2020-03 STAGE ‘Peinture aborigène’

La Passerelle des Arts et Pascale WIRTH ont le plaisir de vous proposer le stage ‘Peinture Aborigène’

… le dimanche 1er mars 2020

… de 9h à 13h

…. dans les locaux de l’association, 40/42 rue de la Passerelle, 92370 Chaville (accès/parking via sente de la villa du roi Henri IV)


Création d’un tableau sur toile ou papier  reprenant la technique aborigène

Les élèves amènent des bâtonnets  ou des cotons tiges. Prévoir un format assez petit car l’exécution est longue !


LES INFORMATIONS PRATIQUES

  • Nb de stagiaires : 6 à 12
  • matériel de peinture et toiles non fournis.
  • L’association peut fournir un support en carton.
  • Renseignement : contact@la-passerelle-des-arts.org
  • Tarif : 32€ (adhérent) – 38€ (non-adhérent)
  • Inscription confirmée après réception de votre règlement par chèque …40/42 rue de la Passerelle – 92370 CHAVILLE  au plus tard le MARDI 25 FÉVRIER.
  • L’inscription est actée par ordre d’arrivée du règlement/courrier.

Avertissement :

  • L’endossement des chèques se fera le lendemain de la date du stage.
  • La Passerelle des Arts se réserve le droit de ne pas ouvrir le stage, si le nombre de stagiaires est insuffisant à la date du 26 février.  En cas de virement bancaire, un chèque de remboursement sera émis.
  • En cas de désistement à partir du 26 février ou en cas d’absence au stage, le règlement reste acquis à l’association.

Le terme art aborigène désigne aussi bien l’art des Aborigènes d’Australie qui précédèrent la colonisation que celui d’artistes aborigènes contemporains encore influencés par leur culture traditionnelle. Cela inclut la peinture, mais aussi d’autres médias comme la gravure sur bois, la sculpture, les costumes de cérémonie, ou les décorations trouvées sur les outils ou les armes anciennes.

L’art est un élément clé dans la culture aborigène. Il est toujours lié à un territoire (itinéraire, site, grotte, point d’eau…).

Le temps sacré, celui des Grands Ancêtres, continue à nourrir la vie du temps profane et il faut continuer à le faire vivre.

Le tableau correspond donc à une sorte de chant religieux qui décrit une aventure, et comme dans une litanie dans laquelle il y a des refrains, les motifs se répètent. Le mouvement perpétuel de chaque oeuvre vient notamment de cette répétition.

C’est une sorte de carte aérienne qui représente les itinéraires de ces grands ancêtres.


Permalien : https://wp.me/p5riis-14e

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s