2020-08 Dieppe, les femmes impressionnistes à l’honneur

‘La plage de Dieppe’ Eva Gonzalves, 1871 @Musée de Dieppe

Les femmes artistes font l’objet, aujourd’hui, de l’attention des conservateurs qui leur donnent une place au-devant de la scène.

Sylvie Patry, directrice de conservation et des collections, fait référence aux Guerilla Girls, mouvement féministe né à New York en 1985, qui liste les « avantages d’être une femme artiste », soulignant que « peu importe le type d’art que vous faites, il sera étiqueté comme féminin ».

Cette question des femmes sur la scène artistique ne se pose pas au XIXe siècle. Elles ne peignent que dans l’intimité. Les modèles, notamment masculins, sont des proches.

« L’enjeu était la professionnalisation, résume Sylvie Patry. Pour une femme, peindre était accepté tant que c’était en tant qu’amateur. Mais Marie Cassatt [lire notre article] et Berthe Morisot se comportaient comme des professionnelles. Elles avaient une existence d’artiste public. Il y a un mouvement plus général de la pratique amateur vers la pratique professionnelle qui s’observe dans la deuxième moitié du XIXe siècle. »

En 1874, lors du premier salon, où Monet présente son Impression, soleil couchant, Berthe Morisot est la seule artiste femme. La belle-sœur d’Édouard Manet a participé à sept des huit salons impressionnistes.


permalien : https://wp.me/p5riis-1nZ

source : Ouest France

autres articles :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s