Elle s’inscrit pleinement dans le cadre sociétal de responsabilité, que promeut la gouvernance marocaine, et ce, à l’aube de la COP22.  L’événement a lieu du 14 au 23 octobre 2016.

Au programme, des artistes de 60 pays, et des expositions de peintures, sculptures, photographies, art vidéo et installations.

Ces œuvres prendront place dans l’espace urbain casablancais ; organisées sous forme de parcours, elles habiteront plusieurs lieux emblématiques de la ville blanche.

We, the PeopleOui, nous le peuple, nous sommes responsables du monde qui nous entoure.

Ces trois premiers mots, issus du préambule de la Constitution des États-Unis d’Amérique, rappellent le pouvoir individuel de chacun et chacune d’entre nous. En effet, le monde qui nous entoure se construit et se transforme par des actes individuels mis bout à bout…

Cet événement a pour but de
– promouvoir les artistes plasticiens marocains ou résidants au Maroc sur la scène nationale et internationale ;
– ouvrir la pratique artistique marocaine à d’autres scènes artistiques, ouvrir le dialogue entre artistes de toutes nationalités et générations confondues ;
– développer un tourisme culturel national et international au travers de la mise en place d’un événement bénéficiant d’une programmation aussi riche que variée en présence de nombreux artistes ;
– faire connaître les artistes plasticiens marocains à la presse et aux visiteurs étrangers ;
– montrer la diversité de la pratique artistique actuelle grâce à la participation d’artistes de qualité représentant 50 pays ;
– mettre en valeur la richesse culturelle de la ville de Casablanca.

Sources : luxeradio.ma   –    biennalecasablanca.ma  –  contact