2018-11 Les métiers d’art au collège

Faire découvrir l’art, le grammage du papier, les encres, les métiers d’art, la sculpture… faire émerger des sensations, une sensibilité en travaillant la matière… »laisser parler sa créativité« …  c’est le Projet d’éducation artistique et culturelle de l’Institut national des Métiers d’Arts et du Musée des Arts décoratifs dans un collège de Romainville,

avec la participation de l’Ecole Estienne.

Découvrir l’école Estienne

Façade de l’École_Estienne_Paris (wikipédia)

[Wikipédia] L’école Estienne, dénomination courante de l’École supérieure des arts et industries graphiques (ESAIG), est un établissement français d’enseignement supérieur public situé au 18, boulevard Auguste-Blanqui dans le 13è arrondissement de Paris, non loin de la Butte-aux-Cailles. Elle forme de jeunes créateurs dans les métiers de l’imprimerie, du design de communication et des métiers d’art du livre.

C’est une école municipale qui dépend de la ville de Paris, elle compte, en 2012, 600 étudiants pour 115 enseignants.

Réné Cottet (graveur), Edmond Rigal (graveur), Georges Capon (dessin et chromolithographie), Eugène Grasset (gravure et imprimerie), Henry de Waroquier (composition décorative) ont enseigné.

On citera quelques élèves :
Louis-Joseph Soulas (1905-1954), peintre-graveur – René Bouvard (1910-2008), graveur, illustrateur – Robert Doisneau (1912-1994), photographe – Édouard Boubat, (1923-1999), photographe – Pierre Faucheux, (1924-1999), graphiste – Siné (1928-2016), dessinateur
Cabu (1938-2015), dessinateur – Catherine Meurisse (1980-), illustratrice, dessinatrice de presse, dessinatrice et scénariste de bandes dessinées – Xavier de Rosnay (1982-), moitié du duo Justice
Marion Montaigne (1980-), dessinatrice et scénariste de bandes dessinées – Pierre Gandon (1899-1990) – Albert Decaris (1901-1988) -Jacques Combet (1920-) ….

Qui est la famille Estienne ?

Nous recommandons au lecteur de parcourir les pages « Les feuillets du patrimoine« , notamment les pages consacrées à cette famille « championne de l’érudition classique, éditoriale et lexicographe de Paris et du royaume« , qui arrive de Provence à la fin du XVè siècle.

Un article fort instructif, documenté et passionnant, écrit par un passionné.  De l’édition d’ouvrages à l’archivage des ouvrages, les rayons des bibliothèques sont également richesse culturelle et richesse patrimoniale.  Merci


Permalien : https://wp.me/p5riis-KM

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s